• Sans qu'on croule sous la chaleur.
    Tout est clair, lumineux ... gai !
    Bonne soirée et à demain.
    Le rêve de ma vie ?
    M'allonger au bord d'une rivière lente
    Et regarder la lumière à travers les arbres
    Pour apprendre quelque chose en ne faisant rien
    Juste un peu de temps
    mais en pleine conscience.

    Ca c'est une vraie belle journée ...


    2 commentaires
  • Osborne Macharia est un talentueux photographe né au Kenya, à Nairobi, avec une formation en architecture et design.
    https://www.behance.net/Osborne
    cliquez et vous découvrirez ...

    Photographies intenses ...


    votre commentaire
  • Maladroit ...

    Ce n'est pas un secret
    Je pourrais avoir le béguin pour vous.
    Des rumeurs non confirmées ...
    Dites-moi que vous le savez aussi.

    Maladroit et timide
    Chaque fois que vous prononcez mon nom
    Je reste silencieux
    Ce jeu n'est pas mon point fort.

    La nuit a été difficile.
    Je ne pouvais pas dormir et vous êtes à blâmer
    Le temps d'une journée et je rêve
    Chaque fois que j'entends votre nom.

    Echanges maladroits
    Lorsque je tente de cacher
    Tout ce que je ressens
    Bien que ça me déchire à l'intérieur.

    Un jour, me direz-vous
    Ce qui se passe à l'intérieur
    Je vais vous l'exprimer
    Ainsi, au moins je sais que j'aurai essayé.
    JBZ


    votre commentaire
  • Croyons aux Fées ...

    Fées avec des ailes de gaze,
    Apportez la beauté, la grâce et les choses joyeuses.
    Fées de la terre qui êtes les gardiennes de notre sol, de l'eau et des arbres,
    Elles veillent sur de belles créatures comme les ours, les lapins et les abeilles.
    Fées, nous demandons que vous respiriez et appréciez le point de vue à partir de l'endroit où vous vous tenez,
    Puis que vous fouliez attentivement et respectueusement chaque étape intentionnelle que vous faites sur cette belle terre.
    Molly Friedenfeld


    votre commentaire
  • Le canal de la Mer Blanche à la Baltique (1931-1933)
    En guise de punition pour leurs crimes contre le gouvernement, les prisonniers des goulags russes ont été forcés de creuser ce canal dans des conditions extrêmement déplorables, en utilisant des outils primitifs et sans équipement de sécurité adéquat. À la fin du projet, 12 000 prisonniers ont été libérés de leur travail, mais on estime que 12 000 prisonniers sont morts pendant la construction. Le canal de 141-mile une fois fini traverse la Russie de la mer Baltique à la mer Blanche, ce qui permet aux marchandises de circuler tout le chemin vers les ports de Sibérie dans l'Arctique.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Canal_de_la_mer_Blanche

    Les grands chantiers ...


    votre commentaire
  • Le Meghalaya (La demeure de nuages ​​en sanskrit) en Inde, est l'endroit le plus humide prétendument sur ​​la Terre. Le village de Mawsynram dans le Meghalaya reçoit chaque année 467 pouces de pluie. Les travailleurs en plein air portent souvent des costumes imperméables à l'eau à base de bambou et des feuilles de bananier.
    Les sites les plus insolites et magnifiques de la région  couvrent des vallées détrempées, des  ponts vivants. Pendant des siècles, les habitants ont manipulé les racines des figuiers de caoutchouc à croître en arches naturelles, les structures en bois artificielles pourrissaient en quelques années.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Meghalaya
    http://unusualplaces.org/meghalaya-the-rainiest-place-on-earth/

    Le royaume des pluies ...

    Le royaume des pluies ...


    votre commentaire
  • L'un des plus grands cimetières d'Europe, le Cimetière Monumental de Staglieno à Gênes, Italie couvre plus d'un kilomètre carré. Il a ouvert en 1851 et depuis lors, a acquis une réputation pour ses monuments de ceux qui y sont enterrés.Et ce ques monuments !!! C'est un lieu de contemplation, de réflexion sur la fragilité humaine et la nature éphémère de notre passage sur terre.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_monumental_de_Staglieno
    http://www.kuriositas.com/2011/02/monumental-cemetery-of-staglieno-genoa.html

    Figés pour l'éternité ...


    votre commentaire
  • Terry Nybo est né et a grandi dans le nord du Montana. Le dessin a toujours eu un intérêt et est un plaisir pour Terry dès qu'il était un très jeune enfant. Son intérêt pour le dessin et la peinture a abouti à étudier au Concordia College à Moorhead, Minnesota et à étudier les beaux-arts avec Cyrus Courir et Norman Bowman. Il est diplômé de l'Université d'État du Montana a obtenu un baccalauréat ès arts en éducation Art et en anglais.
    Terry a aussi étudié le dessin et la peinture en lisant, en visitant les musées et les galeries d'art.
    Son dessin et sa peinture sont figuratifs : paysage, nature morte et la faune.
    http://ntnybo.fineartstudioonline.com/works

    Le monde de Terry ...


    votre commentaire
  • Ce ne sera jamais mieux, ne cherchez pas, soyez heureux avec ce que vous avez.
    Parce que les propriétaires, les propriétaires de ce pays ne veulent pas cela. Je parle aujourd’hui des véritables propriétaires, les grands propriétaires ! Les riches… les vrais propriétaires ! Les grands intérêts d’affaires fortunés qui contrôlent les choses et prennent toutes les décisions importantes.
    Oubliez les politiciens. Ils ne sont pas pertinents. Les politiciens sont mis là pour vous donner l’idée que vous avez la liberté de choix. Vous ne l’avez pas. Vous n’avez pas le choix ! Vous avez des propriétaires ! Ils vous possèdent. Ils possèdent tout. Ils possèdent toutes les terres importantes. Ils possèdent et contrôlent les sociétés. Ils ont depuis longtemps acheté et payé pour le Sénat, le Congrès, les maisons d’Etat, les mairies, ils ont les juges dans leur poche et ils possèdent toutes les grandes sociétés de médias, afin qu’ils contrôlent à peu près toutes les nouvelles et les informations que vous entendez. Ils vous tiennent par les couilles.
    Ils dépensent des milliards de dollars chaque année de lobbying, pour obtenir ce qu’ils veulent. Eh bien, nous savons ce qu’ils veulent. Ils veulent plus pour eux-mêmes et moins pour tout le monde, mais je vais vous dire ce qu’ils ne veulent pas :
    Ils ne veulent pas d’une population de citoyens capables d’une pensée critique. Ils ne vous veulent pas bien informés et bien éduqués capables de pensée critique. Ils ne sont pas intéressés par cela. Cela ne veut pas les aider. C’est contre leurs intérêts.
    Ils ne veulent pas des gens assez intelligents pour s’asseoir autour d’une table de cuisine et réfléchir à quel point ils se font baiser par un système qui les a jetés par dessus bord il y a 30 ans. Ils ne veulent pas ça !
    Vous savez ce qu’ils veulent ? Ils veulent des travailleurs obéissants. Des travailleurs obéissants, les gens qui sont juste assez intelligents pour faire fonctionner les machines et faire la paperasse. Et juste assez stupides pour accepter passivement tous ces emplois de plus en plus de merdiques avec les salaires inférieurs, les heures de plus, les bénéfices réduits, la fin des heures supplémentaires et de retraite qui disparaît, qui disparaît au moment où vous allez y arriver, et maintenant ils viennent pour votre argent de la sécurité sociale. Ils veulent votre argent de retraite. Ils veulent revenir en arrière pour qu’ils puissent donner à leurs amis criminels de Wall Street, et vous savez quoi ? Ils l’auront. Ils obtiendront tout de vous, tôt ou tard car ils possèdent tout ce putain d’endroit ! C’est un grand club, et vous n’en n’êtes pas ! Vous et moi, ne sommes pas dans le grand club.
    George Carlin

    On ne pourra pas dire qu'on ne savait pas ...


    votre commentaire
  • Par Jean-Claude Guillebaud

     Rien n’est plus ravigotant que du bon journalisme chipé à la radio ou à la télévision. Cela existe, bien sûr, et c’est heureux. On écoutait dimanche 17 août, sur France Inter, l’émission de Véronique Julia, « l’Enquête de la rédaction ». En huit minutes chrono, tout était dit avec clarté sur un sujet qu’on aurait bien tort de croire petit. Formidable moment ! On y évoquait ce qu’il est convenu d’appeler chez les consultants de tout acabit (ces nouveaux Diafoirus sortis du « Malade Imaginaire » de Molière), le lean management. Observons au passage cette nouvelle maladie médiatico-publicitaire : on emploie l’anglais de cuisine – le « globish » - dans deux grandes occasions : soit pour faire branché, façon Pascale Clark ; soit pour maquiller en réforme une régression sociale manifeste.
    Vouloir industrialiser la santé est aussi vain que de prétendre normaliser les aléas de la vie, étalonner la souffrance et la solitude, claustrer la vie elle-même dans un chiffrage impérieux, ne plus soigner – au sens humain du terme – mais produire du soin, tout cala ressemble à un délire psychotique. Et collectif. En sommes-nous déjà-là ?
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article26676

    Une barbarie branchée ...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires