• Le chêne pédonculé ...

    En France et en Grande Bretagne, le chêne pédonculé, est l'essence de chêne la plus conduite en trogne (ou tétard) et apporte de nombreux spécimens aux arbres remarquables de ces deux pays.

    A la forme du têtard simple, taillé entre deux et trois mètres de haut,
    s'ajoute une invraisemblable diversité de formes et de situations.

    Le chêne pédonculé ...


    Les émondes du bassin de Rennes, appelées ragosses, peuvent tutoyer les 10 m de haut.

    Le chêne pédonculé ...


    A l'opposé, il est possible de découvrir en Sologne et dans certaines haies des bocages préservés de Bretagne, de Normandie et du Perche, des arbres en position horizontale ou oblique qui ont émis des rejets verticaux : ce sont les témoins de haies plessées destinées à clôturer les champs ou les forêts.

    Le chêne pédonculé ...


    Au Pays Basque, il faut aller voir de part et d'autre de la frontière, les boisements de chênes tétards souvent menés en candélabre.

    Le chêne pédonculé ...

    Aujourd'hui, laissés à eux-mêmes, ils rappellent une longue histoire qui a débuté au XVIème siècle. D'abord destinés à produire du charbon de bois, ces chênes étaient aussi pourvoyeurs de glands en automne et de bois courbes pour les chantiers navals. La récolte de fougère et le pâturage avaient lieu sous leur ramure.

    Le plus étonnant est l'ancienneté de ces pratiques (4.500 ans) que l'on recommence à mettre en oeuvre comme l'a montré le deuxième colloque européen sur les trognes organisé au Pays Basque en mars 2018.
    (Agenda Ouest-France 2019)

    Le chêne pédonculé ...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :