• Bretagne ?


    il y a peu encore
    le bruissement des feuilles
    les roches
    les bruyères
    tout cela embrassait
    la magie
    du vent
    Cédric Merland


    votre commentaire
  • La Différence


    Pour chacun une bouche deux yeux
    deux mains deux jambes
    Rien ne ressemble plus à un homme
    qu’un autre homme

    Alors

    entre la bouche qui blesse
    et la bouche qui console

    entre les yeux qui condamnent
    et les yeux qui éclairent

    entre les mains qui donnent
    et les mains qui dépouillent

    entre le pas sans trace
    et les pas qui nous guident

    où est la différence
    la mystérieuse différence ?
    Jean-Pierre Siméon


    votre commentaire
  • Pourquoi pleures-tu ...


     
        Est-ce pour ce monde englouti
        ou pour ce monde qui s'écroule
        Pour l’enfant ou pour l'adulte   
        Pouvons-nous choisir entre deux adieux
        nous résoudre à l'adieu
        alors que le miracle est là
        nos pouls qui battent paisiblement
        jouent leur symphonie
        poignet contre poignet
        même si les armes parlent
        à la place des poètes ?
        Abdellatif Laâbi


    votre commentaire
  • L'article, dont l'auteur principal est le Dr Jonny Geber, se focalise sur les complexes de tombeaux à couloir vieux de 5000 ans à Carrowkeel, dans le comté de Sligo dans le nord-ouest de l'Irlande. Il s'agit de l'un des paysages rituels les plus impressionnants en Europe, et pourtant, il reste relativement mal connu.
    L'équipe de recherche a analysé les ossements de sept tombeaux à couloir qui comprenaient à la fois des restes humains non brûlés et d'autres incinérés d'environ 40 individus.
    http://decouvertes-archeologiques.blogspot.fr/2017/08/cremation-et-demembrement-faisaient.html
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.megalithicireland.com/Heapstown.htm&prev=search

    Les cairns de Sligo ...


    votre commentaire
  • Il faut avoir de bons mollets ...
    Du latin trans ambulare (circuler à travers), la traboule est un passage couvert réservé aux piétons qui permet de circuler d'une rue à l'autre en passant sous les habitations, à travers des cours et des escaliers. Les première traboules apparaissent au IVe siècle et étaient construites perpendiculairement à la Saône. On compte plus de 400 traboules à Lyon, dont 200 dans le quartier du Vieux-Lyon. Un grand nombre de ces passages obscurs et mystérieux sont fermés ou condamnés. Toutefois, un certain nombre de traboules restent ouvertes au public.
    http://www.vieux-lyon.org/traboules-vieux-lyon_f02500.htm
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Traboule

    Les Traboules ...


    votre commentaire
  • Vous a-t-on déjà fait le coup de la panne ?
    Le profit, lui, vous fait le coup des étagères ...
    J'ai eu un flash ... avez-vous remarqué que nous sommes cernés par les étagères ? partout, de toutes formes, dans toutes les pièces, pour tous les usages, pour occuper, pour déposer ... nous sommes à l'ère de l'étagère ... Ikéa est passé par là ...
    Bon celles qui servent à ranger des livres par exemple, je vais leur pardonner ... mais les autres les étagères à rien, les étagères pour faire joli, qu'en faites-vous ? vous les habillez d'objets dont vous n'avez pas besoin que vous devez aller acheter, mieux, qu'on vous à fait acheter en vous disant qu'une étagère serait bien à cet endroit.
    L'ère de l'étagère, c'est l'ère du profit puissance mille. Pas pour vous bien sûr, mais pour tous ceux qui vendent des trucs inutiles mais qui ne peuvent faire joli que sur une étagère ...
    Réfléchissez bien à ce que je viens d'écrire ... lol
    Jusqu'au trognon, jusqu'à l'étagère, ils vous auront eus à façonner votre désir d'acheter de l'inutile ...

    Ces vides qu'on nous oblige à remplir ...


    votre commentaire
  • John Wayne ...
    Intéressé par un meneur masculin pour son dernier film occidental, The Big Trail (1930), le réalisateur Raoul Walsh a demandé à son ami John Price, s'il souhaitait lui recommander  quelqu'un. Ford lui a suggéré un nouvel arrivé en ville qui semblait posséder le monde entier ... L'acteur de 23 ans s'appelait John Wayne. Lorsque Walsh a demandé à Wayne s'il était disponible, Wayne a rejeté l'offre, disant qu'il était trop inexpérimenté pour jouer un tel rôle.
    Walsh n'était pas d'accord. Tout ce que Wayne aurait à faire, a déclaré le directeur,  c'était "bien s'asseoir sur un cheval". Persuadé, Wayne a accepté le rôle, mais la célébrité n'a pas suivi tout de suite. Pendant ce temps, il a joué dans des films à faible budget. Vers la fin de sa carrière, Wayne a remporté un prix de l'Académie.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Wayne

    C'est l'été, soyons pipeules ...


    votre commentaire
  • Après s’être rendu à New York, le photographe Stijn Hoekstra a capturé Cuba dans une série intitulée Cinematic Cuba. Dans cette série, le photographe basé à Amsterdam a décidé de se focaliser sur les portraits des habitants de l’île des Caraïbes.
    http://www.fubiz.net/2017/08/16/marvelous-portraits-of-inhabitants-of-cuba/

     

    Les Caraïbes ...


    votre commentaire
  • Hans Vandekerckhove, peintre Belge, né en 1957 dans une famille d'artistes.
    http://www.hansvandekerckhove.be/paintings.htm

     

    Le monde de Hans ...


    votre commentaire
  • Regardez, l'Amérique n'est pas plus une démocratie que la Russie est un Etat communiste.
    Les gouvernements des États-Unis et de la Russie sont pratiquement les mêmes.
    Il n'y a qu'une différence de degré.
    Nous avons tous deux la même forme de base du gouvernement : le totalitarisme économique.
    En d'autres termes, le règlement de toutes les questions, les solutions à toutes les questions sont déterminées non pas par ce qui rendra les personnes plus saines et plus heureuses dans leurs corps et leurs esprits, mais par l'économie.
    Dollars ou roubles.
    Économie uber alles.
    Ne rien laisser interférer avec la croissance économique, même si cette croissance cache la vérité, annule la beauté, transforme un continent en un tas de merde et ouvre la porte  toute une civilisation de folie.

    Tom Robbins

    Ils se veulent les maîtres du monde ...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires