• L’alternative à l’épreuve de la violence

    Par Gérard Charollois

     

    Le système en place, bien gardé par la secte des adorateurs du Marché, des firmes et de la compétition forcenée, exerce un pouvoir totalitaire inédit. Une démocratie de pure apparence offre l’illusion aux peuples qu’ils choisissent leurs dirigeants, alors que ceux-ci sont choisis afin de pérenniser les intérêts très privés et ce, en raison du rôle joué par l’argent dans la propagande politique. Lors des élections, les gens peuvent opter en faveur des candidats "raisonnables, modérés, novateurs juste ce qu’il faut, mais pas trop" et contre les candidats "du chaos, de l’aventure, de la radicalité irresponsable, du populisme dangereux". Les magazines et les médias audio-visuels, propriétés des oligarques, raconteront l’enfance, les études, la famille du « bon candidat » et souligneront les dérapages, les coups de colère, les incohérences des « mauvais candidats ».

     

    Telle est la « démocratie » ! Comment résister ? Par la violence, le terrorisme, la transgression des lois et de l’ordre ? Nous le savons, « l’Histoire s’est faite à coups d’épées ». La violence fut génitrice de bien des progrès, des avancées, des ruptures utiles. Sans la violence, les grands débats, les pétitions, les manifestations compassées glissent sur le pouvoir du système sans en modifier le cours létal. Il advient même que le Droit, la force de la loi, les décisions des juridictions cèdent devant les lobbies et le mépris des principes qu’allèguent ces petits personnages (le monarque, à ce jour et ici, offre des oies sauvages au bon peuple qu’il injurie ainsi en violation flagrante des normes juridiques). Pour les banquiers et autres oligarques, le peuple, c’est illettré, sans dent et assez abruti pour faire de la mort un loisir. Cependant, face au totalitarisme contemporain, les barricades des grands ancêtres, les machines infernales des anarchistes du 19ème siècle, les attentats contre la personne d’un quelconque führer sont vains.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40431

    Au lieu de défiler ? bloquer hypers, stations, raffineries, banques ? en silence ...

     

    Nous avons peu de choix contre une dictature ...


    votre commentaire
  • STOP à cette démocrassie du vote débile ...

    Présidentielle anticipée : on reprend les mêmes, et le vote blanc explose !

     

     

    À la demande de l’hebdomadaire Marianne, l’institut IFOP vient de réaliser auprès des Français un sondage sur les intentions de vote des électeurs dans le cas d’un scrutin présidentiel anticipé. Les résultats en sont édifiants. Et de nature à faire grincer bien des dents dans les rangs de l’opposition non frontiste malgré une défiance accrue à l’égard du pouvoir en place… 

    Disons-le tout net : sauf à voir se profiler dans les semaines à venir une présidentielle anticipée – dont chacun sait qu’elle n’a pas l’ombre d’une chance de voir le jour –, mesurer les forces en présence trois ans et demi avant la prochaine échéance ne permet en aucune façon de se projeter sur ce que sera le panorama politique français en 2022, a fortiori sans connaître l’identité des candidats officiels.
    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/presidentielle-anticipee-on-212441

     

    L'avenir politique français est sinistre ...


    votre commentaire
  • Sauf exception, ce n’était jamais mieux “avant

    Par Bernard Gensane

    Je suis membre d’un groupe de personnes relativement âgées qui fournissent des documents, personnels ou non, concernant les années quarante et cinquante. Je voudrais dire deux ou trois mots sur la photo ci-dessous, proposée par Anne Mazer. L’esthétique de cette photo est réelle. Sociologiquement, c’est un document formidable. Les réactions des membres du groupe furent de deux ordres. Les gens du nord étaient très sympas (pas vrai Bachelet, pas vrai Macias ?), il y avait une grande solidarité dans les corons. Ayant moi-même vécu, durant ma prime enfance, dans un milieu urbain légèrement amélioré par rapport à celui-là, je peux dire que ces appréciations sont parfaitement valables.

     Maintenant, regardons bien cette photo. Il n’y a pas de tout à l’égout, vraisemblablement pas d’eau courante, l’isolation thermique est un concept inconnu à l’époque et j’imagine que cette maison dispose seulement d’un pauvre poêle, peut-être un feu continu. À part cela, comme l’observe un membre du groupe, il n’y a pas un papier par terre. Du nord de la Somme jusqu’au Danemark, la propreté régnait à l’époque, même dans des rues de terre battue. Le mari de cette dame qui tord sa “wassingue” (serpillère, déjà l’anglais nous avait envahi) en regardant le photographe est vraisemblablement mineur de fond. Les mineurs étaient logés pour un loyer plus que symbolique, ce que ne critiquait pas encore les bourgeois repus de la Cour des Comptes. Quand les fenêtres étaient murées, les impôts locaux étaient plus faibles. Derrière la blondinette, une veuve, de la Guerre 14-18 ou d’une silicose.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40424

     

    Chacun à un avant différent ...


    votre commentaire
  • L’attitude de Macron fragilise la démocratie

    Qu’on en juge ! En confondant volontairement légalité et légitimité, en prétendant que la légalité de son élection suffit à garantir la légitimité de la moindre de ses réformes autant qu’à justifier son attitude volontiers condescendante, Emmanuel Macron fragilise profondément la légitimité de la légalité, et donc l’Etat de droit.

    En s’imaginant que la souveraineté populaire peut se contenter d’une consultation semble-t-il plus que biaisée, de l’aveu même de ceux qui devaient l’organiser, en assimilant tout désaccord aux pires abominations pour empêcher toute critique, c’est le principe même du débat démocratique que l’on désavoue. Il ne suffirait plus que de confisquer les prochaines élections pour achever de convaincre nos concitoyens que, décidément, la légalité ne permet plus de faire entendre la volonté légitime du peuple souverain. En d’autres termes, qu’il ne lui reste plus que l’illégalité pour se faire entendre…

    Comment ne pas voir le danger, alors que trop de gens oublient que le choix de l’illégalité et plus encore de la violence ne saurait être qu’un ultime recours, un remède qui peut bien être pire que le mal tant il s’accompagne de drames, remet en cause même ce qu’il veut défendre, et fait courir le risque de dérives atroces ?

    Mesure-t-on bien à quel point chacune des victoires remportées contre la volonté générale par tel ou tel lobby bien placé, tels ou tels donneurs de leçons débordants de supériorité morale, tel ou tel parti farouchement attaché à ses prébendes, tel ou tel homme politique fier de son habileté, est un coup terrible porté à la démocratie ?
    https://www.causeur.fr/macron-democratie-loi-casseurs-peuple-158808

     

    Pour qui roule Freluquet ?


    votre commentaire
  • Salauds de « démunis » !

    Les pauvres ne le sont plus vraiment dans les mots, ils sont défavorisés, ou encore « à faible revenu », voire « parmi les plus démunis », RMIstes… De toute façon, ils ne sont plus chômeurs car ils sont demandeurs d’emplois… sauf quand ils ne demandent rien. Et c’est de notre faute parce que c’est trop compliqué pour qu’ils sachent quoi demander (pas faux). Christophe Castaner a franchi une nouvelle étape dans le positif. Selon lui, ils sont « en situation de non emploi » ; d’ailleurs côté patron on ne licencie plus, on réduit les effectifs. Nos paysans devenus agriculteurs sont maintenant des « exploitants agricoles » bien qu’il ne faille pas bon exploiter quoique ce soit, ni la terre ni les hommes… pour un peu qu’ils exploitent un ouvrier agricole ça risque de mal tourner ; on pourrait les appeler par exemple « entrepreneurs cultivateurs terriens » ?

    Le « migrant » définit par un terme générique tous ceux qui transitent de quelque façon que ce soit, droit ou pas droit, papiers ou pas, réfugiés politique ou suspects, le tout étant de ne surtout pas faire de différence et, horreur parmi les horreurs, de les « stigmatiser ». On ne les expulse certainement pas, au mieux « on les éloigne » (Gérard Colomb).
    https://www.causeur.fr/sophie-de-menthon-politiquement-correct-2-158830

     

    Langue de bois de notre démocrassie ...


    votre commentaire
  • Les propriétaires sont devenus des comptes en banque sans réflexion, sans respect pour les habitants de leur ville, sans respect pour leur ville.

    Ce qui se passe en Grèce, se passe à Lisbonne, à Paris, partout ...

    La location à court terme de propriétés sur des plates-formes, comme Airbnb, a commencé à poser des problèmes au marché de la location à long terme traditionnel, selon une étude sur les conséquences de l’économie de partage réalisée par Grant Thornton à la demande de la Hellenic Chamber of Hotels.

    Présentée aux médias mardi à Athènes, l'étude a révélé que les revenus du marché locatif à court terme en Grèce ont atteint 1,9 milliard d'euros, soit 10% des dépenses annuelles des touristes étrangers en Grèce.

    L’étude a mis en évidence le fait que de plus en plus de propriétaires retirent du marché des logements locatifs qui logeaient auparavant des locataires à long terme et choisissent de louer à court terme leurs appartements ou leurs maisons aux touristes. La raison : les locations à long terme ont généralement un loyer mensuel standard tandis que les locations à court terme permettent de facturer des frais de loyer journaliers, qui peuvent varier (en clair de plumer le client et d'avoir autant de revenus en louant 4 mois que toute une année à un habitant de la ville).

    L'étude a montré que le taux de croissance annuel des loyers à court terme en Grèce a atteint environ 25%, ce qui a entraîné une augmentation de 9,3% des loyers à long terme.

    On loue son jardin pour des campeurs, on trouve ça vachement intéressant. Je ne veux pas dire que les taxis, les locations, les hôtels officiels ne sont pas des voleurs, mais c'est une réflexion à court terme qui fragilise les habitants des centres villes touristiques ...

     

    Le profit mène le monde ...


    votre commentaire
  • Je suis heureuse, Macron a découvert l'eau chaude.

    L'ascenseur social est en panne, il est bloqué sur la descente.
    Je suis tombée, hier, en plein discours électoral, sous prétexte de Grand débat sur un Macron qui venait de découvrir les difficultés des "jeunes retraités" ... 63 ans maintenant alors que dans le monde du travail vous êtes senior à 50 ans.
    Il découvrait donc que ce fameux jeune retraité se trouvait à la tête d'une entreprise familiale. Souvent il a encore ses parents, qui peuvent être à charge dans une maison de retraite trop chère pour eux, ses enfants qu'il a envie d'aider parce qu'un couple avec un ou deux salaires minimums, leur vie est difficile et il a aussi des petits enfants qu'il aime gâter à Noël et aux anniversaires ... et là, tout à coup ... 
    Et puis, il aura peut-être besoin  d'aller en maison de retraite ? encore plus chère ....
    Merci Macron, ben il ne peut plus.

    Parfois, je me demande pourquoi ces personnages importants qui nous gouvernent ? escroquent ? ne viennent pas me demander ce qui va mal parce que les parents et les enfants qu'il faut aider, ça ne date pas d'hier et que toute cette classe moyenne qui vivait bien se paupérise ...
    Le Freluquet avoue son innocence sur les problèmes des Français alors que tous nos gouvernements de droite et de gauche on fait en sorte d'en arriver là.
    La mondialisation, le libéralisme ils savaient tous que ça allait leur rapporter et nous soumettre.

    Ne pas débattre ... COMBATTRE !!!

     

    Edito de Joie ...


    votre commentaire
  • Le mode d‘action et de mobilisation des Gilets Jaunes intrigue et donc inquiète tous ceux qui ne savent marcher et penser que dans les clous. Comment un mouvement qui est le fait de personne(s), qui ne vient de nulle part, qui ne suit pas un penseur patenté, qui ne lit pas l’avenir dans l’horoscope des médias officiels, qui n’a pas des troupes de communicants à son service, qui n’est pas traversé par les clivages habituels... comment a-t-il pu naître, se développer, mettre la France sens dessus dessous, se maintenir… ?

    D’où les affirmations officielles pour le diviser, le dénigrer et même le cogner fortement pour le déconsidérer, l’affaiblir aux yeux de la population. Malgré tout, celle-ci reste encore plus sensible à ses revendications qu’aux efforts du gouvernement et de ses supports habituels pour le déconsidérer. Malgré le silence de beaucoup qui se voulaient l’avant garde populaire et sont effrayés de ce qui naît à côté d’eux, en dehors d’eux.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-couleur-des-gilets-jaunes-212380

     

    Demain samedi ...


    votre commentaire
  • Je vous parle régulièrement de l'émission "C à voir" à 19 h sur la 5.
    Pour ce qui est du divertissement, ils sont bons. Quand il s'agit de politique ? odieux !
    Hier soir, ils recevaient Edwy Plenel au sujet des bandes sons entre les "mignons" de la ripouxblique où ils parlaient du "patron", notre Freluquet, qui les protégeait, et de la tentative d'intimidation de Freluquet, hors justice, pour connaître les sources de Plénel ... toute l'équipe, surtout Cohen, était odieuse, mais, comme François Bégaudeau l'autre jour, pour faire taire Plénel il faut de plus grandes pointures.

    Un autre soir, ils ont reçu cette sociologue, je vous en avais déjà parlé, parce que, là aussi, ils avaient été en dessous de tout, mais là encore, cette femme tranquille leur a tenu tête avec calme et ironie, elle connaissait bien son sujet "Manu le président des hyper-riches", sur le bout des doigts ...
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40400

     

    La télé faite par les ultra-riches et leurs pantins ...


    votre commentaire
  • Loi « anticasseurs » : la honte de La République en Marche

    Par Manuel Jardinaud

    Le 5 février, en première lecture à l’Assemblée Nationale, les députés ont adopté la proposition de loi visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs. Seuls 50 élus de LREM se sont abstenus. En adoubant ce texte qui porte atteinte aux libertés fondamentales, la majorité présidentielle bascule dans l’indignité.

     Rien n’y aura fait. Ni les critiques constructives, ni les dénonciations pertinentes, ni les coups de gueule incisifs. Le parti majoritaire, La République en Marche, a voté le 5 février à l’Assemblée Nationale la proposition de loi (PPL) visant à prévenir les violences lors des manifestations et à sanctionner leurs auteurs. Cette loi contre les libertés, dite loi « anticasseurs », a été adoptée à 387 voix (92 contre, 76 abstentions). Seuls 50 députés LREM, croyant sauver à peu de frais les valeurs qu’ils pensent encore porter haut à coups de tweets et de justifications bancales, se sont abstenus. Aucun ne s’y est opposé. Avec ce vote, La République en Marche bascule dans l’indignité.

    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40396

     

    Les mafieux en marche

    En MARCHE vers la vraie DIKTATURE ...

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique