• Nous frisons le zéro ...
    Vite au chaud !
    Bonne soirée !
    Non seulement nos souvenirs, mais nos oublis sont «logés».
    Notre inconscient est «logé».
    Notre âme est une demeure.
    Et en nous souvenant des «maisons», des «chambres»,
    nous apprenons à «demeurer» en nous-mêmes.

    Gaston Bachelard

    Il pleut, il fait froid ...


    votre commentaire
  • Ce temps que nous voudrions soumettre ...


    Un jour, l'homme a attaché le temps à une chaîne.
    Il le mit dans sa poche en le consultant de temps en temps.
    De temps en temps…
    Puis il voulut le temps enchaîné à son poignet,
    croyant ainsi l'apprivoiser et le dominer.
    Mais, c'est le temps qui enchaîna l'homme.
    Il oublia de lire les ombres, de reconnaître les signes.
    Il désapprit ce que le soleil lui avait enseigné.
    C'est ainsi, qu'il fut prisonnier du temps…
    Bernard Giraudeau


    votre commentaire
  • Ces séparations qui nous déchirent le coeur ...

     

    Nous sommes sans arrêt confrontés à des séparations.
    La vie a une main qui plonge dans notre corps, se saisit du cœur et l’enlève.
    Pas une fois, mais de nombreuses fois.

    En échange, la vie nous donne de l’or.
    Seulement, nous payons cet or à un prix fou puisque nous en avons, à chaque fois, le cœur arr…aché vivant…

    Il reste d’une personne aimée une matière très subtile, immatérielle qu’on nommait avant,
    faute de mieux, sa présence.

    Une note unique dont vous ne retrouverez jamais l’équivalent dans le monde.
    Une note cristalline, quelque chose qui vous donnait de la joie à penser à cette personne, à la voir venir vers vous.
    Comme la pépite d’or trouvée au fond du tamis, ce qui reste d’une personne est éclatant.
    Inaltérable désormais…
    Christian Bobin


    votre commentaire
  • Le vent ...


    Chantent les feuilles,
    dansent les poires sur le poirier ;
    tourne la rose,
    rose du vent, pas du rosier.

    Nuages et nuages
    flottent endormis, algues de l’air ;
    tout l’espace tourne avec eux,
    force de personne.

    Tout est espace ;
    vibre la tige du coquelicot,
    et l’un, nu,
    vole dans le vent, dos de la vague.

    Rien je suis,
    corps qui flotte, lumière, houle ;
    tout est vent ;
    et le vent est de l’air toujours en voyage.
    Octavio Paz


    votre commentaire
  • Je suis née dans la maison où je vis, un quartier ouvrier, réservé et tranquille. Dans ma rue, on se connaissait tous et grâce au repas de quartier, chaque année, on peut dire qu'on se connait un peu tous ... nous nous saluons et nous nous fréquentons par affinités.
    En face de ma maison, un restaurant ouvrier sympathique ... un gros va-et-viens de voitures le midi, le parking est petit, mais dans l'ensemble ça se passe bien.
    Le problème a commencé quand le patron a sous-loué un local pour un kebab ... c'est terrible à dire mais ils ne se sont faits aucun client Français ... je n'ose même plus prononcer ce nom, aujourd'hui galvaudé ...
    Comme ils vendent de la drogue, un des responsables est quand même en tôle, ça n'attire que de la racaille.
    Aujourd'hui c'était le bouquet ...
    Il était aux environs de 14 h ... un groupe de 4 mineurs dont 3 à capuches en face de ma fenêtre de cuisine. Du genre à surveiller. Parlant Français mais j'étais sans illusions.
    C'est l'heure où il y a plein de voitures ...
    Juste devant ma fenêtre une voiture sans permis d'un homme qui travaille dans le quartier.
    A un moment j'ai vu un jeune essayer d'ouvrir la porte, mais sans la forcer juste un essai, discret.
    Ils ont continué à trainer autour. Puis trois sont partis en courant et le 4ème s'est mis à 4 pattes et a ouvert la porte et tenté de prendre quelque chose. J'ai ouvert ma fenêtre et dit :"vous voulez un coup de main", il a laissé la porte ouverte a lâché ce qu'il avait pris et est parti en courant sans regarder vers moi ...
    Rien à attendre de la police, rien à attendre de la mairie.

    C'était mieux avant ...

     


    votre commentaire
  • Comment gagner de la place ? Face à la surpopulation planétaire, la question, cruciale pour l'urbanisme, se pose tant du côté des vivants que des morts. Du Brésil au Japon, en passant par Israël, nombreux sont ceux qui ont trouvé la parade, en faisant ériger des cimetières verticaux, dont certains prennent l'apparence de véritables gratte-ciel.
    «C'est insensé que nous vivions les uns au-dessus des autres dans des tours et que nous mourions ensuite dans des villas. Si nous vivons les uns au-dessus des autres, dans ce cas nous pouvons aussi reposer les uns au-dessus des autres », explique ainsi au journal allemand Der Spiegel l'architecte israélien Tuvia Sagiv. Ce dernier a été chargé de réaliser une acropole dans la banlieue de Tel-Aviv, alors que le plus grand cimetière de la ville construit sur 60 hectares, Yarkon, arrive aujourd'hui à saturation avec 110.000 concessions funéraires.
    https://www.lesechos.fr/31/10/2014/lesechos.fr/0203891320601_cimetieres-verticaux--et-si-c-etait-l-avenir--.htm
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.amusingplanet.com/2017/11/the-rise-of-vertical-cemeteries.html&prev=search

     

    Les cimetières verticaux ...

    Les cimetières verticaux ...


    votre commentaire
  • Un fournisseur de cannabis de Vancouver peine à répondre au tsunami de commandes provoqué par ses calendriers de l'avent contenant de la marijuana, une nouvelle version d'un classique du temps des Fêtes qui suscite toutefois de l'inquiétude chez certains experts de la santé.
    Lorilee Fedler, la propriétaire de Coast to Coast Medicinals, a affirmé avoir été surprise par la réaction du public au lancement du calendrier plus tôt en novembre.
    En entrevue, Mme Fedler a raconté qu'elle avait voulu faire quelque chose d'amusant pour les adultes et qu'elle avait eu l'idée après avoir vu des calendriers de l'Avent remplis de bières ...
    http://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201711/26/01-5144893-un-calendrier-de-lavent-contenant-du-cannabis-cree-lengouement.php

     

    Un super calendrier de l'Avent ...


    votre commentaire
  • La reine Victoria Garda les cheveux de son défunt mari, le Prince Albert, à l'intérieur d'un pendentif qu'elle portait tous les jours. Il est devenu très commun pour les gens de garder des mèches de cheveux qui appartenaient autrefois à leurs proches. Beaucoup de femmes ont décidé qu'elles voulaient porter avec elles un morceau d'un être cher décédé, tout comme la reine Victoria. Alors, quoi de mieux que de transformer vos cheveux en bijoux ?
    Au fil des ans, les gens sont devenus plus créatifs avec leurs bijoux de cheveux. Ils ont commencé à tresser et à tisser les cheveux en dessins complexes sur des broches, des boucles d'oreilles et des colliers. Parfois, ils fabriquaient même des couronnes des différentes mèches de cheveux recueillies auprès de multiples amours mortes. Les cheveux sont très résistants à la pourriture. Ces pièces de bijoux de cheveux sont encore remarquablement bien conservées aujourd'hui.

    L'obsession de la mort à l'époque victorienne ...


    votre commentaire
  • Reuben Wu a encore frappé. Le photographe réputé pour son utilisation pointilleuse des couleurs froides et de la nuit, vient de nous livrer « Love Is Metaphysical Gravity« , une série de photographies prises au milieu de nulle part, nous donnant envie de se perdre dans ces contrées perdues. Ce paysage, mi-apocalyptique mi-poétique, semble toutefois avoir de nombreux secrets à nous livrer. À condition de le voir sous un certain angle. Et cet angle, c’est l’objectif de Reuben Wu.
    http://www.fubiz.net/2017/11/28/a-journey-in-a-snowy-dreamful-country-by-reuben-wu/

    Un monde glacé, mystérieux ...


    votre commentaire
  • David Keeling est né à Launceston en Tasmanie en 1951
    Le paysage des peintures de David Keeling n'est ni bénin ni vide; il contient la marque de la présence humaine et l'histoire de l'interaction de l'homme avec la terre. Les gens ne sont pas toujours explicites dans leur travail, mais les signes sont là: des chemins bien entretenus, soignés, traversent des paysages magnifiquement rendus et des bâtiments apparaissent dans des endroits inattendus. Les questions d'appartenance et les préoccupations sur le temps qui passe sont importantes dans ses peintures, mais il y a une qualité rédemptrice à l'œuvre de Keeling, un enthousiasme débridé pour la beauté et le potentiel dont nous sommes entourés.
    http://www.artnet.com/artists/david-keeling/

     

    Le monde de David ....


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires