• La rencontre ...


    Et puis un jour,
    on rencontre quelqu’un.
    On le regarde dans les yeux
    et on comprend.
    On comprend
    dès les premières minutes
    que ce qui va suivre
    va marquer notre vie à tout jamais.
    Auteur inconnnu


    votre commentaire
  • Désir d'enfant ou sagesse ?


    merci, non ! Et je n'en aurai jamais.
    - Pourquoi ?
    - Je refuse d'infliger à quiconque
    le fracas du monde dans lequel nous sommes obligés de vivre.
    Madeline tira une bouffée sur sa cigarette.
    - Vous n'en faites pas un peu trop là ?
    - Je ne trouve pas.
    - Certaines choses vont mal, j'en conviens, mais..
    - Certaines choses vont mal ?
    Mais ouvrez les yeux, bon sang !
    La planète est à la dérive et l'avenir sera épouvantable :
    encore plus violent, plus irrespirable, plus angoissant.
    Il faut être sacrément égoïste
    pour vouloir infliger ça à quelqu'un.
    Guillaume Musso


    votre commentaire
  • Le jardin cloître ...


    certaines personnes peuvent prendre les jardins pour des temples

    ou des églises pour peu qu'il y ait quelques similitudes de taille,
    de forme, de grandeur,
    un bassin d'eau qui pourrait faire office de chevet,
    des vitraux invisibles que le soleil puisse inonder ;
    ainsi cet homme que je vois avancer
    ne peut alors que méditer
    dans l'allée droite entouré d'arbres protecteurs,
    colonnades pour soutenir la voûte cathédrale, infinie et bleue
    Pierre Cressant


    votre commentaire
  • Des ruines spectaculaires se dressent sur l'île de Kilwa Kisiwani, à près de deux kilomètres de la côte tanzanienne. Les vestiges d'un palais et d'une grande mosquée, construits en partie en pierre corail, rappellent l'époque où le commerce de l'or en Afrique de l'Est passait par cette petite île.

    À son apogée médiévale, Kilwa était le principal port des villes commerciales côtières qui se sont formées le long de ce qui est devenu la côte swahili. Le swahili est dérivé d'un mot arabe signifiant « habitant de la côte » et a plus tard désigné la langue régionale.

    Les riverains, descendants du peuple bantou, ont mélangé leur langue maternelle avec des mots persans et arabes. Les coutumes arabes et perses se reflètent également dans l'architecture, l'art et la culture swahilis.
    https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2020/09/kilwa-la-cite-tanzanienne-qui-controlait-le-commerce-de-lor-medieval

     

    Il était une fois : Kilwa Kisiwani ...


    votre commentaire
  • Une amie, lors de son voyage en Ouzbékistan, nous a fait l’honneur de nous ramener un pain traditionnel de là-bas. Le pain, c’est un de mes aliments préférés. Rapide à manger et nutritif, avec un goût qui peut accompagner n’importe quoi, que ce soit sucré ou salé. C’est toujours une des parties les plus fondamentales de notre alimentation en Occident, mais également en Ouzbékistan, et notamment la région de Samarcande, riche en blé.
    https://tartines.fr/pain-de-samarcande/

     

    L'acrobatique pain de Samarcande ...

    Regardez cette vidéo elle est si surprenante
    et l'eau en vient à la bouche.

     


    votre commentaire
  • Les châteaux de glace ne sont pas réservés à la reine des neiges. Il existe ainsi dans le monde plusieurs établissements façonnés dans la glace, ces hôtels insolites qui proposent une expérience inoubliable à leurs clients. Le plus incroyable, c’est qu’il ne fait généralement pas très froid dans un hôtel de glace. Enfin si, mais pas partout. Quelques uns d’entre eux proposent des zones chauffées et de toute façon, tout le matériel est fourni pour passer une bonne nuit, soyez sereins. (Topito)

    1. Kirkenes Snow Hotel (Norvège) ...

    Imaginez plutôt : vous arrivez à l’aéroport. Un traîneau vous attend pour vous amener à votre hôtel de glace. Vos pouvez pêcher et manger ce que vous attrapez, observer les rennes et admirer les aurores boréales ainsi que les sculptures de glace qui décorent l’établissement. Il y en a même dans les chambres pour parfaire la décoration.

    Dépêchez-vous, ça pourrait fondre ...

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, certaines des stars les plus bancables d'Hollywood sont des acteurs afro-américains, tels que Will Smith, Denzel Washington ou "la voix" Morgan Freeman, dont le talent aurait probablement été nié dans le Hollywood classique. Hattie McDaniel a été la première actrice afro-américaine à remporter un Oscar compétitif. Mais malheureusement pour elle et nombre de ses contemporains, les meilleurs rôles disponibles étaient ceux qui représentaient des serviteurs ou des esclaves noirs.

    Néanmoins, l'idée que les Afro-Américains se sont vu refuser des rôles en tant que personnages puissants de complexité et d'intellect pendant cette période a parfois été remise en question. Considérez cet échantillon de performances de 1929 aux années 1960 par un échantillon talentueux d'acteurs afro-américains, dont beaucoup sont malheureusement oubliés.
    (listverse)

    Esther Brown ...

    Parlez d'avoir un impact durable sur le grand écran malgré le fait qu'elle n'apparaisse que dans une seule scène d'un seul film avec seulement 17 secondes de dialogue, mais Esther Brown, étudiante à l'UCLA, a fait exactement cela. Ses quinze minutes de gloire sont venues lorsque Cecil B. De Mille l'a choisie comme la princesse éthiopienne Tharbis dans sa production épique des Dix Commandements en 1956. Sa scène mémorable dans laquelle elle place une précieuse émeraude entre les mains du Moïse (Charlton Heston) a suscité une jalousie d'Anne Baxter, qui qualifie le personnage de Brown de « si belle ennemie ».

    La romance implicite entre Moïse et la princesse Tharbis est peut-être à certains égards plus choquante que le baiser interracial de Heston qu'il a partagé avec la co-star afro-américaine Rosalind Cash dans le film de 1971 The Omega Man. Les dix commandements ont été produits quinze ans plus tôt et plus d'une décennie avant que la Cour suprême n'invalide les lois anti-métissage aux États-Unis. Malheureusement, ce serait le seul rôle de Brown au cinéma malgré la beauté et le charisme dont on se souvient dans un film qui est toujours diffusé. sur le réseau de télévision chaque année pendant les saisons de Pâques et de la Pâque.

    Les acteurs afro-américains ...


    votre commentaire
  • Karine N'guyen Van Tham est une artiste textile française qui utilise la nature pour créer ses vêtements. En particulier, depuis plusieurs années, hse incorpore les écailles des pommes de pin, créant une texture de surface irrésistible, comme une armure naturelle.
    Ces images font partie d'une série intitulée "The Clan" composée de plusieurs plaques de poitrine formées de cornes. Karine s'imagine en exploratrice ou en archéologue et crée des éléments qui révèlent et mettent en valeur des détails vestimentaires, une « seconde peau ».
    https://threadfashionandcostume-blogspot-com.translate.goog/2022/01/karine-nguyen-van-tham-i.html?_x_tr_sch=http&_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

     

    Se vêtir en pomme de pin ...


    votre commentaire
  • Karina Yashagina
    L' artiste basée à Kazan, Karina Yashagina, a construit un style original en réalisant des illustrations oniriques et déroutantes qui reflètent des portraits féminins délicats. D'une incroyable authenticité, ses délimitations regorgent d'images qui font ressortir des sentiments accablants d'adorer quelqu'un à partir d'une image. Les sujets les plus largement reconnus dans ses œuvres sont les femmes qui sont couvertes par divers composants de la nature comme les plantes et les fleurs. Électrique et placide sont deux caractéristiques emblématiques de l'œuvre de Karina, cependant elle trouve comment équilibrer les deux de manière très symbolique et naturelle.
    https://www-visualatelier8-com.translate.goog/art/the-poetic-illustrations-of-karina-yashagina?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

     

    Le monde de Karina ...


    votre commentaire
  • L'équipe Z balance Karam, l’islamo de Pécresse


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires