• Sinistre, desséchant ....
    Le vent détestable ...
    Une belle pluie cette nuit m'irait droit au coeur
    Bonne soirée !
    Comment faire croire à ces Français crédules que je vais leur donner quelque chose,
    alors que le Médef me dit : laissez crever les gueux, la main d'oeuvre pas cher arrive ...
    Le cloud de Manu ...

    Un temps Poutinien ...

     


    votre commentaire
  • Et sous nos yeux ébahis Julian Assange a été arrêté

    Par Maud Assila

    Les images de l’arrestation de Julian Assange ont choqué beaucoup de monde. Je me suis demandé pourquoi.

    Dans l’encadrure d’une porte vitrée qu’on imagine lourde, une porte haute, cernée d’un métal doré, une demi-douzaine d’hommes en costume-cravate tente de se frayer un chemin vers la sortie du bâtiment. Ces hommes avancent de biais, se traînent péniblement, pas après pas, formant une sorte de grappe compacte, sombre et maladroite. Les regards sont graves. Tous convergent vers le centre du groupe. Là, jaillissant de l’ombre, très pâle, entouré d’une chevelure et d’une grande barbe blanches, un autre visage apparaît soudain. À hauteur des thorax des hommes, cette tâche de blancheur détone. Sa vieillesse aussi au milieu des corps jeunes. Elle semble enfin d’une fragilité infinie, comme sur le point de se faire engloutir par les masses robustes qui l’entourent.

    Puis la troupe d’hommes continue à descendre en rythme, accompagnée en son milieu par le visage diaphane. La tête se dandine rapidement. Elle a peur, elle enrage. Une fraction de seconde, elle aperçoit la caméra qui le filme. La bouche est un trou noir qui remue. Sous le menton, une main s’agite, doigt affirmatif, pointé vers un interlocuteur imaginaire et répétant son geste en même temps que les sourcils se soulèvent. Cette apparition est glaçante. Et tout à la fois, elle a un aspect grotesque, difficile à identifier. Ce mélange d’impressions lui donne quelque chose d’un peu glauque et qui me met mal à l’aise. Mais pourquoi ?
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40994

     

    Cet homme a dit des vérités, il doit être exécuté ...


    votre commentaire
  • La peur et le mépris

    Par Gérard Charollois

     

    Est-ce pour oublier ce qui les tuera que les humains développent des peurs irrationnelles : peur du ciel et de la forêt, des étrangers et des casseurs, des rouges et des noirs, des sangliers et des chauves-souris, de la nuit et des ondes, de la science et de la nature. Ces phobies puériles aident-elles à ignorer un temps Alzheimer, Parkinson, glioblastome, carcinome et AVC.

     

    La droite instrumentalisera la xénophobie et la peur des désordres. Des écologistes, dont je ne suis pas sur ce point, joueront de la technophobie. Les religions ont de tout temps inculqué la peur d’une culpabilité universelle. Parfois, ces superstitions, crédulités et terreurs infondées susciteront l’hilarité, mais plus souvent encore, une navrante contemplation des limites de l’esprit humain. Si les phobies et croyances farfelues ne déterminaient pas des comportements agressifs en retour, elles ne seraient que de plaisantes déraisons. La peur enfante bien souvent la haine. Comment affranchir l’humain de ces peurs irrationnelles, sources de rejets, d’angoisses, occasions de manipulations par les forces sociales sans scrupule qui utilisent ces ignorances pour conduire le troupeau de leurs victimes ?

    Non, la forêt n’est pas un coupe-gorge. Non, les sangliers, animaux d’une exceptionnelle intelligence, n’agressent pas les grands-mères. Non, les chauves-souris ne s’accrochent pas aux cheveux des femmes, les chouettes n’annoncent pas la mort et toute innovation ne représente pas un péril. Ces craintes irrationnelles constituent le paravent des crimes insondables de l’humain. Ce sont elles qui génèrent le camp de concentration, le bombardement des villes, les élevages industriels de poules et de porcs. Jamais un humain usant paisiblement de sa raison n’admettrait de soumettre des êtres sensibles, humains ou animaux, à la torture et à l’exploitation. Le mépris d’autrui n’existerait pas sans cet irrationnel qui dégrade cet autrui en menace, en marchandise, en souffre-douleurs.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40993

     

    Tout changement, mal géré, peut faire peur ...


    votre commentaire
  • UN « DEBAT » COMME STRATEGIE DE POURISSEMENT

    Après avoir investi les ronds-points pendant de nombreuses semaines autour de la question du prix des carburants, le mouvement des gilets jaunes évolue, se structure et s'organise au cours du mois de Novembre avec des actions fortes menées sur le territoire chaque Samedi, ainsi qu'un socle revendicatif beaucoup plus étendu (fiscalité, aménagement du territoire, institutions politiques etc).

    Les 17, 24 Novembre, 1er et 8 Décembre sont marqués par une mobilisation très importante et de nombreux heurts, le gouvernement est acculé par ces nouvelles formes de contestation sociale et se retrouve dans l'obligation de réagir.

    Le 10 Décembre Emmanuel Macron annonce donc une série de mesures floues destinées à calmer le mouvement, mais le rétropédalage et les cafouillages autour de ces annonces ne réussissent pas à convaincre les manifestants, les sondages sont mauvais, pour le gouvernement il devient urgent de gagner du temps et calmer la contestation.

    Ainsi le 18 Décembre le président annonce la tenue d'un « grand débat national » à partir du mois de Janvier, d'une durée de 3 mois il est destiné à recueillir les doléances de la population.

    Au delà des intentions annoncées, la stratégie politique est claire : diluer la contestation dans le temps, offrir aux moins radicaux une « alternative » à la rue, institutionnaliser et contrôler le mouvement par une structure officielle capable de canaliser les revendications populaires.
    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/pourquoi-le-grand-debat-national-214152

     

    Nous l'attendons au tournant le Manu ...


    votre commentaire
  • « C'est précisément dans les républiques les plus démocratiques que règnent en réalité la terreur et la dictature de la bourgeoisie, terreur et dictature qui apparaissent ouvertement chaque fois qu'il semble aux exploiteurs que le pouvoir du capital commence à être ébranlé ». Lénine (1). 

     

    La révolte des Gilets jaunes a révélé au monde entier le caractère de classe de la démocratie en France. Parler de la démocratie dans l'absolu, non seulement n'a pas beaucoup de sens, mais permet surtout de nier l'existence même des classes et de la lutte des classes. Dans le système capitaliste, il n'existe pas de démocratie en dehors des classes sociales. La démocratie française, comme dans tous les pays capitalistes, est une démocratie bourgeoise. Cette classe qui possède tous les pouvoirs impose à toutes les autres classes, c'est à dire à l'immense majorité des citoyens, sa propre démocratie. La résistance des Gilets jaunes au pouvoir bourgeois a mis à nue cette démocratie tant vantée. Une partie du peuple commence à se rendre compte que L’État de droit, la séparation des pouvoirs, la liberté de la presse, d'expression, de circulation, de manifestation, etc. ne sont que de grossiers mensonges destinés à tromper les classes populaires et à perpétuer les privilèges de la classe des possédants et des exploiteurs.

     

    Le mouvement des Gilets jaunes montre d'une manière éclatante que la liberté de la presse par exemple n'existe tout simplement pas. Les moyens de communication de masse sont quasiment tous dominés par le grand capital. La bourgeoisie qui possède les moyens de production matériels, concentre également entre ses mains les moyens de production de l'information. Derrière chaque grand quotidien, chaîne de télévision, station de radio etc. se cachent un ou plusieurs milliardaires voire toute une famille de riches : le Monde pour Xavier Niel et Daniel Křetínský, TF1 pour la famille Bouygues, BFM TV pour Patrick Drahi, CNews et canal plus pour Bolloré, Le Figaro pour la famille Dassault, Europe1 pour Lagardère, etc. etc.(2).
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-mouvement-des-gilets-jaunes-et-214126
     

     

    Ces gilets jaunes qui me font de nouveau rêver ...

     

     


    votre commentaire
  • Bon, trop tôt pour le T-shirt ... petite laine obligatoire.
    Une journée agitée ... à Toulouse ... j'adore !
    Bonne soirée !
    Même BFM reconnait que le ministère de l'intérieur ment sur le nombre des gilets jaunes ... nous voilà bien !
    Une révolte qui ne débouche pas sur une révolution s'appelle une occasion manquée.
    Denis Langlois

    Il a fait un temps magnifique ...


    votre commentaire
  • Ce que nous vivons n'est pas la vraie humanité.

    Ce n'est pas la société qui réalise les potentialités humaines.

    Ce que nous avons aujourd’hui est une sorte d’irrationalité bizarre que, de plus en plus, les gens tiennent pour acquis et supposent que cela est naturel, alors qu’en réalité tout y est - spécialement pour ceux qui ont l’esprit écologique - est contre nature.

    Dans tous les sens du terme.  Cela n’est pas seulement opposé à la nature externe non humaine, mais c'est également opposé à la nature humaine.

    Tout ce qui exprime l’esprit humain, tout ce qui est créateur d’esprit, qui aime, qui est moral, qui est éthique et qui doit au final produire une société richement articulée et magnifiquement composée est,
    aujourd’hui, un problème monstrueux d'épargne et de prêt. (et surtout de profit pour une petite minorité)
    Murray Bookchin

     

    Est-ce ainsi que les hommes vivent ???


    votre commentaire
  • Selon Sébastien Laye, la théorie du ruissellement ne résiste pas au réel. En France, l’argent des riches profite encore moins qu’ailleurs aux pauvres. La faute, notamment, à la réserve héréditaire. 


    A mots couverts au cours des dernières années, le pouvoir actuel a tenté de réhabiliter la douteuse – car ne reposant sur aucun travail conceptuel sérieux d’économistes – théorie du ruissellement, selon laquelle les riches devaient devenir plus riches pour que les pauvres soient moins pauvres.

    Or, si un regain de croissance profite en effet à tous, souvent en premier lieu aux entrepreneurs et aux plus aisés, puis plus tardivement aux plus modestes, le mythe de la redistribution naturelle du haut vers le bas ou « trickle down » est un artifice conceptuel aux effets désastreux. Il relève d’une pure conception imaginaire qui fait fi du défi des inégalités et de l’accaparement de richesses par certains (un capitalisme de connivence que l’on retrouve en France), y compris dans des pays dont la croissance stagne.

    La société des héritiers

    La formule cruelle de « l’ascenseur social en panne », elle étayée par les études et les chiffres, est la négation de celle du ruissellement. Les disparités de patrimoine sont telles aujourd’hui dans nos sociétés occidentales que nous devrions nous poser la question de la redistribution inter-générationnelle des fortunes.
    https://www.causeur.fr/riches-pauvres-impots-heritage-egalite-160563

     

    Nous avons inventé le ruissellement perpétuel vers l'amont ...


    votre commentaire
  • (Se) préparer (à) la tempête

    Par Cerveauxnondisponibles

    Il y a deux façons d’analyser la période actuelle du mouvement des Gilets Jaunes : la première, celle du gouvernement et des médias, consiste à se convaincre que la mobilisation s’essouffle de samedi en samedi et que le mouvement va petit à petit prendre fin, notamment grâce au miracle du grand débat.

     L’autre façon d’analyser cette séquence est beaucoup plus enthousiasmante : depuis quelques jours, une effervescence presque souterraine traverse le mouvement. Au-delà des mobilisations du samedi, de nombreux citoyens se réunissent et lancent des initiatives : l’appel de Saint-Nazaire, la semaine jaune, le front populaire à partir du 27 avril, des propositions de jonction entre mouvement écolo et GJ, l’occupation des ronds-points avec des banquets à partir du 04 mai, l’appel pour un 1er mai offensif et solidaire…

    Nous pourrions donc être dans cette fameuse période de “calme avant la tempête”. Avec l’idée que la tempête débuterait le 20 avril avec le deuxième ultimatum sur Paris. À partir de cette date, un enchainement d’actions et d’initiatives pourrait lancer une dynamique de lutte quasi permanente, afin de rompre avec les deux aspects les plus décriés du mouvement : les manifs déclarées et inoffensives et le fait d’agir uniquement le samedi. Si cette prévision se révèle juste, il importe à tous ceux qui aspirent à un changement radical du système d’utiliser les derniers jours de calme pour préparer au mieux cette tempête.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40978

     

    Il va nous falloir être prêts ...


    votre commentaire
  • Rien à redire, que des louanges ...
    Il parait que les nuits vont être froides.
    Je n'ai pas encore sorti mes pots fragiles ...
    Ce sont les fruitiers qui craignent !
    Bonne soirée !
    Les fascistes, les gens d'extrême droite, c'est les propriétaires, les grands propriétaires, les grands possédants, les ultra-privilégiés [...] extrême droite ça c'est un mot qui a du sens, c'est un mot.. c'est les 1% contre les 99%, c'est ça l'extrême droite [...] les banquiers et les possédants [...] les vrais ennemis du peuple, les industriels et les banquiers.
    Etienne Chouard

    Une journée Magnifique ...

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique