• La complainte du retraité volé ...

    "J'ai vécu ma petite enfance dans un appartement sans chauffage, ma mère faisait bouillir son linge sur le gaz, dans la cuisine, et le lavait dehors par tous les temps, pas de télé, pas de réfrigérateur, pas de salle de bains. Nous allions aux douches municipales le samedi soir. Personne ne m'a posé la question : "que veux-tu faire ?" Nous étions 4, j'étais l'aîné et il fallait travailler avec nos parents.
    Nous partagions l'appartement avec une autre famille. Pendant l'été, nous travaillions tous les jours, sauf le dimanche, de 8 h 30 à 13 h et de 14 h à 20 h.
    Je me suis fait tout seul avec mon épouse. Je suis devenu propriétaire à bout de bras. J'ai compris que seul le travail  compte dans la vie. Je me suis fait un petit patrimoine afin de compenser nos minces retraites. A côté j'ai travaillé comme correspondant de presse pendant 18 ans. Je n'hésitais pas à écrire mes articles jusqu'à 4 h du matin.
    Dans mon métier, j'ai formé une vingtaine d'apprentis, en pensant à l'avenir de nos enfants. Je ne compte plus le bénévolat pour le bien de ma société.

    Alors, je voudrais bien que l'on nous respecte. Nous les anciens qui avons tout donné et travaillé pour la reconstruction de notre pays. Messieurs du gouvernement, nous ne sommes pas des vaches à lait ou des laissés pour compte.
    Les vieux ont droit au respect et à la reconnaissance.
    Jean-Michel Normand (Calvados)

    Ils ne sont surtout pas obligés d'engraisser tous nos gouvernement vautours ni de traiter toute la misère de la terre
    Joie des Mots



    La seule qui s'en sort : Brigitte macron

    La complainte du retraité volé ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :