• La culture du chanvre ...

    En Touraine, il est une distinction qui semble immuable, tant au sein d’une même profession, il convient de s’élever vis à vis de son presque pareil. Il en va ainsi dans bien des domaines dès que la vanité vient se mêler des relations humaines. C’est ainsi que les braves habitants de Bréhémont, cité ligérienne célèbre pour ses pissotières, furent de tout temps moqués par leurs voisins.

    Il est vrai qu’en cette bonne ville, la terre limoneuse prédisposait au rude travail du chanvre qui contraignait les cul terreux de l’endroit à toujours se ployer sous la tâche. Leurs collègues, plus éloignés de la Loire, quant à eux, avaient le privilège d’être vignerons. Ils se sentaient bien au-dessus de la condition de ces gens simples qui n’avaient pas de futaille dans leur cave.

    Les moqueries allaient bon train, surtout quand les uns et les autres se retrouvaient dans une foire. Les vignerons, la mine réjouit et colorée par la nécessité professionnelle, se plaisaient à traiter leurs collègues chanvriers de gagne-misère et de bien d’autres sobriquets peu amènes. Les gens de Bréhémont serraient des dents tandis que leurs poings les démangeaient.

    Le chanvre avait eu un temps son heure de gloire. C’était la glorieuse époque de la Marine de Loire. Puis, sa culture périclita.
    https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/a-la-porte-du-paradis-215011

     

    La culture du chanvre ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :