• Dans les années 1980, nous avons fait un voyage à Madère. Un souvenir merveilleux de cette île paradisiaque et fleurie, une nature folle mais, à l'époque beaucoup de misère.

    A Funchal, il y avait la visite de la ville, le marché aux fleurs, les caves de Madère, la promenade en calèche tirée par des boeufs tranquilles et une attraction qu'aucun touriste n'aurait voulu rater : un taxi nous conduisait sur un promontoire et là, nous montions dans une sorte de nacelle en osier qui glissait sur des pavés en pierres polies, retenue par des hommes. Nous l'avions fait, comme tout le monde, sans penser à mal ... mais c'est mon mauvais souvenir de Madère, nous avions utilisé des esclaves, bon ils n'avaient que ça pour vivre mais en plus, ça nous avait donné l'impression d'être un peu mafieux comme truc. J'irais à Madère aujourd'hui, je ne le ferais plus.

    A notre époque, avons-nous encore le droit de feindre l'ignorance ?



    Même si vous n'y êtes pas allés, vous connaissez l'île de Santorin. Le bateau vous dépose en bas et des ânes se coltinent votre poids, sous le cagnard, jusqu'au village.
    Des associations de défenseurs des animaux voudraient empêcher cela parce que, en plus, ces animaux sont maltraités. La ville de Santorin a interdit à cette association de coller ses affiches sur l'île. Une pétition circule en ce moment.

    Aujourd'hui, on ne peut plus ignorer tout ça, mais le touriste laisse souvent son cerveau à la maison.

    A notre époque, avons-nous encore le droit de feindre l'ignorance ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique