• « Les Français ressentent que s’ils ne sont plus un grand peuple, c’est parce qu’ils sont dirigés par de petits personnages »

    « De petits personnages assez grotesques et d'une arrogance folle... »

    Il pourrait y avoir des signaux faibles sur le fait que le personnage en question a cité le nom de monsieur Attal, que des photos ont circulé sur les ou que ce personnage ait été pris en photo avec Brigitte Macron. On a également des images d’un reportage télévisé qui ressemble étonnamment à l’intérieur du palais parisien où ces restaurants étaient organisés. Il y a des débuts de commencement de preuve, mais cela ne constitue pas des preuves. Le phénomène d’emballement est intéressant en tant que tel. Il révèle que les rumeurs se propagent à une vitesse incroyable sur Twitter et que le pays est vraiment à cran et d’une certaine façon a presque envie de croire à cette tartufferie de la classe dirigeante qui impose des règles, mais qui ne se les impose pas à elle-même. Les gens ont tendance à croire cela avant même qu’il y ait la moindre preuve.

    Évidemment, c’est dangereux. Il faut se demander pourquoi cela fonctionne si bien et pourquoi il y a ce mécanisme d’emballement. Il n’y a pas totalement de fumée sans feu.

    Premièrement, le président de la a attrapé le Covid lors d’un dîner de onze personnes à l’Élysée. On peut dire qu’il est le président de la République et qu’il est normal qu’ils se réunissent. Oui et non. Lorsqu’on est dirigeant, il y a un devoir d’exemplarité.
    https://www.bvoltaire.fr/guillaume-bigot-les-francais-ressentent-que-sils-ne-sont-plus-un-grand-peuple-cest-parce-quils-sont-diriges-par-des-petits-personnages/


    Ces arrogants qui nous gouvernent ...

    Pauvre France ..


    votre commentaire
  • Beau mais frais ... vite fait !!!
    Bonne journée !
    Plus que la faim, la soif, le chômage, la souffrance d'amour,
    le désespoir de la défaite, le pire de tout, c'est de sentir que personne,
    mais absolument personne en ce monde, ne s'intéresse à nous.
    Paulo Coelho
    Un Pays, un Peuple abandonné, aux mains des margoulins et des malfrats.

     

    Je reviens du marché ..


    votre commentaire
  • Une société de caste se met en place, là où les privilégiés ont tous les droits, quand le peuple n’a même plus le droit de profiter de la vie. On se croit dans l’Ancien régime, plus inégalitaire que jamais.

    Très belle démonstration du président des Patriotes. On avait commencé par Bayrou, qui s’exemptait du port du masque, dans un aéroport, quand tout le monde se voyait rappelé à l’ordre par les policiers. Personne n’a oublié le restaurant clandestin des journalistes de BFM TV, révélé par Le Canard Enchaîné.

    M6 a révélé que nombre de soirées privées se montent dans les soirées luxueuses, avec des menus à 500 euros ! On parle de ministres, de chefs d’entreprises, de juges et de journalistes ! Et les autorités sont au courant.

    Pendant ce temps, les restaurants populaires sont fermés, et les Français sont verbalisés à 135 euros pour un rien !

    Cela ne pourra pas durer longtemps !
    https://ripostelaique.com/philippot-clubs-prives-caste-boursiere-le-covid-cest-juste-pour-les-gueux.html

     

    Le pouvoir a touis les droits, le gueux est verbalisé ...


    votre commentaire
  • Eric Zemmour à Manuel Valls : “Vous dîtes que le grand remplacement n’existe pas, mais dans votre ville il est achevé”

    L’essayiste, qui défend la France et sa culture corps et âme, a d’abord affronté l’ancien Premier ministre sur un sujet qui lui tient à cœur : sa ville, Evry dans l’Essonne. Et il n’a pas hésité à lui rappeler une petite phrase prononcée en 2009 en pleine primaire du PS : « Je me souviens de Manuel Valls qui à Evry, voulait mettre quelques ‘blancos’ et quelques ‘whites’. Quand vous parlez du grand remplacement qui n’existe pas, en tout cas, dans votre ville il est achevé le grand remplacement. La preuve c’est que vous cherchez quelques blancs à mettre au milieu d’autres », lui assène-t-il alors que Manuel Valls nie en bloc. Pour rappel, l’ancien Premier ministre avait créé la polémique en réclamant davantage de diversité et avait alors glissé : « Belle image d’Evry ! Tu me mets quelques Blancs, quelques whites, quelques blancos ! »

     

    Et Eric Zemmour de continuer : « Combien de villes comme Evry ? Je suis né à Montreuil, j’ai grandi à Drancy, dans le XVIIIe à Château Rouge. Ce sont des endroits uniquement maghrébins ou africains, largement islamisés. Et il y en a comme ça des tas ou en vérité nous ne sommes plus en France. Il n’y a plus de mœurs françaises », lâche-t-il, accusant Manuel Valls de « minorer » les faits. Selon lui, il n’y a pas de mauvaise répartition, « on le voit partout en France », et il cite l’exemple de Béziers où deux tiers des élèves seraient « des enfants maghrébins » dans certaines classes.

    Une « posture hypocrite »

    Plus loin, dans l’interview, l’essayiste a signifié à l’ancien Premier ministre qu’il n’avait pas compris sa comparaison dans son livre « Pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines ». « Quand vous dites, et vous me mettez dans le même sac qu’Assa Traoré, je n’arrive pas à vous prendre au sérieux », lance Eric Zemmour lui reprochant d’être « dans une posture hypocrite » et de ne pas croire à ce qu’il dit. Le journaliste ne comprend surtout pas comment on peut mettre dans le même sac « celle qui veut détruire la France et celui qui veut la défendre ».
    https://www.valeursactuelles.com/societe/video-eric-zemmour-a-manuel-valls-vous-dites-que-le-grand-remplacement-nexiste-pas-mais-dans-votre-ville-il-est-acheve/

     

    Manuel a vallsé ...

     


    votre commentaire
  • L'affaire de Pontoise ...

    Appelez la police au lieu de régler vos affaires vous-mêmes.

    Il y a une quinzaine de jours, mon petit fils et son meilleur ami se sont fait voler une moto dans un garage forcé. Ils ont tout de suite pensé à un "quartier perdu de la république" et sont donc partis voir.

    Les jeunes racailles étaient en plein rodéos, trois par engin et la moto était là. Mon petit fils et son ami se son approchés pour reprendre l'engin aussitôt les racailleux ont sorti des couteaux.

    Et nous en arrivons à "Appelez la police"
    Ce qu'ils font et la police leur a répondu qu'ils n'avaient pas envie de se faire caillasser.

     
    Il a plus longtemps, transfert de sacs, sûrement de drogue entre Tchètchènes et Maghrébins (pardon, Français d'origine ...) sous mes fenêtres ...

    Délation ou pas, je m'en balance, j'appelle le commissariat. Un jeune homme charmant me répond : "Pendant le Ramadan, NOUS AVONS ORDRE DE LEUR FOUTRE LA PAIX" ...

    Le Ramadan c'est dans une dizaine ? on va rigoler !!!

     

    Coup de gueule ...

     


    votre commentaire
  • Trappes, histoire d’un déni français

    Territoire perdu pour les uns, ville à parfaire pour les autres, Trappes fait l'objet de tous les fantasmes. Deux mois après l'affaire Didier Lemaire, Valeurs actuelles a enquêté sur cette commune où l'on ne vit plus tout à fait à la française.

    votre commentaire
  • Dans les débats, c'est toujours l'invité qui ouvre le feu, Valls arrogant ne voulait point se taire, Zemmour attendait son tour pour lui rendre ses" politesses".... Pourtant, parait-il, très vite Valls a commencé à suer à grosses gouttes ...

    Valls – le torero – mis à mort par Zemmour !

    Les quarante premières minutes m’ont donné raison : sur les questions qui touchaient à l’histoire de France, à la controverse de Gaulle/Pétain, ou encore au choc de civilisation, l’ex-Premier ministre a résisté à l’éloquence et à l’érudition légendaire de notre favori. Une résistance surtout due à son caractère combatif, et à sa maîtrise de la technique du débat.

    Puis, est arrivée la minute de vérité, celle qui permit à Zemmour de porter un coup décisif. Le “torero” a été mis à mort, avec quatre banderilles plantées par Zemmour dans le dernier tiers du débat.

    La première visait au millimètre les atermoiements politico-identitaires de Valls, ces dernières années en particulier : alors que Valls roucoulait la larme à l’œil son amour pour la France, Zemmour lui rétorquait qu’il oubliait bien vite son retour aux sources raté, à Barcelone ...

    La deuxième banderille fut portée sur le coté gauche de Valls : il a contribué, avec l’ensemble de ses collègues socialistes, à l’invasion migratoire et à l’islamisation de la France ...

    La troisième banderille fut celle qui rappela son action en tant que Premier ministre : Valls a favorisé la régularisation de sans-papiers comme personne auparavant, avec sa fameuse “circulaire Valls”

    La dernière banderille fut sans doute la plus cruelle, elle acheva définitivement le “torero” catalan. Alors que Valls contestait la notion de “Grand Remplacement, alors qu’il minorait l’immigration en s’embrouillant dans une logorrhée de chiffres ...

    Eric Zemmour : «Quand dans votre livre vous me mettez dans le même sac qu’Assa Traoré, je n’arrive pas à vous prendre au sérieux […] Comment mettre dans le même sac celui qui défend la France et celle qui n’a de cesse de la détruire»
    https://ripostelaique.com/valls-le-torero-mis-a-mort-par-zemmour.html

     

    J'ai tenu 5 minutes ...


    votre commentaire
  • Politique de la ville: l’État arrose les banlieues, les Français récoltent des impôts !!!

    Des centaines de milliards d’euros d’impôts jetés par les fenêtres en 44 ans

     

    Car c’est bien là l’autre gros problème: malgré des investissements considérables, les résultats de cette politique amorcée en 1977 par Raymond Barre, se font toujours attendre… Et tout le monde le sait. Qu’il s’agisse des médias mainstream, de la Cour des comptes ou du… Président de la République! Comme le rappelle notre intervenant, Le Canard enchaîné avait rapporté ces mots prêtés à Emmanuel Macron lors d’un Conseil des ministre en mai 2018: «La politique de la ville est un échec. Depuis vingt ans, on a donné des milliards sans jamais régler les problèmes.»

    Pourtant, l’État persiste à épandre des sommes hallucinantes. Outre le rapport Borloo de 2018, énièmes préconisations chiffrées à 48 milliards, qui aujourd’hui auraient été aux «trois quarts» mis en œuvre, Jean Castex a également sacrifié les fonds publics sur l’autel de la cohésion sociale. Lors d’une visite à Grigny fin janvier, le Premier ministre a promis 3,3 milliards d’euros aux «quartiers prioritaires de la politique de la ville» (QPV).
    https://fr.sputniknews.com/economie/202104011045428296-politique-ville-arrose-banlieues-impots/

     

    Nous les payons pour qu'ils  nous gâchent la vie !!!

     

     


    votre commentaire
  • Gaulois réfractaires, allons-nous accepter ça encore longtemps ?

    Publié le 1 avril 2021 - par

    Je me rappelle d’un temps où… attendez, excusez-moi, je n’étais pas né en ce temps-là.
    J’ai ouï dire d’un temps pas si lointain où mes compatriotes, pour résister à l’invasion d’une puissance ennemie, faisaient sauter des trains, des ponts, des routes, bravaient le couvre-feu, prenaient le maquis et ceci au risque de leurs vies. Ils en étaient parfaitement conscients et pourtant ils agissaient quand même.
    Avaient-ils plus de testostérone que nous, plus de « corones ou cojones » comme on dit, plus de courage, plus d’abnégation ?

    Je n’en sais rien, mais force est de constater que nous sommes incapables, malgré les circonstances, de faire ne serait-ce que 10 % de ce que nos parents ou grands-parents ont accompli durant cette sombre période. Il fallait en avoir pour dynamiter des voies ferrées en pleine nuit, tout en sachant que les représailles seraient sans pitié et que une fois pris, ce serait la torture, se faire fusiller ou la déportation. Rien à voir avec nos 135 euros d’amende. C’était une autre race. Élevée à la dure, ayant connu la faim, les privations, les maladies amplifiées par la quasi-absence de médecine performante et accessible à tous. Avoir une orange à Noël était quelque chose d’exceptionnel.
    https://ripostelaique.com/gaulois-refractaires-allons-nous-accepter-ca-encore-longtemps.html

     

    Il parait que nous sommes en guerre !!!


    votre commentaire
  • Proche d’Erdogan, l’association Milli Gorus se félicite de construire « le plus grand monument islamique d’Europe » à Strasbourg, avec l’aide de la mairie qui subventionne le chantier à hauteur de 2,5 millions d’euros.

    Une mosquée de 14 étages
    par Elisabeth Levy

    Le vote, par la municipalité écolo, d’une subvention de 2,5 millions d’euros au chantier, le 22 mars, a suscité un chœur de protestations outrées et de plaidoyers pour la République-qui-ne cèdera-pas, surtout dictés par le désir de nuire à des adversaires politiques (qui le méritent bien d’ailleurs) ou par celui de s’adapter à l’air du temps. Sauf que le financement public n’est que la cerise sur ce gâteau indigeste – on n’ose parler d’étouffe-chrétien. Tout d’abord, les dirigeants de cette mosquée représentent à la fois une tendance de l’islam de France et un mouvement missionnaire turc proche du pouvoir (Milli Gorus). Alors que les relations entre Paris et Ankara sont glaciales et que le président turc se verrait volontiers en Saladin des musulmans d’Europe, dont beaucoup, notamment dans la jeunesse, le tiennent pour un héros, cette double appartenance n’est pas un vecteur d’influence, mais d’ingérence. Rappelons que, pour Recep Tayyip Erdoğan, l’assimilation est un crime contre l’humanité. On a donc quelques raisons de soupçonner ses porte-flingues en Alsace de confondre pays d’adoption et terre de mission. Surtout quand on sait que la mosquée Eyüp Sultan, à Istanbul, fut la première bâtie après la chute de Constantinople en 1453(1). Autant dire que ce nom est synonyme de conquête. 
    https://www.causeur.fr/strasbourg-la-mosquee-de-la-conquete-194661

     

    A quand le muezzin pour hurler l'heure de la prière ?

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique