• Le Covid-19 est extrêmement contagieux. Mais il est un autre phénomène aussi contagieux, sinon davantage, qui ne se traduit ni par une poussée de fièvre, ni par une toux un peu rauque, ni par une fatigue inhabituelle, qui ne peut être détecté par un engin appuyé sur le front comme un revolver sur la tempe, qui se rit des intempéries, des moqueries, des remontrances, qui détruit le bon sens autant que l’intelligence. Ce virus, c’est la panique.

    Le dieu Pan, qui a donné son nom au phénomène, a pétrifié de trouille les Titans dans leur combat contre les dieux : il est l’inventeur du concept.

    « Panique » s’accorde parfaitement avec « pandémie ». Ces deux mots ont la même racine, qui dégage une idée d’immensité, d’infini : en grec, pan veut dire « tout ».

    « Tout », c’est ce que certains razzient dans les magasins. Il leur faut tout, tout de suite, en grosses quantités. Le directeur du supermarché voisin de chez moi vient d’arraisonner un client qui se présentait à la caisse avec deux chariots remplis à déborder. Eût-il eu trois mains que cet imbécile aurait poussé trois Caddie™.
    https://www.bvoltaire.fr/panique/

     

    Organiser le pays avant la panique ... ils sont bons à quoi nos dirigeants ?


    votre commentaire
  • Soyons maîtres de nos vies, ne les laissons pas nous asservir encore plus ...

    "Une des choses dont nous devons nous souvenir ici, c'est que nous avons beaucoup de personnes âgées dans ce pays à qui on dit: «Restez à la maison, ne quittez pas votre maison». Qui va leur apporter de la nourriture ? Comment leur apportons-nous de la nourriture ? Vous avez des écoles dans tout le pays qui sont maintenant fermées. Comment allons-nous nous assurer que les enfants réussissent bien dans cette crise ; qu'ils ne soient pas traumatisés ? Que faisons-nous maintenant des parents qui doivent rester à la maison avec les enfants et ne peuvent pas aller travailler ? Je pense donc qu'en fin de compte, dans cette crise, nous devons commencer à prêter attention aux plus vulnérables. Cela comprend les personnes qui sont actuellement en prison, les personnes qui sont actuellement dans des refuges pour sans-abri. Et le demi-million de sans-abri ce soir ? Qui va leur répondre ?
    En 2008, lorsque nous avons eu le renflouement de Wall Street, ils ont tout fait pour les gens au sommet. Ils ont renfloué les escrocs de Wall Street, mais ils ont oublié les souffrances des Américains ordinaires. Cette fois-ci, apprenons cette leçon. Prenons garde aux familles de travailleurs de ce pays et aux plus vulnérables.

    Bernie Sanders


    Avons-nous appris de la crise de 2008 ?

     


    votre commentaire
  • Je reviens du marché.
    J'ai tenté le masque mais toute la respiration sort sous les lunettes,
    Donc je me sauve du virus mais pas de la chute avec fracture lol
    Les gens se tiennent à des distances raisonnables.
    Belle journée. Bonne santé.
    Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre propre vie, souffrant des mêmes maux.
    La commune de Paris

    Le temps et les gens sont sinistres ...


    votre commentaire
  • Enfin, il devrait rendre les dirigeants moins avides et oublieux de leurs peuples et les peuples plus soudés et ayant conscience de leur force.

    Nulle part le recul n'a été aussi meurtrier que dans les soins de santé - comme nous sommes sans aucun doute sur le point de l'apprendre. Le nombre de lits d'hôpital a chuté de façon spectaculaire à mesure que la pression montait pour réduire le coût du système afin d'atteindre les objectifs de profit. Les sociétés pharmaceutiques se sont retirées de la recherche d'antibiotiques, tout en poursuivant des traitements plus lucratifs (pour, par exemple, la calvitie masculine). Dans le même temps, ils ont délocalisé en Chine la production de médicaments vitaux pour notre santé nationale, sans se soucier de ce qui se passerait en cas d'urgence. Nous avons considéré les soins de santé eux-mêmes comme un centre de profit et avons refusé de les rendre peu coûteux et universels. Un Américain sur 4 déclare avoir renoncé aux visites ou ordonnances médicales nécessaires parce qu’il n’a pas les moyens de se faire soigner. Gallup a rapporté que 13 pour cent disent connaître une personne décédée à cause de la même chose. Même cette semaine, les hôpitaux proposaient des prix de plus de 1 000 $ pour les tests de coronavirus. Au lieu d'un État social solide et généreux, nous nous sommes tournés vers les centres d'entraide. Nous avons dit aux gens qui avaient dû payer pour les soins de santé de «rester en bonne santé» et avons suggéré que ceux qui sont tombés dans des moments difficiles n'avaient pas autant besoin d'un coup de main que d'un coup de pied aux fesses. Le mot «co-dépendant» est devenu une insulte. Tout a culminé avec l'élection de Donald Trump. Il s'est présenté comme un gourou des affaires autodidacte mais, en fait, n'était qu'un enfant gâté né avec une cuillère en argent. Fidèle à sa forme, lorsque la crise des coronavirus a éclaté, il s'est tourné vers la pensée positive, insistant sur le fait que seuls quelques-uns avaient été testés malades. C'était vrai, car grâce à son inaction, il n'y avait pas assez de kits de test. Maintenant, il essaie frénétiquement de se frayer un chemin hors de la pandémie mondiale de coronavirus.
    The Washington Post

    Le coronavirus va changer notre mode de vie.

     


    votre commentaire
  • Assez ! ... Depuis des années, malmenée, dévoyée, ravalée synonyme de communautarisme, la Laïcité. Il est grand temps de lutter contre le saccage du premier fondement de notre République, grand temps de démontrer l'hérésie des concessions à l'exercice religieux dans l'espace public comme le port du voile ou du foulard et autres intrusions dans les lieux de travail, à l'école, les universités, les sphères syndicales et politiques, grand temps de confondre les sinistres fossoyeurs de la Laïcité : Laurent Joffrin, Régis Debray, Claude Askolovitch, Benoit Hamon, Nicolas Sarkozy...
    Dévoilons ici la Laïcité authentique dans toute sa majesté, sa force émancipatrice, remontons à ses racines et donc, aux libertins et à leur combat contre l'intolérance de la religion. Faisons rejaillir Vanini, Voltaire, Emilie du Châtelet, Diderot, Gambetta, Joséphine Backer, Elisabeth Badinter... Confrontons l'ineptie du préchi-précha des femmes voilées en France au martyr de celles sous le joug de l'islam dans le monde.
    Lire le livre "La laïcité dévoilée" de Marc menant

     

    La femme dévoilée ...

     


    votre commentaire
  • Avant ? c'était la vraie vie ...   En dépit de toutes les injustices, inégalités, difficultés rencontrées autrefois, il y avait un ciment plus fort que les tourments de l’époque. Les gens vivaient avec la certitude d’appartenir à une communauté humaine, un lien fort qui pouvait se nouer autour d’une paroisse, d’une coopération, d’un groupe social. Au cœur de ce noyau, la solidarité n’était pas une vaine expression comme cette Fraternité de nos frontons, héritée d’une culture judéo-chrétienne qui oublie bien souvent de mettre en pratique ce nécessaire concept.

    Le nerf de naguère, celui qui permettait d’affronter les crises, les guerres, les épidémies, les malheurs se nichait dans ce lien indéfectible qui unissait les membres de cette communauté. Il y avait bien sûr des larmes, des horreurs, des calamités, cette notion n’évite pas tous les désagréments qui surgissent dans une existence, mais il y avait toujours quelqu’un sur qui compter. Une épaule sur laquelle s’épancher, un bras pour s’y appuyer, une main qui se tend sans contre-partie.

    Les humains, alors, qu’importe le régime politique auquel ils devaient obéissance et respect, se parlaient, non pas par le truchement d’un curieux appareil, non, la chose va vous sembler étrange, mais ils s’entretenaient les yeux dans les yeux en dépit de leurs différences d’âge, de condition, de statut. Point n’était besoin d’instance ou de truchement pour réaliser cette curieuse expérience : à tous propos si j’ose dire, ils dialoguaient sans même connaître le sens de ce verbe.
    https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-nerf-de-naguere-222243

     

    Avant ? c'était la vraie vie ...


    votre commentaire
  • Il était même très printanier quand j'ai promené mon chien.
    Pour l'instant les gens ont l'air de vivre normalement
    A partir de lundi nous allons frémir ...
    Bonne soirée !
    On ne satisfait les rêves que par le mensonge, la duperie.
    La politique ne réussit que par duplicité.
    Ahmadou Jourouma
    Vous allez les entendre ce soir tous nous mentant à qui mieux mieux !
    On m'a dit ne pas sortir ?
    je sors juste avec mon chien pas pour nos politiciens véreux !

    Le temps s'est maintenu ...


    votre commentaire
  • Pour moi la vie va continuer .... sur l'air de ...

    Je suis une solitaire très entourée, à distance.

    Hier ma charmante voisine est venue me demander si j'avais besoin de quelque chose, elle était à la disposition des mamies de la rue, donc j'ai eu les yaourts qui me manquaient.

    Je croiserai un minimum de gens, mais ça ne me dérange pas. Du moment que je puisse promener mon chien dans notre chemin solitaire et que je puisse faire un saut à la pharmacie et assurer, en taxi, les deux RdV importants que j'ai pris depuis longtemps.

    Mais je comprends que pour ceux qui ont une vie sociale ce soit plus difficile à vivre.

    Se recentrer sur soi ? faire le point de sa vie à cet instant "virus" ? Lire ?

    Là, je vous conseille vivement :

    - "le destin Français" d'Eric Zemmour

    - "Il est où le bonheur" de François Ruffin

    - "Une autre fin du monde est possible : vivre l'effondrement (et pas seulement y survivre)" de Pablo Servigne

    Autrement vous avez "Peau d'âne" pour tous ceux qui ont voté Macron lol lol lol

    Pour moi la vie va continuer .... sur l'air de ...

    Pour moi la vie va continuer .... sur l'air de ...


    votre commentaire
  • Une fille de ma connaissance, qui par ailleurs n’a « jamais entendu parler » de Victor Hugo ni de Charles Aznavour, se vantait hier d’être « rebelle » : c’est que la péronnelle a décidé de continuer à faire la bise à tout le monde. Jamais ne s’est-elle demandé, semble-t-il, si une telle attitude pouvait éventuellement embarrasser ses acolytes ou, plus simplement, être profondément égoïste : après tout, dans le monde individualiste, on a collectivement désappris à respecter des règles, un cadre, des instructions.

    Le coronavirus passe au révélateur des générations n’ayant vécu ni la guerre – la vraie, celle des tranchées et des éclats d’obus – ni la famine ni les épidémies ravageant les populations, et qui, de ce fait, vivent pour jouir, s’amuser et se prélasser : voilà que leur paradigme se trouve momentanément ébranlé, le temps d’un virus dont on ignore encore s’il disparaîtra par miracle avec les premières chaleurs ou s’il perdurera des mois encore.

    Faire ses courses dans un supermarché relève, aujourd’hui, de l’expérience sociologique à grande échelle : les quidams se pressent et se bousculent, s’invectivent… à distance respectable, dévalisent les rayons et prennent le papier toilette d’assaut comme si celui-ci figurait en bonne place dans la pyramide de Maslow. Il n’y aurait pourtant aucun risque de pénurie, mais autant, probablement, se préparer à la mise en quarantaine.
    https://www.bvoltaire.fr/le-coronavirus-le-papier-toilette-et-le-nihilisme/

     

    La génération P.Q. ...


    votre commentaire
  • Pourtant quand le soleil parait il est chaud.
    Le muguet montre ses grappes ...
    Nous voilà donc confinés, mais pas emprisonnés ?
    Je ne veux pas priver Bidule de sa sortie, nous ne rencontrons jamais personne ...
    Beau dimanche et bonne santé surtout.
    Le vote vous savez ce que j'en pense !!!
    A la nomination d'une petite minorité corrompue,
    la démocratie substitue l'élection par une masse incompétente.
    George Bernard Shaw
    Mais c'est la corruption de l'état qui sacrifie l'intelligence d'un peuple ...

     

    Un ciel cahotique et hésitant ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique