• Joyeuse rentrée ...

    Protégés et naufragés : une très sombre rentrée ...

    La poursuite de la crise sanitaire va entraîner à l'automne une crise sociale et économique de grande ampleur. La sombre mais lucide analyse d’Yves Michaud.

    1) La monnaie de singe déversée sans compter par les banques 

    2) L'abondance de monnaie va faire encore monter les valeurs refuges

    3) Le chômage de masse va exploser.

    4) Le chômage, la peur de l'avenir et la faiblesse de la demande vont exercer une pression sur les salaires qui stagneront ou même régresseront

    5) Ce malaise social va rejoindre celui des catégories "non protégées"

    6) Certains secteurs d'activité sont totalement sinistrés et devront revoir leurs modèles

    7) L'éducation va être (est déjà) dans une situation impossible

    8) Last but not the least - mais au moins drôle : on a vu s'évaporer au printemps les effectifs de travailleurs à la Poste, à la RATP, à la SNCF, dans les administrations - disparus, chez eux, télé-travaillant, absents, volatilisés, fondus, envolés....

    Ce va être une jolie partie de plaisir de faire revenir ces "décrocheurs" au boulot. On invoquera droit de retrait, risques, retards et les administrations et services publics continueront à "ne-pas-travailler" au ralenti.

    J'aimerais être trop pessimiste mais je redoute qu'aux fractures sociales profondes déjà présentes s'en ajoutent quelques autres - avec ce paradoxe qu'un effet de prolétarisation massif d'un côté, assorti d'un effet de préservation massif d'autres catégories de l'autre, ne polarisent ces fractures en deux camps : les protégés et les naufragés.
    https://frontpopulaire.fr/o/Content/co189373/proteges-et-naufrages-une-tres-sombre-rentree

     

    Là, on ne rêve plus, on cauchemarde ... sinistre réalité ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :