• Choisit-on ses parents ? donc son pays ?

    La repentance, un passe-temps pour gosses de riches

    La quintessence du snobisme

    par Driss Ghali

    Déboulonner les statues de personnages “controversés”, c’est le nouveau hobby de bobos qui voient dans la défense des “racisés” un combat indépassable. Alors que tout n’est pas à décrier dans l’héritage colonial. L’analyse de Driss Ghali.


    La dernière mode en date en France est de partir à l’assaut des statues des grands héros français. Colbert, Faidherbe et Gallieni, entre autres. On les accuse d’avoir tué des Africains et d’avoir à rendre des comptes pour cela à titre posthume. Ceux qui pratiquent ce nouveau sport n’ont pas conscience du ridicule de leur situation, ni du danger qu’il y a ouvrir la boîte de Pandore des blessures coloniales.

    Tout d’abord, l’Afrique et les Africains n’ont rien demandé à personne. Ils n’ont pas exigé que la France face acte de contrition car ils ne veulent pas traiter avec des partenaires qui sont à genoux. Si on avait daigné leur demander leur avis (mais qui se soucie de l’opinion des Africains ?), ils auraient répondu que l’avenir est le seul horizon qui en vaille la peine. L’Afrique joue gros, elle doit exprimer son immense potentiel au moment même où sa population explose et que la Chine l’incite à se spécialiser dans les activités extractives. En d’autres termes, l’Afrique n’a pas de temps pour la repentance.
    https://www.causeur.fr/la-repentance-un-passe-temps-pour-gosses-de-riches-178301

     

    J'ai choisi la France ...


    votre commentaire
  • La prison, on sait ce que c’est : on passe devant un tribunal plus ou moins sympathique, on est condamné à une peine, on nous emmène dans une cellule qui peut être plus ou moins délabrée selon le pays où l’on se trouve et on passe un très mauvais moment pendant plusieurs mois ou plusieurs années, c’est selon, en priant pour que sa demande de remise en liberté soit acceptée.

    En revanche, les prisons secrètes, on ne sait pas trop ce que c’est, parce que c’est secret. (Topito)

    6. La prison de Kahrizak, en Iran ...

    Plouf plouf ce sera toi qui iras mourir en Iran au bout de trois, un, deux, trois. C’est à peu près comme ça que l’on peut se retrouver à Kahrizak, au terme d’une procédure dont la légalité est quand même discutable. Fermée en 2009, cette prison, réservée aux détenus de droit commun, était une véritable tombe sur fondations. On y pratiquait la torture, le viol, les pires exactions, le tout à quelques kilomètres au sud de la capitale. Tout comme à Evin, où étaient parqués les prisonniers politiques – mais là, un simple manquement à la loi islamique suffisait à se retrouver enfermer. Kahrizak accueillait tous ceux que le pouvoir islamiste rejetait : les prostituées, les voyous, les voleurs, les maquereaux… Et le pouvoir les laissait mourir dans leur cellule. Aucune norme ne s’appliquait à Kahrizak.

    Pressé par les organisations internationales de fermer le centre de détention, ce à quoi Khamanei a consenti en 2009, le pouvoir iranien de l’époque a tout fait pour éviter que des enquêtes ne viennent à révéler ce qu’il se passait vraiment à Kahrizak. Un jeune médecin du camp, Rmin Pool Andarjani, 26 ans, a ainsi été suicidé pour éviter qu’il ne témoigne.

     

    Prisons maudites ...


    votre commentaire
  • par Putsch 19/06/2020

    Tribune de Michel Maffesoli, Professeur émérite à la Sorbonne, Membre de l’Institut universitaire de France. (extrait)

    Un monde entièrement stérilisé, promouvoir une vie sans microbe, ce qui, bien entendu, induit la nécessité de se laver les mains le plus souvent possible, de développer les gestes barrière et la distanciation sociale, le tout selon l’injonction connue : « pour votre protection » voilà bien l’objectif de l’oligarchie au pouvoir  et de sa macabre fantasmagorie !

    Répétées sur un ton macabre et ad nauseam, de telles recommandations et autres impératifs catégoriques de la même eau, soulignent bien ce qu’est, en vérité, la société de contrôle qui risque de s’imposer à tous et à tout un chacun. Qui risque, car à l’encontre de ce que croient les esprits chagrins, le pire n’est pas certain.

    Le danger cependant est bien réel. Les protagonistes de la domination médiatique s’emploient, de par le pouvoir qu’ils détiennent, à convaincre que les règles, préparant une telle aseptie de l’existence, généralisée, soient acceptées, voire intériorisées, ce qui rend bien difficile la rébellion contre le totalitarisme en train d’émerger.

    « Ces tenants du pouvoir médiatique, perroquets de l’oligarchie politique, déversent, sans aucune vergogne un Niagara de vérités approximatives et divers lieux communs afin de justifier le port du masque, le confinement et autres préconisations vaines »

    Si vous désirez le lire en entier :
    https://zone-de-refuge.tumblr.com/

     

    Du bal masqué à la danse macabre


    votre commentaire
  • Depuis son coup d’envoi en octobre, l’émission où officie Éric Zemmour a doublé ses audiences. Elle est logiquement reconduite pour l’année prochaine.

    Face à l’info poursuit son ascension. Lancée en octobre dernier, l’émission animée par Christine Kelly, où officie Éric Zemmour, a doublé ses audiences depuis son coup d’envoi, sans jamais relâcher la pression sur la concurrence. Si bien qu’elle a logiquement été reconduite pour l’année prochaine, alors que sa première saison touche bientôt à son terme. Lors de la semaine du 15 juin, les débats ont de nouveau semblé convaincre les spectateurs, selon le site spécialisé Toute la télé. Un nouveau record d’audience a même été battu. 

    Lundi 15 juin, Face à l’Info a ainsi atteint les 3% de part d’audience. Le talk-show a pu compter sur 542 000 Français. Sur la moyenne hebdomadaire, il s’agit d’un record depuis l’arrivée du programme en octobre dernier. Les pics d’audience ont, eux, atteint les 610 000 téléspectateurs. Le précédent record datait de la semaine du 11 mai, qui avait attiré 470 000 personnes en moyenne.
    https://www.valeursactuelles.com/societe/nouveau-record-daudience-pour-face-linfo-qui-reviendra-pour-une-nouvelle-saison-120870

    Et même "punchline" l'émission qui précède, est aussi une très bonne émission, c'est marrant on n'y invite plus les godillots de Macron, ils sont d'un tel ennui ...

     

    J'adore cette émission ...


    votre commentaire
  • Emeute à Dijon : le déni de la république ...

    Si on efface la France, on ne tombe pas sur un monde de bisounours citoyens du monde, mais un univers de tribus prêtes à défendre leur quartier contre celui de la tribu d’en face, dénonce le politologue Guillaume Bigot.

    Ce qui s’est passé à Dijon, du 12 au 16 juin, était tellement incroyable que l’on n’est pas sûr de l’avoir vu et entendu. Des bandes de tchétchènes ont convergé dans la capitale bourguignonne pour venger deux adolescents agressés par des jeunes locaux. La France a assisté, médusée, à des scènes tirées d’un essai d’Obertone: un véhicule fou fonçant sur la foule, des bâtiments en flammes, des tchétchènes armés patrouillant dans la ville, des hordes encapuchonnées, brandissant des haches et des armes automatiques, le tout sous les yeux de policiers débordés.

    Le ministre de l’Intérieur reconnaîtra au Sénat : « Les forces de sécurité n’étaient pas en capacité de faire face. » On savait que la peur du gendarme avait disparu, on a découvert que les gendarmes avaient peur.

    Un fait divers qui témoigne de l'ampleur de l'archipellisation de la France

    Cela ne s’est pas passé dans le tristement célèbre 93, ni dans les quartiers Nord de Marseille mais dans ce qui était jusqu’ici la paisible capitale de la Bourgogne. On savait que plus de 150 quartiers en métropole étaient classés zones sensibles dans lesquelles il est difficile d’intervenir pour les forces de l’ordre. Avec les évènements de Dijon, on prend la juste mesure du phénomène. Le lieu où s’est déroulé l’agression initiale ayant déclenché l’expédition punitive des caucasiens semblait déjà sorti de l’Hexagone : le restaurant “planet pizza”, coincé entre une banque franco-marocaine et une association offrant des cours d’arabe.
    https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/bigot-emeutes-dijon-le-deni-de-la-republique-120859

     

    Ainsi tombe la France ...


    votre commentaire
  • Chaude, mais une chaleur supportable,
    Il faut jouer des persiennes ..
    Mais c'était parfait !
    Bonne soirée !
    Séparer l'Eglise de l'Etat ne suffit plus,
    il faudrait aussi séparer les mosquées et toutes les religions de l'Etat.
    Moi
    A vrai dire, je suis pour que chacun croit ou pas en un Dieu,
    quel qu'il soit mais entre les murs de sa maison, pas dans la rue ...
    pas en le montrant d'une façon ostentatoire en Europe.

    La journée a été magnifique ...


    votre commentaire
  • Le durag ou do-rag ou doo-rag ou du-rag est un couvre-chef, généralement de la forme d'une écharpe portée pour protéger les cheveux, les tresses ou les dreadlocks1. Considéré pendant des années comme un signe communautaire, il devient ensuite un accessoire de mode des stars du rap et de la pop.

    Historique

    Le durag est considéré comme un objet d'oppression à l'époque de l'esclavage. Vogue UK explique que le durag était « une façon de cacher la beauté des femmes noires » et de montrer leur statut de dominée. Dans les années 1930, lors de la renaissance de Harlem et de la Grande Dépression, le durag est devenu un objet courant dans les foyers afro-américains.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Durag

     

    Coiffure indigéniste ? anti-raciste ? on s'y perd ...


    votre commentaire
  • La prison, on sait ce que c’est : on passe devant un tribunal plus ou moins sympathique, on est condamné à une peine, on nous emmène dans une cellule qui peut être plus ou moins délabrée selon le pays où l’on se trouve et on passe un très mauvais moment pendant plusieurs mois ou plusieurs années, c’est selon, en priant pour que sa demande de remise en liberté soit acceptée.

    En revanche, les prisons secrètes, on ne sait pas trop ce que c’est, parce que c’est secret. (Topito)

    5. Aschan, la prison secrète pour les dignitaires nazis ...

    Si on vous dit « les méchants » vous répondez « les nazis ». Ce en quoi on ne peut pas tout à fait vous donner tort. Les horreurs pratiquées par les nazis sont bien connues, aujourd’hui, même si les exterminations pratiquées dans les camps demeuraient relativement (j’ai bien dit relativement) secrètes pour le commun des mortels pendant la guerre. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est comment ont été détenus les hauts dignitaires nazis lors de l’arrivée des Alliés à Berlin. Et dans ce cadre, l’horreur n’est pas forcément là où on le croit : ils ont été bien traités. Hermann Goering, Franz von Epp, Joachim von Ribbentrop ou encore Otto Meissner ont ainsi été détenus à la prison américaine secrète d’Aschan, installée à la va-vite dans un hôtel de la capitale allemande. Au départ, les Américains ne prévoyaient pas nécessairement de déferrer les responsables nazis devant un tribunal et ceux-ci étaient donc traités comme des prisonniers de guerre. Surtout, les Américains cherchaient à mieux comprendre l’organisation du régime nazi et à en percer les secrets. Ils ont donc mis en place une technique redoutable : ils ont joué les cons, façon Columbo. La plupart des gardiens d’Aschan étaient de jeunes recrues qui singeaient la naïveté pour flatter l’ego des nazis et ainsi obtenir un maximum d’informations.

    Là c'était les prisonniers qui étaient maudits, pas la prison ...

     

    Prisons maudites ...


    votre commentaire
  • Tentons l’utile - et amusante ? - rédaction des 10 commandements ...

    1. Prendre conscience de la situation par l’observation

    2. Lire Jared Diamond .. et les autres

    3. Ne pas paniquer, crise=opportunité

    4. Ne pas prétendre “révolutionner” le monde entier *

    5. Se contenter de balayer devant sa porte et de cultiver son jardin

    6. S’organiser, pour vous, vos proches, vos amis (si ! si ! ils existent), vos communautés

    7. Comprendre que le plaisir se conjugue à la nécessité : le retour à la terre, à la nature, à la vie volontairement simple et frugale

    8. Quitter les villes

    9. Déserter la société techno-scientifico-capitaliste

    10. Retrouver les chemins de la spiritualité

    Quant au tradivalisme, cette adaptation du survivalisme à la tradition, nous y reviendrons si vous le permettez.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/preppers-connais-toujours-pas-et-225209

     

    Les nouveaux 10 commandements ...


    votre commentaire
  • Dijon brûle et nous regardons ailleurs

    À quand un référendum citoyen sur les questions régaliennes de sécurité?

    par Isabelle Marchandier

    Après une semaine de violences extraordinaires entre populations immigrées à Dijon, un référendum semble promis aux Français. Mais pas du tout sur la sécurité…


    Le film « Peur sur la ville » de Henri Verneuil pourrait à lui seul résumer la semaine qui vient de s’achever. Sauf qu’en 2020, la peur n’est pas suscitée par un tueur en série sadique qui s’en prend aux jolies jeunes femmes, mais par des bandes tchétchènes, des antifas, des black blocks et des racailles de banlieues armées. 

    En meute, tous viennent saccager, brûler, casser, blesser, se battre entre eux ou contre les forces de l’ordre. Mais peu importe. Peu importe que tout un quartier ait été pris en otage à Dijon quatre jours durant à cause d’un déchainement de violence inter communautaire où seule la loi du talion (et la charia) avait droit de cité. Peu importe que la manifestation des soignants de mardi ait été gâchée par des black bloc et autres antifas issus de l’ultra gauche, venus pour casser du flic. Peu importe, car la priorité du gouvernement ce n’est pas le rétablissement de l’ordre républicain, mais la préservation de la planète !
    https://www.causeur.fr/dijon-referendum-convention-citoyenne-pour-le-climat-178245

     

    La France en grand danger et nous regardons ailleurs ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique