• Les français de "papier" ...

    L'attentat du 12 mai, n'est pas la première implication d'un réfugié tchétchène dans un acte terroriste en France. Déjà en 2013 une première interpellation avait eu lieu à Villeurbanne, huit autres à Paris en janvier 2015, six à Albi en février de la même année, une autre à Lyon en 2016 et une expulsion vers la Russie en 2017... Les exemples sont légions et pourtant Jean-Yves le Drian n'a pas de leçon à recevoir... Retour sur 25 ans d'une politique d'asile aveugle.

    Le tueur, né en 1997 à Argoun en Tchétchénie,  est arrivé en France à l'age de trois ans. Ses parents firent (ou sa mère seule plus vraisemblablement) partie des 121 réfugiés russes accueillis par la France cette année là.

    En 2010, il fut naturalisé Français en même temps que sa mère. Il grandit au sein de la communauté tchétchène du quartier de l'Elsau à Strasbourg. Titulaire d'un Bac ES depuis 2016 et n'ayant pas de casier judiciaire, son parcours se démarque de celui des terroristes précédents très majoritairement issus de la petite délinquance. En 2017, sa famille quitte Strasbourg pour Paris.

    Le lendemain des faits, le président tchétchène Ramza Kadyrov, renvoie la faute de l'attentat sur la seule et unique France par ces mots : " Il est né en Tchétchénie, mais c'est au sein de la société française que sa personnalité, ses opinions et ses convictions se sont formées ... Je suis sûr que s'il avait passé son enfance et son adolescence en Tchétchénie, le sort d'Hassan aurait été différent".
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/islamisme-tchetchene-20-ans-d-204389

     

    Les français de "papier" ...


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :