• Et la mer devient la poubelle officielle ...

    Les poubelles du Liban se déversent dans la mer ...
    Malgré le beau temps, les Beyrouthins hésitent à profiter de la mer car elle sert de décharge. Les habitants se méfient donc des eaux de baignade et du poisson en vente sur les marchés.
    Sur les plages de Jounieh, une station balnéaire au nord de Beyrouth, les Libanais sont nombreux à lézarder au soleil. Plus rares sont ceux qui nagent. « L’eau est trop sale. On ne voit plus le fond et les déchets flottent dessus », explique George Nasrallah, un habitué de cette plage publique.
    D’autres se rabattent sur des établissements privés avec piscines. « Cela coûte plus cher mais cette année je ne veux pas prendre de risques, surtout pour mes enfants », dit Carla Awad, mère de deux enfants.
    Deux ans de crise ...
    La source de toutes les angoisses se trouve à quelques kilomètres de là, à Burj Hammoud. C’est là que l’État libanais a ouvert une nouvelle décharge pour remédier à la crise des déchets qui frappe le pays depuis deux ans …
    A l'été 2015, la principale décharge est arrivée à saturation. Les poubelles s'entassent dans les rues.
    A nord de la capitale, le site de Burj Hammoud doit accueillir les poubelles actuelles ainsi que 4 millions de Mètres cubes de déchets datant de la guerre civile.
    "Les déchets seront déposés dans la mer" indiquait le ministre de l'environnement. Un brise-lame devait être construit pour empêcher qu'ils ne se déploient en mer ... rien n'a été fait ...
    Les libanais n'osent plus se baigner en mer, n'osent plus manger de poisson "fraîchement pêché" ...

    Et la mer devient la poubelle officielle ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :