• Migrations ...

    Migrations ...


    Je parcours un pays très étrange.
    J’aime la forêt,
    son silence cadencé,
    j’aime la mer,
    ses vagues toujours nouvelles et ses voiliers chantant,
    là-bas, au plus haut de l’horizon, papillons du soleil levant
    Les enfants sont adorables,
    qui dessinent ainsi le pressentiment et l’aventure.

    Et les hommes sont absents.
    Maurice Blanchard (extrait)


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :