• A leur bonne santé ...

    L'industrie du verre romain était prolifique, produisant des objets pour boire et manger, des vitres et des «pierres» en verre colorées pour les mosaïques murales.

    L'une de leurs réalisations exceptionnelles était la production de grandes quantités d'un verre incolore et transparent, particulièrement apprécié pour les récipients à boire de haute qualité.

    L'édit du Maximum (édit concernant le prix des marchandises) du quatrième siècle de l'empereur Dioclétien fait référence au verre incolore comme «alexandrie», indiquant une origine égyptienne.

    Cependant, de grandes quantités de verre romain sont connues pour avoir été fabriquées en Palestine, où les archéologues ont découvert des fours pour la production de verre incolore.

    De tels fours n'ont pas été découverts en Égypte, et jusqu'à présent, il a été très difficile de faire la différence scientifiquement entre le verre fabriqué dans les deux régions.

    Aujourd'hui, une collaboration internationale dirigée par le professeur adjoint Gry Barfod d'UrbNet et AGiR de l'Université d'Aarhus a trouvé la solution.

    Leur travail sur le verre romain du projet germano-danois Jerash Northwest Quarter en Jordanie montre que les isotopes de l'élément rare hafnium peuvent être utilisés pour distinguer le verre égyptien et palestinien et fournir des preuves irréfutables que le prestigieux verre incolore connu sous le nom d' "Alexandrie" était en effet fabriqué en Egypte.
    http://decouvertes-archeologiques.blogspot.com/2020/07/lorigine-du-verre-romain-de-haute.html

     

    A leur bonne santé ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :