• L'âme et le corps ...


    Aimer, c’est, à travers le corps, rencontrer l’âme;
        c’est aussi par les sentiers de l’âme
        aller à la découverte du corps.
        Aimer, c’est mêler l’âme au corps,
        le corps à l’âme, c’est encor
        du bout des doigts au fond de l’être,
        toucher, sentir et reconnaître
        avec la chair, avec l’esprit
        sans deviner lequel est pris
        et lequel prend, sans pouvoir dire
        qui se réveille et qui s’endort
        lequel commence, où finit l’autre,
        quel est le vif, quel est le mort.
        Liliane Wouters





    votre commentaire
  • Les sons de la vie ...


    Je voulais seulement me plonger dans son regard,
    écouter le son cadencé de sa voix.
    Comme si ses mots étaient les notes…
    que j’avais toujours cherché à entendre.
    Les sons mêmes de ma vie.
    Simon Van Booy


    votre commentaire
  • Le premier bonheur du jour ...


        Me réveiller auprès de toi
        t'apporter le café
        écouter ensemble la radio
        accueillir ta tête sur mon épaule
        te masser les doigts
        L'amour simple
        comme bonjour
        Abdellatif Laâbi


    votre commentaire
  • On appelle cela l'art du furoshiki, c'est quand même mieux que le papier de chez carouf !

    Emballé c'est pesé !

    Le furoshiki est un grand morceau de tissu aux motifs souvent traditionnels servant à emballer des objets de la vie usuelle depuis des siècles au Japon.

    Un simple morceau de tissu ?

    Cette technique, qui a ses codes, était déjà utilisée à l’époque Heian (794-1192) sous le nom de hiratsutsumi, pour transporter des vêtements lors de déplacements.

    À la fin de l’époque Muromachi (1338-1573), le furoshiki est très utilisé pour aller aux bains publics, on se change sur le tissu et on enveloppe ses habits immédiatement avec pour ne pas les mélanger avec ceux des autres.

    Finalement ce n’est qu’un morceau de tissu de forme carrée, mais tellement utile. Il sert à tous les usages et se développe de plus en plus ; tout le monde l’utilise, en plusieurs tailles et surtout avec des motifs différents, pour ne pas les confondre les uns les autres et aussi pour affirmer son style, voire imposer les couleurs de sa famille avec les mons.

    Le furoshiki est utilisé pour tout porter jusqu’à ce qu’à l’ère Meiji (1868-1912), une nouvelle mode arrive : le sac, importé d’Europe !
    https://www.vivrelejapon.com/a-savoir/comprendre-le-japon/furoshiki-emballage-sac-japon

     

    Emballez vos cadeaux à la japonaise ...


    votre commentaire
  • Situé entre le street art, la poterie, les peintures, les sculptures et les bijoux, NeSpoon est une artiste de rue polonaise. En mission de broder le monde, elle enrichit l'art urbain déjà diversifié avec sa propre marque unique d'art de la dentelle. En utilisant des motifs de napperons complexes, l’artiste embellit des espaces abandonnés et sans fioritures dans des jungles urbaines improbables, en les transformant en œuvres d’art époustouflantes. Son processus est basé sur une tradition presque oubliée de fabrication du napperon, mais NeSpoon a réussi à adopter cet humble trait domestique et à l'appliquer avec succès dans les rues (et à une échelle beaucoup plus grande), donnant ainsi à la pratique de nouvelles possibilités et une nouvelle vie. Des peintures murales et des images gravées à la gravure en passant par des installations de dentelle 3D parfaitement attachées aux choses de tous les jours et des filigranes complexes dans les murs, les arbres ou les fissures dans les trottoirs, elle offre des paysages urbains souvent rudes avec une nouvelle douceur. Travaillant toujours dans le respect du lieu et du contexte local, NeSpoon s’inspire des traditions textiles locales. En choisissant une forme d'art associée aux femmes, elle célèbre sa féminité et l'harmonie qu'elle crée.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.widewalls.ch/artist/nespoon/&prev=search
    https://www.behance.net/NeSpoon
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.thisiscolossal.com/2016/09/lace-street-art-nespoon/&prev=search

     

    Vivre dans une maison de dentelle ...

    Vivre dans une maison de dentelle ...


    votre commentaire
  • Attention, ces voies ferrées (où passent encore des trains) vont vous retourner l'estomac.
    Oseriez-vous risquer votre vie en embarquant à bord de l'un de ces trains ? Situés aux quatre coins du monde, ces voies ferrées sur lesquelles circulent encore des trains ne respectent pas toujours les normes de sécurité...

    Devil's Nose Train en Équateur

    Quand tu vois inscrit « Le nez du diable » sur le train, tu te doutes que tu ne vas pas forcément passer un bon moment. Le chemin de fer se trouve à 2700 mètres d’altitude et propose moult lacets à travers la montagne. Et si tu chutes, tu parcours 500m dans le vide avant de claquer la bise à la terre ferme.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.ecuadorrail.net/trains-of-ecuador/devils-nose.html&prev=search

     

    Vous aimez prendre le train ? Go ...


    votre commentaire
  • Traditionnellement, les ermites sont des personnes qui se sont retirées du monde pour se consacrer à la prière et à la méditation. La plupart des religions reconnaissent que vivre comme un ermite est une forme de dévotion. Cependant, il y a, et il semble qu'il y en ait toujours eu, d'autres sortes d'ermites - ceux qui se retirent du monde non pas pour se rapprocher de Dieu, mais pour s'éloigner d'autres êtres humains.
    Pour certains, leur vie de solitude est née de la tragédie. Pour d'autres, cela semble avoir été simplement un choix de vie.

    Christopher Knight ...

    Christopher Knight avait 20 ans en 1986, quand il a quitté son poste d’ingénieur en alarme, sans rendre ses outils ni encaisser son dernier chèque. Il a voyagé pendant un certain temps pour finalement atteindre le lac Moosehead, dans le Maine.

    Sans avoir de raison claire, Knight décida de quitter le monde. Il entra dans la partie la plus sombre du bois avec seulement des fournitures de camping de base. Il a essayé de chercher de la nourriture avec un succès limité. Après plusieurs semaines sans nourriture, il a commencé à voler des légumes dans les jardins pendant la nuit. Finalement, il a trouvé l'endroit où il devait passer les 20 prochaines années. La nourriture était toujours rare, mais, contrairement aux autres ermites, Knight ne pouvait supporter le moindre contact avec les gens. Il décida de cambrioler des chalets de vacances situés à proximité, souvent laissés vides, pour obtenir de la nourriture et des fournitures.

    Il a commencé à regarder les cabines et les propriétaires de cabines afin de déterminer le meilleur moment pour entrer par effraction. Il abordait les maisons par la forêt ou occasionnellement par canoë. Il forçait la serrure, prenait ce dont il avait besoin et refermait la porte à la sortie. La police a noté que les crimes avaient été commis avec une «propreté inhabituelle», ce qui a amené certains à conclure que le coupable devait être un grand voleur.

    Knight a finalement été arrêté alors qu'il volait de la nourriture, 27 ans après sa première disparition. Son arrestation a provoqué une avalanche d'intérêt pour lui et son histoire. Il a même reçu une proposition de mariage.

    Après son arrestation en 2013, Knight a été condamné à sept mois d'emprisonnement. À sa libération, il est allé vivre avec son frère.

     

    Ermite, ça vous tente ?


    votre commentaire
  • C’est l’idée de l’artiste Julien Nonnon à travers sa nouvelle série photographique nommée « crying animals ». Et pour sensibiliser le public à la possible disparition des animaux emblématiques comme le loup, le lynx, l’ours, le faucon ou le bouquetin, ce passionné de peintures rupestres d’animaux disparus a vu les choses en grand. « C’est un thème qui me tient vraiment à coeur et que j’ai depuis plusieurs années en tête, mais il fallait le penser avec des moyens techniques de grande envergure. Il était nécessaire de trouver des projecteurs assez puissants et mobiles pour pouvoir projeter des images monumentales sur des falaises d’une hauteur de plusieurs centaines de mètres. Mon travail débute par la réalisation de mes visuels qui sont ensuite gravés sur des plaques de verre, ce qui me permet d’obtenir des images projetées d’une qualité extrême, sans pixels ».
    http://www.fubiz.net/2018/12/14/lightening-up-animals-to-prevent-their-extinction/

     

    L'homme, ce prédateur ...


    votre commentaire
  • Eugenio Viti (Naples 1881 - Naples 1952 ) était un peintre italien , décorateur et professeur. À partir de 1894, Eugenio Viti suivit des cours à l' Académie des Beaux-Arts de Naples où il devint professeur à partir de 1919. Élève de Michele Cammarano et Vincenzo Volpe , il remporte le prix Einaudi de peinture en 1950.
    http://www.artnet.com/artists/eugenio-viti/

     

    Le monde d'Eugénio ...


    votre commentaire
  • Cherif C....

    Curieusement son nom et son prénom n'étaient mentionnés au départ que sur RT France, pas sur les médias français....

    On se demande bien pourquoi alors que tout le monde se doute bien de sa « communauté » d'origine. Les autorités nous affirment aussi que pour l'instant elles ne retiennent pas le chef d'inculpation terroriste, sans blague ? L'on répète à loisir qu'il est français, mais français ce n'est pas seulement un bout de plastique dans le portefeuille, ce n'est pas seulement une tampon sur un papier.

    C'est entre autres l'acceptation à des valeurs communes aux autres français, et lui manifestement les rejettent clairement, on ne peut pas plus.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pas-d-arrestation-preventive-pour-210621

    Un musulman radicalisé clairement identifié pourtant, il était fiché « S » auteur de nombreux délits divers et variés, de braquages, de brutalités, de violences y compris en prison. Pourquoi n'était-il pas à l'ombre mis hors d'état de nuire ? C'est une bête sauvage.

     

    Gilets jaunes : garde à vue ! Radicalisés fichés S en liberté ...

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires