• L'Islam, c'est aussi ça ...

    Certificat de virginité : l'examen de la honte ...

    Les tests de virginité, aussi incroyable que cela puisse paraître, sont encore autorisés et régulièrement pratiqués dans une vingtaine de pays. L’enjeu est simple : déterminer si, oui ou non, la femme est vierge. Dans la plupart des cas, il est question de s’assurer de la “pureté” de cette dernière avant le mariage. Dans certains pays comme le Maroc, même si la tradition a tendance à disparaitre, il s’agit de s'assurer que des traces de sangs seront bien présentes sur les draps que viendront contrôler les parents, à l’issue de la nuit de noce. Certains pays comme le Tadjikistan vont même jusqu’à délivrer des certificats de virginité financés par l’État.

    La patiente, souvent accompagnée d’un proche, se rend alors à un cabinet médical. S’en suit l’examen dit “des deux doigts” qui permet de constater l’état de l’hymen de la patiente. Un examen pénible, mais surtout particulièrement humiliant pour la femme qui le subit. ”L’examen de la honte !”, avance Israël Nisand, chef du département de gynécologie obstétrique au CHU de Strasbourg, également président du Collège national des gynécologues et obstétriciens Français (CNGOF).

    En octobre 2018, afin de faire face à cette pratique, vestige d’un ancien temps, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, l’ONU-Femmes et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont conjointement appelés à l’interdiction des tests de virginité dans le monde.
    https://frontpopulaire.fr/o/Content/co221350/certificat-de-virginite-l-examen-de-la-honte

     

    L'Islam, c'est aussi ça ...

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :