• Car, comme d'habitude, les contraventions et autres vexations ne concernent que les braves gens inconscients de la gravité supposée de la situation sanitaire. Dans les quartiers du "vivre-ensemble", autrement dit les quartiers "populaires", c'est-à-dire (pour les lecteurs extra-hexagonaux d'agoravox) les endroits où l'état n'arrive plus à imposer l'ordre républicain suite à quarante ans de politique d'immigration sans contrôle, il fut très difficile cette semaine de faire appliquer le confinement, et surtout de donner un peu de conscience collective à une population sous-éduquée individualiste et peu respectueuse des principes de fraternité de notre république. La scène de la file d'attente devant un supermarché de Viry-Châtillon (photo du haut) en est un exemple frappant.

    Tout a commencé dès lundi-soir (16 mars), avec le pillage nocturne d'une épicerie à Trappes (78) par quelques "individus". Puis par des émeutes dans le quartier de la Duchère à Lyon (69) deux jours plus tard.. Entre temps, faire ses courses est devenu un véritable calvaire en banlieue où la fausse-crainte d'une pénurie alimentaire a poussé les gens à se ruer vers les grandes surfaces. Bousculades, pugilats, impossibilité de se comporter en adultes, nos compatriotes du "vivre-ensemble" ont démontré leur immaturité. Que dire de ceux du quartier parisien de Château-rouge/Barbès, qui circulaient comme si de rien n'était le mercredi 18 mars :
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-vivre-ensemble-a-l-epreuve-du-222480

     

    Le fumeux "vivre ensemble" ...


    votre commentaire
  • On hésite bien sûr, dans cette période difficile, à se lancer dans la polémique sur les errements du pouvoir. Le moment est dans la lutte contre cette pandémie, et bien sûr que faute d'avoir anticipé et d'avoir pris les mesures de précaution essentielles, la seule alternative est aujourd'hui le confinement et il est impératif de s'y conformer.

    Mais la morgue du pouvoir, sa monopolisation totale des chaînes ''d'information'' continue, ses déclarations contradictoires et mensongères, ses reproches envers les gaulois indisciplinés ne sont pas supportables.

    Pas un regret, pas une once de remords, pas une esquisse de Mea Culpa, pour expliquer et on aurait pu le comprendre que le mauvais choix avait été fait en ayant favorisé une attitude qui s’est révélée et on ne pouvait en être certain par avance, mortifère.

    Pour ASSELINEAU, tromperie, impréparation, mépris, sont les reproches que l'on peut faire à ce gouvernement.

    Depuis le 20 janvier où le confinement a été instauré en Chine. On n'a rien fait !

    Il dénonce bien sur l'union européenne, qui dès qu'un problème important surgit est muette et inopérante, et souligne le retour des nations, qui seules ont dû gérer cette pandémie et remettre en place des frontières nationales, les frontières de l'Europe auxquelles Macron veut nous faire croire, étant une utopie.

    Le plus grave étant que quand le pouvoir ayant pris conscience de la gravité de cette pandémie avec retard, n'ait pas pris en urgence les mesures rapides et essentielles pour pallier le manque de masques, de respirateurs, de tests, de lits, même de gel hydroalcoolique et construit comme les chinois de hôpitaux de campagne, dignes de ce nom et en nombre suffisant, pour pallier le manque de lits dans les centres de réanimation.
    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/coronavirus-asselineau-denonce-l-222647

     

    Ces incompétents qui nous gouvernent ...


    votre commentaire
  • «L'égalité», écrivait un jour l'historien Walter Scheidel, «n'a jamais été engendrée que par la douleur.»
    À l'heure actuelle, le COVID-19 parcourt le monde et l'économie mondiale semble s'effondrer. C'est, sans aucun doute, l'un de ces moments de tristesse - une période où nos vies sont bouleversées et remplies d'incertitude.
    Mais alors que de plus en plus de personnes s’adaptent à la vie en quarantaine, nous commençons ce qui devient une expérience sociale mondiale. Les idées dont nous n'avions parlé que les années précédentes sont mises en œuvre à grande échelle.
    Ça va être une période difficile - mais ça va aussi déclencher des changements incroyables. (Listverse)

    Travail à domicile ...

    Avant le COVID-19, seulement 7% des travailleurs américains avaient la possibilité de travailler à domicile. Cela ne signifie pas que 7% travaillaient à domicile - cela signifie simplement que 93% des Américains ont été informés que ce ne serait jamais une option.

    Aujourd'hui, le travail à domicile est une nécessité. Il n'y a pas de statistiques fiables sur le nombre de personnes qui travaillent à distance dans le monde, mais la société Cisco a déclaré qu'en Chine, son logiciel de visioconférence avait vu 22 fois plus de trafic qu'avant l'épidémie.

    Le monde est engagé dans une expérience mondiale de travail à domicile - et nous allons voir à quel point il est durable.

    Il existe déjà des études à ce sujet et les résultats sont très positifs. L'un d'eux a révélé que les personnes travaillant à domicile ont 16,8 jours de productivité de plus par an.

    Ces études ont toujours existé - mais si les employeurs voient les résultats par eux-mêmes, il ne fait aucun doute que laisser les gens continuer à travailler à domicile après la fin de la pandémie ça leur donnera l'envie de continuer ou même d'aller plus loi.

    Et cela pourrait être incroyable pour notre satisfaction de vivre. Le trajet moyen pour se rendre au travail a augmenté de 20 minutes au cours de la dernière décennie - et les experts affirment que ces 20 minutes affectent la satisfaction au travail.

     

    Faire en sorte que ce covid-19 change notre monde ...


    votre commentaire
  • Les PETITS et les grands ...

    Les grands, les bourgeois, les friqués malhonnêtes qui ont poussé les petits à couper les têtes de la royauté, se sont donné tous leurs pouvoirs, habitent dans leurs palais et se vautrent dans leurs ors ...

    Les grands qui ont abandonné les petits, et les ont pressés comme des citrons. Ils ne savent même pas qu'ils existent, juste pour les taxes et les impôts.

    Les grands, qui en cette époque d'épidémie mortelle, nous ont laissé tomber : pas de masques, pas de protection, pas de tests, confinement, sauf pour obliger d'autres petits à aller bosser sans aucune protection, qui n'osent même pas regarder ce qui se passe dans les cités.

    Les grands qui font passer l'activité du pays qui doit reprendre au plus vite pendant que les petits crèvent seuls ...


    Les petits, ignorés, exploités mais qui font tourner le pays : médecins (désolée), infirmières, tous les soignants et aide-soignants, les ambulanciers, les policiers, les remplisseurs de rayons dans les hypers, les caissières, les ripeurs ... en première ligne dans l'indifférence des grands, juste quelques caresses dans le sens du poil ...

    La seule égalité c'est que le virus ne fait pas trop de distinction.


    Mon idôle . François Ruffin
    https://lan01.org/
    L'autre soir il recevait une personne dont j'ai oublié le nom et hier soir il recevait Paul Jorion, résultat il faut en revenir à l'après guerre, après que les petits se soient faits massacrés sur les ordres des grands. Là, le Comité de la Résistance a fait des lois pour protéger les petits, les syndicats étaient propres et forts, et ces lois ont été perfectionnées et ont permis aux petits de vivre dignement. Ca a duré jusqu'à ce que le "socialisme" à la Française prenne le pouvoir (pardon, j'avais voté pour) et depuis les années 1980 les grands ont repris la main.

    Le virus doit changer la donne.

    Nous devons repartir des lois de protection de 1945 et voir ce qui peut y être ajouté pour que les petits deviennent moyens et que les grands descendent de leur piédestal pour devenir un tout petit peu plus que moyen.

    Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ...

    Editon de Joie ...


    votre commentaire
  • A l’heure où j’écris, une loi dite d’urgence permet à l’employeur d’imposer à son salarié de prendre ses congés pendant la durée du confinement. Le sénat a limité la disposition à six jours ouvrables et l’Assemblée nationale a confirmé la chose en commission ! Quel humanisme ! Quelle humanité ! Quelle générosité ! Quelle grandeur d’âme !

    Ce sont les mêmes élus du peuple qui, il y a peu, crachaient sur la douleur de parents qui avaient perdu un enfant et auxquels il était refusé l’aumône de quelques jours de congés supplémentaires afin qu’ils puissent tenter de faire face, un peu, au malheur.

    Quand les gilets-jaunes se sont dirigés un samedi vers l’Assemblée nationale pour y faire entrer enfin le peuple, même symboliquement, ils visaient juste : car le peuple n’est pas dans cette enceinte dans laquelle on ne trouve plus que des politiciens professionnels qui prétendent le représenter mais qui se contentent de jouir du pouvoir et de ses avantages.

    Ce qui veut dire que la facture de cette épidémie, qui va être terriblement salée, va être partagée entre les pauvres et … les pauvres -ne parlons pas des assureurs dont le métier consiste toujours à échapper aux remboursements des dommages par des finasseries contractuelles. Les riches y échapperont car leur argent est déjà ailleurs, inaccessible à ce qui reste d’un pouvoir d’État qui, de toute façon, sous régime maastrichtien, ne leur cherchera pas noise !
    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/michel-onfray-voici-venu-le-temps-222619

     

    Voici venu le temps des assassins ...


    votre commentaire
  • Politique de confinement : autruche dans les banlieues, doigt mouillé ailleurs…

    Le remède est imparable et immuable : si la police ne patrouille plus, elle ne risque plus de prendre un pavé ni, d’ailleurs, de constater que le confinement n’est plus respecté. Si l’on casse le thermomètre, il n’y a plus de fièvre. Si l’on ne dépiste pas, il n’y a plus de contaminés. Si l’on ne comptabilise pas les morts dans les EHPAD, il y a moins de létalité. La méthode est toujours la même, éprouvée, plébiscitée et recyclée à l’infini : la gouvernance de l’autruche et du doigt mouillé.

    Et Laurent Nuñez d’affirmer, lors d’une visioconférence avec les préfets de zone de défense, que « ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerce et de faire cesser les rassemblements ».

    Mais alors, quelle est la priorité ? Verbaliser autour des cimetières la famille éplorée venue rendre un dernier hommage à son aïeule qu’un tri cornélien aux urgences aura sacrifiée, vu son grand âge et faute de respirateurs en nombre suffisant, au jeune des quartiers non confiné ?

    Lorsque Éric Ciotti a demandé le déploiement de l’armée dans les quartiers où le confinement n’est pas respecté et où la République est contestée, , porte-parole du gouvernement, s’est indignée et gaussée : « Et pourquoi ne pas mettre l’armée, aussi, dans le centre de Versailles ? » Pourquoi ? Faut-il être gonflé : parce que ce n’est pas là que les policiers en patrouille reçoivent les pavés !
    https://www.bvoltaire.fr/politique-de-confinement-autruche-dans-les-banlieues-doigt-mouille-ailleurs/

     

    Faire l'autruche, ça on sait faire ...


    votre commentaire
  • Quel bonheur d'avoir ce petit jardin
    Je me suis même allongée au soleil dans la cour !
    Demain, s'il fait beau, je recommence à promener mon chien,
    les kékés étant dehors sur la place du Château !
    Bonne soirée !
    En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables.
    Georges Clemenceau
    Et là, nous avons une sacrée série.
    Si seulement Macron était le point final !

    Ce fut une journée radieuse ...


    votre commentaire
  • La guerre est désormais ouverte. Toute la question est de savoir qui va plier le premier, les savants ou les criminels d’Etat ...

    Le front de guerre contre le coronavirus se fissure

    La guerre est déclaré contre le virus, mais pas seulement. Une partie des effectifs médicaux mène également une guerre ouverte contre le quartier général, c’est-à-dire contre l’Etat, contre Olivier Veran, ministre de la santé et contre Emmanuel Macron, président de la République.

    Cette mutinerie, - en période de guerre, quand les effectifs mobilisés n’obéissent plus, on parle de mutinerie -, a pour épicentre la ville de Marseille et pour figure de proue le Pr Raoult. Le Pr Raoult et les autres soldats en blouse blanche de l’IHU Méditerranée infection ont retourné leurs fusils contre le Quartier Général. A Marseille, dimanche 22 mars, ces médecins ont signé un communiqué ou ils proclament que « conformément au serment d’Hippocrate que nous avons prêté, nous obéissons à notre devoir de médecin. Nous faisons bénéficier à nos patients de la meilleure prise en charge pour le diagnostic et le traitement d’une maladie ». Cette « meilleure prise en charge » ne passe pas du tout par le confinement et le paracétamol, mais par le dépistage pour le tout venant et par le traitement à la chloroquine pour les patients hospitalisés… ou non.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-guerre-est-desormais-ouverte-222596

     

    Criminels d'état, nous en sommes là ...

     


    votre commentaire
  • La grande évasion

    Les bobos des villes se sont carapatés chez les ploucs des champs. Ils ont trouvé refuge chez ceux dont ils méprisaient le mode de vie anti-écolo. Mais quelle ne fut pas leur galère pour quitter la capitale. Voyons concrètement ce qui s’est passé pour l’un d’entre eux. Prenons l’archétype de ce col blanc, écolo dans l’âme, filant à toute allure chaque matin sur sa trottinette électrique pour se rendre à la station F, le Q.G de la Tech made in France et des élites mondialisées. Mais voilà, ne connaissant pas les frontières, le virus made in China s’est exporté en Europe. Faisant fi des classes sociales et des tranches d’âges, il touche tout le monde. Devant l’ampleur de la crise sanitaire et l’impréparation des pouvoirs publics à la gérer, le citoyen de la start-up nation applique les injonctions du management agile : il s’adapte… et se barre.

    Mais la grande évasion ne va pas sans sacrifice. Car pour assurer sa fuite et sa survie, il a dû renier ses convictions écologistes, pourtant bien mûres et récemment nourries par le prêchi-prêcha de sa nouvelle idole, Greta Thunberg. Imaginez la tempête Greta se déchaînant sous son crane lorsqu’il du se résoudre à louer une voiture, lui qui avait l’habitude de se déplacer en covoiturage.
    https://www.causeur.fr/paris-corona-covid-province-bobo-174416

    J'avais regardé "l'Effondrement" avant et je me disais qu'il était d'une si cruelle réalité, maintenant que le virus est là, il est la réalité cruelle. Je vous encourage à le regarder afin de savoir ce qui vous attend ...
    L'épisode qui parle des ehpads est si proche de la réalité d'aujourd'hui ...
    http://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=25687.html

     

    Un peu d'humour ...


    votre commentaire
  • Comment le coronavirus a vidé les rues du monde
    par Kaushik Patowary

    Alors que des millions de personnes dans le monde s'enferment à l'intérieur afin d'empêcher la transmission du redoutable coronavirus, le monde extérieur semble étrangement abandonné. L'absence d'humains et de véhicules éructants fumigènes a un effet profond sur l'environnement, sans précédent depuis le début de l'ère industrielle. L'atmosphère est devenue plus propre avec une baisse significative de la pollution par le dioxyde d'azote. Les eaux normalement polluées des canaux de Venise sont devenues si claires que l'on peut voir le fond. À Sassari, la deuxième plus grande ville de Sardaigne, des sangliers errent dans les rues et, dans de nombreuses fontaines de Rome, les canards profitent du manque de touristes. Mis à part ces visiteurs occasionnels, les espaces publics à travers le monde sont devenus terriblement dépourvus de vie.
    https://www.amusingplanet.com/2020/03/how-coronavirus-emptied-worlds-streets.html

     

    La fin d'un monde assassin ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique