• Quand l’AFP étouffe des informations gênantes pour le nouveau pouvoir

    Communiqué du SNJ-CGT de l’AFP

     L’affaire Richard Ferrand, sortie par Le Canard Enchaîné dans son édition du 24 mai, aurait pu être révélée par l’AFP. Des journalistes de l’Agence étaient en effet en possession des informations, mais la rédaction en chef France n’a pas jugé le sujet digne d’intérêt. Qu’un possible scoop sur une affaire politico-financière impliquant le numéro deux du nouveau parti au pouvoir ne soit pas jugé intéressant, voilà qui est troublant. Surtout après les affaires Fillon et Le Roux qui ont émaillé la campagne présidentielle, et alors que le nouveau président Emmanuel Macron affirme vouloir moraliser la vie politique.

    Généralement, un média met les bouchées doubles pour enquêter sur ce type d’informations quand elles se présentent. Pas à l’AFP, où les courriels de journalistes adressés à la rédaction-en-chef France soit sont restés sans réponse, soit ont reçu une réponse peu encourageante. Faute d’avoir pu donner l’affaire Ferrand en premier, ces mêmes journalistes de l’AFP ont eu la possibilité de sortir un nouveau scoop deux jours après l’article du Canard : le témoignage exclusif de l’avocat qui était au coeur de la vente de l’immeuble litigieux des Mutuelles de Bretagne en 2010-11.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34951

    Le Nouveau Pouvoir et la démocratie ...


    votre commentaire
  • Les salariés et les retraités les pires ennemis de la Finance et la Finance va s'en occuper elle ...

    Décryptage du projet d’ordonnances travail

    Réforme du Code du travail : les vidéos du Syndicat des Avocats de France vous présentent ce qui nous attend !

    Le 28 juin sera présenté en conseil des ministres le projet de loi d’Habilitation devant autoriser le gouvernement à prendre des « mesures pour la rénovation sociale ». Il a été transmis depuis le 14 juin au Conseil d’État. Ce projet de réforme par Ordonnances se révèle ainsi au grand jour, confirmant que les documents parus dans la presse avant les élections législatives étaient bien à prendre au sérieux… 6 pages, 9 articles, donnant plus de détails sur le programme de campagne d’Emmanuel Macron, et y ajoutant encore de mauvaises surprises… au détriment des salariés et des représentants du personnel… Quelques thèmes clés :
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34956

    Le Médef a dit ... Macron exécute ...


    votre commentaire
  • Les “fausses nouvelles” publicitaires


    Par Jean-Claude Guillebaud

     

    On parle tellement des fake news ces temps-ci que l’expression anglaise paraît déjà incorporée à la langue française. Seuls les Québécois résistent avec ténacité, au nom d’une francophonie plus exigeante que la nôtre. Ils préfèrent parler de fausses nouvelles. Imitons-les, afin d’échapper à la servitude volontaire du franglais. Fausses nouvelles, donc.

     

     La pratique détestable de ce mensonge à la mode se trouve quotidiennement relancée depuis que Donald Trump en a fait son ordinaire et raconte jour après jour n’importe quoi. On a mille fois raison de combattre cette manipulation dont les premières victimes sont la vérité, la confiance, la vertu démocratique et la République. Mais, du coup, on en vient à oublier l’essentiel. Ceci : qu’est-ce donc que la publicité, sinon une fausse nouvelle institutionnalisée et même portée aux nues avec frivolité et gourmandise. Je veux dire que l’on clame son hostilité de principe aux fausses nouvelles, mais on ne résiste pas - et c’est bien dommage - au message global dans lequel nous entortille la publicité. Un message dont les effets, à bien réfléchir, sont plus corrupteurs qu’on ne l’imagine.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34942

    Supprimons la pub ...


    votre commentaire
  • Contrat de projet : le faux CDI de Macron

    Par Malika Butzbach

    Dans le projet de loi d’habilitation qui sera présenté le 28 juin au Conseil des ministres, le gouvernement ajoute aux mesures de la loi Travail II déjà connues un contrat à durée indéterminée… à fin programmée.

     Mercredi 21 juin, le journal Le Monde révélait le « projet de loi d’habilitation à prendre des ordonnances sur les mesures pour la rénovation sociale », un nouveau texte qui dessine plus précisément ce qui pourrait être la « loi travail XXL » du gouvernement. Si de nombreuses propositions avaient déjà fuité dans la presse, le texte comporte cependant une surprise de taille : le contrat de projet. Difficile de définir cette mesure, marotte du Medef depuis 2014. Le contrat s’inspire des « contrats de chantier » utilisés dans le secteur du BTP : il permet à l’employeur de se séparer de son salarié une fois le chantier fini, sans avoir recours à un licenciement économique. Comme la durée du projet est incertaine, il ne s’agit pas d’un contrat à durée déterminée (CDD). Il s’agit plutôt un contrat à durée indéterminée (CDI) à fin programmée.

    La précarité renforcée

    Dans son projet de loi, le gouvernement cherche à « favoriser et sécuriser, par accord de branche ou, à défaut, à titre expérimental (…), le recours aux contrats à durée indéterminée conclus pour la durée d’un chantier ». Que dire de plus, à part que l’on a devant nous une nouvelle mesure visant à faciliter davantage les licenciements pour les employeurs, laissant les employés sur des sièges éjectables avec un CDI qui n’a d’indéterminé que le nom. Une précarisation généralisée de l’emploi en somme. Déjà, le mardi 20 juin, Édouard Philippe estimait que ce type de contrat était « un instrument intéressant ». « Je ne dis pas qu’on le fera, je dis que c’est une bonne discussion », avait souligné le Premier ministre.

    Il faut pourtant croire que le choix est fait : « Je ne vais pas me prononcer sur ce document, mais on retrouve effectivement le cadre dans lequel la ministre du Travail veut discuter avec les partenaires sociaux », a affirmé Christophe Castaner ce matin sur France Inter. La CGT a réagi, dénonçant « la fin du CDI pour tous et toutes ». Voilà qui est de bon augure pour les discussions.

    (photo : Alain Jocard/AFP)

    politis.fr
    Altermonde-sans-frontières

    Les projets de Macron pour les travailleurs ...


    votre commentaire
  • Pendant le Ramadan, le respect des voisins doit être une priorité.
    Pour que le mois de Ramadan soit un mois de spiritualité et de partage et non un mois de haine et de commérage.
    Pour que le mois de Ramadan soit un mois de paix et de fraternité et non un mois de conflits et d’hostilités.
    Je vous demande de consacrer le prêche de vendredi 20/6/2014 pour parler du respect du voisinage et du vivre ensemble.
    http://www.imamabdallah.com/2014/06/le-ramadan-arrive-tachez-d-etre-discrets-et-de-ne-pas-deranger-vos-voisins.html

    Ils ne doivent pas lire les mêmes choses que moi ...


    votre commentaire
  • Macron fera-t-il tintin sur le Tibet ?

     

    Par David Fontaine

     

    L’homme dont la poigne fait fléchir Trump et qui déballe ses griefs à la face de Poutine osera-t-il rencontrer, voire inviter, le dalaï-lama ? Au risque d’encourir le courroux inévitable du président chinois Xi Jinping ?

     

    L’accueil réservé au chef spirituel des Tibétains est en effet un signe entre tous d’indépendance nationale et de souveraineté diplomatique face aux pressions de Pékin : Obama et Merkel ne se sont jamais privés de le recevoir, pas plus que Nelson Mandela, Lech Walesa ou Vacláv Havel, en leur temps, comme le rappelle Jean-Claude Buhrer, ex-correspondant à Genève. Il n’en va pas tout à fait de même en France.

    Chirac, qui l’avait reçu en grande pompe à la Mairie de Paris, en 1982, n’a plus accepté de s’entretenir avec lui, une fois élu président. Sarko, après l’avoir prudemment boudé à l’été 2008, en pleins J.O. de Pékin, l’a finalement entrevu à Gdansk quelques mois plus tard, avant de jurer bien vite qu’on ne l’y reprendrait plus. Et Hollande l’a fait « courageusement » éconduire l’an dernier par Jean-Marc Ayrault, qui l’avait pourtant fièrement reçu dans sa mairie de Nantes huit ans plus tôt… Selon que vous serez dans l’opposition ou au pouvoir, vous vous montrerez accueillant ou misérable !
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34937

    Courageux mais jusqu'où ?


    votre commentaire
  • Les non-musulmans ont-ils oui ou non le droit de dormir pendant le ramadan ?

     

    Voilà la question que je me pose depuis trois semaines.  Depuis qu'un kebab pourri s'est ouvert dans mon quartier hyper tranquille ...

     

    Mais non, c’est ramadan.  Alors tout est permis, les cris, les grands éclats de rire jusqu’à point d’heure.  Il est presque quatre heures du matin et je dois renoncer à dormir jusqu’à ce que ces voyous décident de rentrer chez eux. Tout ça n'a rien de religieux, c'est le bruit pour le bruit.

     

    On a beau réclamer le silence, demander qu’on ferme les fenêtres, rien n’y fait. A l’évidence, l’éducation de ces gens-là n’est pas la nôtre.

     

    Que faire ?  Appeler la police ? Mais ma bonne dame, vous n’y songez pas : c’est ramadan ! Il faut être tolérante, Madame. C’est une fois par an.  Oui, une fois par an mais pendant trente jours.
    Ils ont reçu des ordre de ne pas les déranger pendant cette période.

     

    Il va falloir tenir jusqu'à dimanche ...

    Nous en sommes là dans mon quartier ...


    votre commentaire
  • L’américanisation de la politique française


    Par Noël Mamère

    Les historiens considèrent que le « Nouveau Monde » correspond à l’Amérique découverte par Christophe Colomb. En cette fin de séquence électorale, le Nouveau Monde découvert par Emmanuel Macron ressemble fortement à l’américanisation de notre pays, contaminé par les pratiques politiques en vigueur outre atlantique : Le peuple s’abstient et les lobbies font la loi.

    Les 56,6 % d’abstention, soit 26 millions d’électeurs, sans compter les 2 millions de votes blanc, montrent que, au-delà des louanges des courtisans, la crise de représentation a atteint un nouveau pic particulièrement inquiétant. La seule élection qui mobilise les Français - exceptée peut-être celle des municipales - est la présidentielle, quand ils se choisissent un monarque républicain. Comme aux États-Unis, c’est cette élection qui structure l’organisation du paysage politique. Les Américains l’ont tellement intégré qu’ils laissent ceux qui se passionnent encore pour la politique faire la loi lors des « Primaires » puis, après que leur champion a été élu par leurs Conventions respectives, ce sont les électeurs, matraqués par des campagnes de publicité ciblées, qui se déplacent dans les « swing states », ces quelques États qui font basculer l’élection du Président. Ensuite les citoyens se retirent sur leur Aventin, laissant les professionnels de la profession politique, « ceux de Washington », les lobbyistes, le big-business, voire la mafia, s’occuper des affaires sérieuses.

    Le nouveau Président a scénarisé sa campagne selon un storytelling très écrit : mettant en avant son couple, comme aux États-Unis, chantant la Marseillaise la main sur le cœur comme lors de l’hymne américain… À cela s’ajoute la volonté d’Emmanuel Macron de s’appuyer sur une technocratie dotée désormais des pleins pouvoirs, pratiquant le spoil system, comme aux États-Unis, en remplaçant tous les directeurs d’administration sur des bases politiques.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34929

    L'Amérique de Macron ...


    votre commentaire
  • Une Assemblée illégitime

    Par André Bellon

     

    Une fois de plus, les Français ont indiqué leur inquiétude et leur rejet de la situation politique dans le pays.

     

    Ils l’ont exprimé, à la fois, par l’élimination des partis qui se succédaient jusqu’à présent à la tête de l’État et dans une abstention sans précédent pour une élection de cette importance. Seuls 43 % des électeurs ont émis un vote si l’on tient compte des blancs et des nuls (6,9 % et 2,94 % des votants). Cette situation inédite est le symbole d’une profonde crise de régime. La Vème République tourne à vide.

    Nous assistons à une perte de confiance dans un système qui est de moins en moins perçu, à raison, comme démocratique. Car si le résultat permet de conforter une large majorité de députés au profit du président de la République, la légitimité de cette assemblée est fragilisée par un vote peu convaincant. Cette fragilisation atteint tous les élus quels qu’ils soient. Chacun d’entre eux doit en avoir conscience sous peine de participer au coup d’État rampant depuis l’élection présidentielle et, sans doute, depuis le non-respect du vote des Français exprimé le 29 mai 2005 sur le Traité constitutionnel européen.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34918

    Une assemblée déjà si contente d'elle ...


    votre commentaire
  • En avant vers de nouvelles aventures

    Par Fabrice Nicolino

    Je vais vite, car à la vérité, je me fous en bonne part du résultat des élections de dimanche. Un mot à destination des Pleureuses : arrêtez de chialer sur tel ou tel épisode. La France était à l’entrée dans 2017 une terre profondément ancrée à droite et paraissait promise à Fillon et à ses redoutables sbires, tel ce président de la région Pays-de-la-Loire Bruno Retailleau, qui serait aujourd’hui ministre de l’Intérieur. Par un coup de baguette magique, le pays a été confié à des gens moins sinistres, mais qui n’entendent nullement s’attaquer à ce qui domine de si haut notre époque : la crise écologique.

    En somme, on n’aura pas eu le pire, mais qu’est-ce que le pire ? Lecteur, imagine cette scène : un ruffian frappe à ta porte, et comme tu ne réponds pas, arrache les gonds et te refile une raclée monumentale. On est d’accord, ce serait mieux si tu pouvais saisir le manche du tisonnier avant d’avoir la tête en sang. Ah ! j’oubliais. La crapule a en outre déposé une bombe dans ton salon, avec un minuteur. Et s’en est allé après t’avoir battu comme plâtre. Et maintenant cette autre scène : un jeune homme bien mis sonne à ta porte, et si je dis bien mis, c’est parce que tu viens de regarder derrière le rideau : oui, ce garçon a l’air sympa. Tu ouvres, et en effet, comme il est agréable ! Il a même apporté une bonne bouteille, et vous vous livrez à une partie d’échecs sur fond de vin rouge qu’il a le bon goût de te laisser gagner. Mais quelle bonne soirée ! Seulement, lui aussi laisse derrière lui une bombinette qui, sitôt qu’il sera parti, arasera ta jolie maison et te transformera en andouille et en andouillette.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article34924

    C'est vrai on a évité Retailleau en sinistre de l'Intérieur ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique