• Mer montante ...

    Mer montante ...


    Le soleil semble un phare à feux fixes et blancs.
    Du Raz jusqu'à Penmarc'h la côte entière fume,
    Et seuls, contre le vent qui rebrousse leur plume,
    A travers la tempête errent les goëlands.

    L'une après l'autre, avec de furieux élans,
    Les lames glauques sous leur crinière d'écume,
    Dans un tonnerre sourd s'éparpillant en brume,
    Empanachent au loin les récifs ruisselants.
    Les trophées.  José-Maria de Heredia


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :