• « C'est précisément dans les républiques les plus démocratiques que règnent en réalité la terreur et la dictature de la bourgeoisie, terreur et dictature qui apparaissent ouvertement chaque fois qu'il semble aux exploiteurs que le pouvoir du capital commence à être ébranlé ». Lénine (1). 

     

    La révolte des Gilets jaunes a révélé au monde entier le caractère de classe de la démocratie en France. Parler de la démocratie dans l'absolu, non seulement n'a pas beaucoup de sens, mais permet surtout de nier l'existence même des classes et de la lutte des classes. Dans le système capitaliste, il n'existe pas de démocratie en dehors des classes sociales. La démocratie française, comme dans tous les pays capitalistes, est une démocratie bourgeoise. Cette classe qui possède tous les pouvoirs impose à toutes les autres classes, c'est à dire à l'immense majorité des citoyens, sa propre démocratie. La résistance des Gilets jaunes au pouvoir bourgeois a mis à nue cette démocratie tant vantée. Une partie du peuple commence à se rendre compte que L’État de droit, la séparation des pouvoirs, la liberté de la presse, d'expression, de circulation, de manifestation, etc. ne sont que de grossiers mensonges destinés à tromper les classes populaires et à perpétuer les privilèges de la classe des possédants et des exploiteurs.

     

    Le mouvement des Gilets jaunes montre d'une manière éclatante que la liberté de la presse par exemple n'existe tout simplement pas. Les moyens de communication de masse sont quasiment tous dominés par le grand capital. La bourgeoisie qui possède les moyens de production matériels, concentre également entre ses mains les moyens de production de l'information. Derrière chaque grand quotidien, chaîne de télévision, station de radio etc. se cachent un ou plusieurs milliardaires voire toute une famille de riches : le Monde pour Xavier Niel et Daniel Křetínský, TF1 pour la famille Bouygues, BFM TV pour Patrick Drahi, CNews et canal plus pour Bolloré, Le Figaro pour la famille Dassault, Europe1 pour Lagardère, etc. etc.(2).
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-mouvement-des-gilets-jaunes-et-214126
     

     

    Ces gilets jaunes qui me font de nouveau rêver ...

     

     


    votre commentaire
  • Bon, trop tôt pour le T-shirt ... petite laine obligatoire.
    Une journée agitée ... à Toulouse ... j'adore !
    Bonne soirée !
    Même BFM reconnait que le ministère de l'intérieur ment sur le nombre des gilets jaunes ... nous voilà bien !
    Une révolte qui ne débouche pas sur une révolution s'appelle une occasion manquée.
    Denis Langlois

    Il a fait un temps magnifique ...


    votre commentaire
  • Ce que nous vivons n'est pas la vraie humanité.

    Ce n'est pas la société qui réalise les potentialités humaines.

    Ce que nous avons aujourd’hui est une sorte d’irrationalité bizarre que, de plus en plus, les gens tiennent pour acquis et supposent que cela est naturel, alors qu’en réalité tout y est - spécialement pour ceux qui ont l’esprit écologique - est contre nature.

    Dans tous les sens du terme.  Cela n’est pas seulement opposé à la nature externe non humaine, mais c'est également opposé à la nature humaine.

    Tout ce qui exprime l’esprit humain, tout ce qui est créateur d’esprit, qui aime, qui est moral, qui est éthique et qui doit au final produire une société richement articulée et magnifiquement composée est,
    aujourd’hui, un problème monstrueux d'épargne et de prêt. (et surtout de profit pour une petite minorité)
    Murray Bookchin

     

    Est-ce ainsi que les hommes vivent ???


    votre commentaire
  • Selon Sébastien Laye, la théorie du ruissellement ne résiste pas au réel. En France, l’argent des riches profite encore moins qu’ailleurs aux pauvres. La faute, notamment, à la réserve héréditaire. 


    A mots couverts au cours des dernières années, le pouvoir actuel a tenté de réhabiliter la douteuse – car ne reposant sur aucun travail conceptuel sérieux d’économistes – théorie du ruissellement, selon laquelle les riches devaient devenir plus riches pour que les pauvres soient moins pauvres.

    Or, si un regain de croissance profite en effet à tous, souvent en premier lieu aux entrepreneurs et aux plus aisés, puis plus tardivement aux plus modestes, le mythe de la redistribution naturelle du haut vers le bas ou « trickle down » est un artifice conceptuel aux effets désastreux. Il relève d’une pure conception imaginaire qui fait fi du défi des inégalités et de l’accaparement de richesses par certains (un capitalisme de connivence que l’on retrouve en France), y compris dans des pays dont la croissance stagne.

    La société des héritiers

    La formule cruelle de « l’ascenseur social en panne », elle étayée par les études et les chiffres, est la négation de celle du ruissellement. Les disparités de patrimoine sont telles aujourd’hui dans nos sociétés occidentales que nous devrions nous poser la question de la redistribution inter-générationnelle des fortunes.
    https://www.causeur.fr/riches-pauvres-impots-heritage-egalite-160563

     

    Nous avons inventé le ruissellement perpétuel vers l'amont ...


    votre commentaire
  • (Se) préparer (à) la tempête

    Par Cerveauxnondisponibles

    Il y a deux façons d’analyser la période actuelle du mouvement des Gilets Jaunes : la première, celle du gouvernement et des médias, consiste à se convaincre que la mobilisation s’essouffle de samedi en samedi et que le mouvement va petit à petit prendre fin, notamment grâce au miracle du grand débat.

     L’autre façon d’analyser cette séquence est beaucoup plus enthousiasmante : depuis quelques jours, une effervescence presque souterraine traverse le mouvement. Au-delà des mobilisations du samedi, de nombreux citoyens se réunissent et lancent des initiatives : l’appel de Saint-Nazaire, la semaine jaune, le front populaire à partir du 27 avril, des propositions de jonction entre mouvement écolo et GJ, l’occupation des ronds-points avec des banquets à partir du 04 mai, l’appel pour un 1er mai offensif et solidaire…

    Nous pourrions donc être dans cette fameuse période de “calme avant la tempête”. Avec l’idée que la tempête débuterait le 20 avril avec le deuxième ultimatum sur Paris. À partir de cette date, un enchainement d’actions et d’initiatives pourrait lancer une dynamique de lutte quasi permanente, afin de rompre avec les deux aspects les plus décriés du mouvement : les manifs déclarées et inoffensives et le fait d’agir uniquement le samedi. Si cette prévision se révèle juste, il importe à tous ceux qui aspirent à un changement radical du système d’utiliser les derniers jours de calme pour préparer au mieux cette tempête.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40978

     

    Il va nous falloir être prêts ...


    votre commentaire
  • Rien à redire, que des louanges ...
    Il parait que les nuits vont être froides.
    Je n'ai pas encore sorti mes pots fragiles ...
    Ce sont les fruitiers qui craignent !
    Bonne soirée !
    Les fascistes, les gens d'extrême droite, c'est les propriétaires, les grands propriétaires, les grands possédants, les ultra-privilégiés [...] extrême droite ça c'est un mot qui a du sens, c'est un mot.. c'est les 1% contre les 99%, c'est ça l'extrême droite [...] les banquiers et les possédants [...] les vrais ennemis du peuple, les industriels et les banquiers.
    Etienne Chouard

    Une journée Magnifique ...

     

     


    votre commentaire
  • Le mal à la racine ...

    Ils se prétendent gestionnaires avec pour modèle invoqué celui du bon père de famille. C’est ainsi qu’ils affirment n’avoir d’autre but que le maintien de l’équilibre budgétaire. Un exercice si périlleux du reste qu’ils ne cessent de franchir la limite impartie tout en creusant de gouvernements en gouvernements le gouffre sans fond d’une dette abyssale. Cependant, nous devrions les croire, ils sont entourés des meilleurs économistes, ces savants qui pensent les rouages de la société comme l’émanation d’un organisme vivant se développant en totale cohérence.

    Pour ce dernier point, nous savons depuis longtemps quoi en penser. À chaque nouvelle crise, ils sortent de leur torpeur en déclarant que c’était imprévisible, que les indicateurs étaient pourtant encourageants, que ces soubresauts sont destinés à ajuster le réel tout en gommant les niches et laissant éclater les bulles spéculatives.

    Ils ont un vocabulaire riche et varié, ce qui les autorise semble-t-il alors à prendre des mesures diverses toutes destinées à nous appauvrir. Car nous sommes, nous les malheureux citoyens contribuables, la seule et unique variable d’ajustement qu’ils connaissent. Pour renflouer les banques, c’est à nous qu’ils font appel ou plus exactement à notre porte-monnaie, pour assurer le défi de la dépendance, c’est encore nous qui trinquons.

    Nous leur découvrons encore une autre qualité. Ils savent puiser dans les économies du ménage et même dans les trésors de famille pour remercier ceux qui financent leurs très onéreuses campagnes électorales. Savoir remercier ceux à qui l’on est redevable est sans nulle doute une qualité nécessaire pour le chef de famille. Compromettre en agissant ainsi l’héritage des générations futures une conséquence induite qu’il faut bien accepter !

    Alors ils se régalent ces canailles. Tandis qu’ils ne changent rien à leur train de vie, ajoutant même des dépenses somptuaires aux fastes du pouvoir, ils vendent à tour de bras tout ce qui avait été acquis par l’effort collectif de la nation. Ils offrent plus qu’ils ne vendent, seul le repreneur et ses futurs actionnaires sont contents dans l’histoire. La liste des bijoux de famille ainsi bradés est proprement hallucinante. Ils ont une théorie, le privé seul, est à même de bien gérer là où le public est totalement incompétent à le faire.
    https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/les-bijoux-de-la-famille-214213

     

    Ces gouvernements qui palpent en bradant notre Pays ...

     

     


    votre commentaire
  • Répartition des richesses et vérité des prix…

    Par Jacques Cotta

    La répartition des richesses, le pouvoir d’achat, la possibilité de finir le mois, la volonté d’une vie digne sont les exigences qui se trouvent au centre du mouvement social des GJ. Les macronistes en général trouvent ces arguments exagérés. Il n’y a qu’un pas pour qualifier de populistes ceux qui les emploient. Macron lui-même à force de long blabla baptisé « grand débat » a tenté de détourner de son véritable objet la signification du mouvement social des GJ. Mais la réalité rattrape tout ce beau monde au galop. Les chiffres sont implacables.

      36,8 millions d’euros, c’est le montant des indemnités que touchera le patron d’Airbus, Tom Enders, à compter de son départ à la retraite le 10 avril prochain. Il n’y aurait rien à dire puisque l’entreprise est basée ailleurs, dans un paradis fiscal bien utile pour l’occasion… Mais il ne s’agit pas d’un cas isolé. Il n’est que l’illustration du système qui perdure.
    Thierry Pilenko touchera un paquet global « de 14 millions d’euros » pour son départ en mai 2019, malgré la perte de près de 2 milliards de dollars essuyée en 2018 par le groupe franco-américain d’équipements pétroliers, TechnipFMC.
    Benjamin Smith à la tête d’Air-France KLM est concerné par 4,25 millions d’euros par an, dont 900.000 euros de fixe, trois fois plus que son prédécesseur Jean-Marc Janaillac, qui touchait 1,12 million d’euros en 2017, dont 600.000 euros de fixe.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40966
    La réalité est pourtant assez simple. Malgré toutes les manœuvres et les incantations, parce qu’il s’agit de questions matérielles précises, de la possibilité de vivre tout simplement pour des millions de français et de familles, parce que l’UE et le système dans lequel s’inscrit Macron, son gouvernement, sa majorité induisent les inégalités, les privilèges de quelques-uns et l’austérité pour les autres, le mouvement des GJ, quel qu’en soit l’issue immédiate, risque bien de n’être que la répétition générale d’affrontements majeurs qui s’annoncent.

     

    Ces gens-là, ne ruissellent pas, ils pompent nos vies ...


    votre commentaire
  • Sur le journal, la page de mon bled ...
    Un magnifique pin parasol a été coupé, il déformait les trottoirs ...
    Et les vendeurs de drogue, ils ne dérangent personne ?
    Mais bon sang, un arbre a le droit d'avoir des racines ...
    Ou alors, remplacer tous les arbres des villes par des arbres en plastique !
    Belle journée !
    Honte à vous maire qui laissez glisser ma ville vers la laideur et le béton !
    Vous menez une politique injuste, si manifestement injuste : comment le corps social n'en serait pas heurté, violenté ? Car il fallait oser : supprimer cet Impôt de Solidarité sur la Fortune, et en même temps, en même temps, relever la CSG pour les retraités, gratter cinq euros sur les APL des locataires, éliminer deux cent mille contrats aidés ?
    François Ruffin

    Toujours grand soleil et fraîcheur ....


    votre commentaire
  • Ce dont on peut se réjouir, jusqu’au moment où, en fait d’émancipation, il ne s’agit plus que de livrer à des puissances marchandes des consommateurs dociles, débarrassés de tous les attachements qui pourraient limiter leurs besoins en produits inutiles. La famille, même, dernier noyau de transmission, est à l’agonie, victime d’un double mouvement : la fragilisation des liens par l’émergence d’un individualisme hédoniste valorisant les attachements affectifs, et donc éphémères, et le culte démocratique remettant en cause toute forme de hiérarchie, y compris entre parents et enfants.
    Natacha Polony
    J'adore cette femme

     

    Chassez ces marchands du Temple ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique