• Des mains qui se touchent ...


    Parfois, la main de l’un sur l’autre main se pose,

        Ce peut être même sans se regarder ;
        Assis côte à côte dans le jour transparent,
        ils se savent ensemble
        en cette légère pression.
        Les chairs,
        le réseau des veines saillant,
        les os et le frais métal de la bague ;
        c’est tout leur appui dans le temps.
        Une paume
        sur le revers d’une autre
        comme un oiseau frêle
        venu se percher.
        Il n’est plus temps pour eux
        de s’aimer de tout leur corps,
        mais en cet îlot vivant
        où l’étreinte se resserre,
        et le cœur toujours battant.
        Judith Chavanne


    votre commentaire
  • Nos marées ...


    Nous écoutons monter en nous le chantier inépuisable de la mer,
    qui dans nos têtes afflue puis se retire,
    comme revient puis s'éloigne
    le curieux désir que nous avons du ciel, de l'amour,
    et tout ce que nous ne pourrons jamais toucher des mains.
    Jean-Michel Maulpoix


    votre commentaire
  • Trouver notre identité ...


    Il nous fait croiser bien des revenants,
    dissoudre bien des fantômes,
    converser avec bien des morts,
    donner la parole à bien des muets,
    à commencer par “ l’ infans” que nous sommes encore.
    Nous devons traverser bien des ombres
    pour enfin, peut-être,
    trouver une identité qui,
    si vacillante soit-elle,
    tienne et nous tienne.
    JB Pontalis


    votre commentaire
  • Des archéologues ont étudié des chewing-gums datant de la préhistoire, sur le site de Huseby Klev en Suède. Ils ont découvert quelques gommes contenant toujours l'ADN de personnes ayant vécu il y a plus de 9.000 ans.
    Les archéologues ont mis au jour une centaine de chewing-gums de couleur foncée, contenant encore des marques de dents.
    Ils ont pu déterminer que certains mâcheurs avaient entre 5 et 18 ans mais aussi des marques de dents de personnes plus âgées ont été retrouvées. Les hommes préhistoriques mâchaient dont des chewing-gums à tout âge ! Le faisaient-ils pour le plaisir ? C'est une possibilité, mais pas la seule. Selon les scientifiques ils en consommaient peut-être pour se soigner ou se protéger des maladies. Et ce n'est pas tout. Plusieurs gommes sont constituées de brai de bouleau, une sorte de colle issue de la résine de cet arbre. Or cette substance était utilisée pour fabriquer des outils, des armes ou pour réparer des poteries, de la vaisselle. Mâchée, elle devenait malléable et servait, par exemple, à coller une flèche en pierre sur un bâton (pour faire une lance).
    https://www.savoir-inutile.com/le-chewing-gum-remonte-a-la-prehistoire

    Je me souviens, enfant, nous faisions du chewing-gum, avec des grains de blés frais que nous mâchions ou nous mâchions aussi la gomme des arbres, comme des cerisiers par exemple ...

     

    Des hommes préhistoriques mâchaientndu chewing-gum.


    votre commentaire
  • A notre niveau nous connaissons les jolies lingeries mais nous sommes là très loin des marques de luxe mondialement connues et achetées par les fameuses familles qui ont les moyens de payer un ensemble slip soutien-gorge qui pourrait permettre de faire vivre toute une famille normale pendant un certain temps.

    Mais il y a aussi des marques purement françaises qui font des articles d'une beauté et dans des tissus précieux. Une marque dont je n'avais jamais entendu parler et dont la créatrice a supprimé le corset en le remplaçant par le soutien-gorge.

    Il s'agit de la famille Cadolle. Eugénie dite Herminie Cadolle (1842-1924), née Eugénie Sardon à Beaugency (Loiret), est une communarde qui devint ensuite la créatrice d'une maison de lingerie à Buenos Aires puis à Paris, et la créatrice du premier soutien-gorge « moderne » (1889), appelé à cette époque corselet-gorge.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Herminie_Cadolle

    https://www.cadolle.com/fr/41-collection

     

    La lingerie de luxe qui s'impose sans tapage ...


    votre commentaire
  • 10 chapelles bretonnes à ne pas rater
    par chawax

    La Bretagne a hérité de son histoire un patrimoine religieux remarquable. Fontaines, croix, calvaires et lieux de culte couvrent l’ensemble du territoire. La Bretagne compte en particulier une densité de chapelles exceptionnelle en milieu rural. On en comptait près de 6500 avant la Révolution et elles sont sans doute encore plusieurs milliers aujourd’hui ! Difficile dans une telle masse de faire une sélection de 10 chapelles. Et c’est pourtant ce que je tente de faire avec cette sélection personnelle (et donc subjective !) de 10 chapelles bretonnes. Des chapelles pour lesquelles j’ai eu le coup de coeur, du fait de leur cadre, de leur beauté ou d’une particularité.
    https://www.terresceltes.net/bretagne/10-chapelles-bretonnes-a-ne-pas-rater

    Chapelle de la Vraie Croix (La Vraie-Croix, 56)

    Cette chapelle, dite Chapelle des Templiers, située dans le village de La Vraie-Croix entre Vannes et Redon est sans doute une des plus originales de Bretagne. C’est à ma connaissance la seule chapelle à deux étages en Bretagne ! La chapelle est en fait traversée par une allée piétonne qui passe sous la nef. La nef est située à l’étage et accessible par deux escaliers latéraux. Bon, pour l’accessibilité handicapés on repassera … L’intérieur de la chapelle ne manque pas de charme non plus avec ses murs recouverts de panneaux de bois sculptés. La chapelle se fond parfaitement dans son environnement, un village à l’unité architecturale remarquable.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapelle_de_la_Vraie_Croix_de_La_Vraie-Croix

     

    Préparez vos vacances de Pâques ...


    votre commentaire
  • Toute personne qui a vu son animal disparaitre connaît la peur déchirante et la tristesse qui est mélangée avec le petit espoir que leur animal de compagnie réapparaîtra un jour. Dans ces 10 histoires, les propriétaires ont vu leurs souhaits se réaliser. Ils ont pu retrouver leurs animaux perdus plusieurs années.

    Corky le chien ...

    En 2009,  Corky, un an, un petit mélange de terrier, s'échappa de son chenil dans l'arrière-cour de sa maison au Texas. Il avait été un cadeau pour les jeunes enfants de la famille Montez.

    Près de sept ans plus tard, en 2016, quelqu'un a rapporté avoir vu deux petits chiens errants se promener ensemble au bord d'une route. Les services municipaux ont ramassé les chiens et les ont scannés pour des micropuces. Ils ont pu contacter la famille Montez, qui a retrouvé Corky après toutes ces années.

    Pendant son absence, Corky était devenu le meilleur ami d'un jeune chien borgne, qui a été nommé Captain par la famille Montez. Du comportement des chiens, il était clair que Corky avait pris soin de Captain comme si c'était un petit frère. Corky s'assure que Captain mange toujours d'abord et le protège en restant près de lui

    Les deux chiens ont probablement survécu dans la nature en s'aidant l'un l'autre. Avec son œil perdu, Captain n'aurait peut-être pas survécu sans l'aide de Corky. Les Montez ont refusé de séparer ces deux meilleurs amis.

     

    Ils retrouvent leurs maîtres ...


    votre commentaire
  • Avec sa série «Mystical», le photographe primé Neil Burnell, récompensé à plusieurs reprises, nous fait découvrir la magie des bois. Une atmosphère de conte de fées qui fait fonctionner notre imagination. C’est à Wistman’s Wood, à Dartmoor, dans le Devon, en Angleterre, qu’il a réalisé ces photographies. Un lieu particulier, de son enfance, qui offre un cadre idéal, et sur lequel il est revenu en tant qu’adulte. Là-bas, il s’est  souvenu de ses sentiments et de ses pensées concernant cette période de sa vie et les transmet, aujourd’hui, à travers son objectif. Le brouillard épais, la mousse et l’apparence générale des arbres, y confirment l’ambiance mystique. Dans son travail, Neil Burnell adore essayer de créer une atmosphère, comme il l’a fait pour cette série. Mais ce n’était pas la seule raison du choix de Wistmans: « Les bois sont aussi notoirement difficiles à photographier, mais j’aime les défis », dit-il.
    http://www.fubiz.net/2019/01/19/discover-the-mystical-side-of-the-woodland-by-neil-burnell/

     

    La magie des bois ...


    votre commentaire
  • Elina Cerla
    Je pense que la dichotomie fondamentale pour tous les peintres est la lutte pour trouver un chemin cohérent entre la forme et le contenu. Beaucoup restent dans le territoire puriste de la forme, peignent pour peindre, et beaucoup restent dans le domaine des idées, glissent sur des surfaces, jouent avec le langage du contenu.
    Les deux sont des options merveilleuses, mais je crois qu’il existe aussi un chemin qui serpente entre les deux; où vous pouvez "jouer dans la boue" tout en réconciliant la matérialité de la peinture avec les idées capturées à la surface d'un tableau.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.elinacerla.com/&prev=search

     

    Le monde d'Elina ...


    votre commentaire
  • Le bon sens et l'univers ...
    Quel rapport me direz-vous ? je vous explique ...

    Jusqu'à ce qu'on construise des maisons de retraites, les Anciens finissaient leur vie, souvent, au coeur de la famille, jusqu'à ce qu'ils s'allongent pour mourir, ils vivaient, ils participaient à la collectivité familiale. Ils jardinaient léger, ils nourrissaient les petits animaux, veillaient sur les petits, épluchaient les légumes, moulinaient le café, puis s'éteignaient doucement. Ce n'était pas une vie rêvée, mais c'était la Vie.
    Puis vint le travail des femmes, les maisons de retraites qui, au début avaient encore quelques considérations pour leurs pensionnaires aux cheveux blancs.
    Puis vinrent les requins de la finance qui s'étaient aperçus que l'or gris rapportait énormément
    Ils ont construit des mouroirs où le valide devient très vite invalide, une couche le matin, retirée le soir, pas de douche, pire qu'un vieux chien, mais qu'est-ce qu'ils payent bien.
    Tout le monde maintenant est au courant des ehpads, des maltraitances, de l'abandon etc ...
    Une nouvelle idée a germé et si elle est vraie, alors chapeau.

    Certaines maisons de retraites obtiennent le label "humanitude" c'est-à-dire que le personnel est formé pour que les anciens continuent à VIVRE : nourrir des poules, éplucher des légumes, un jour par semaine faire des gâteaux, aider à marcher une personne abandonnée depuis si longtemps dans un fauteuil, descendre préparer son petit déjeuner, jardiner un peu. La directrice expliquait que plus vous faites réfléchir, bouger, travailler une personne âgée, plus les effets néfastes de l'âge allaient plus doucement. Le personnel avait donc plus de temps pour tenir la main 5 minutes à ces Anciens, qui VIVAIENT jusqu'au bout au lieu d'être des mort-vivants ...
    http://www.agevillage.com/actualite-9596-1-label-humanitude-valoriser-la-qualite-de-vie-dans-les-maisons-de-retraite.html

    Le soir je regarde un premier épisode d'une expédition humaine qui va s'installer sur Mars. Et là vous avez une Madame "Vinci" qui rentre chez elle le soir, tout obéit à votre voix, votre porte s'ouvre, la lumière s'allume, votre feu de cheminée au gaz, tout.  Vous imaginez comment sera Madame Vinci à 90 ans ? elle qui n'aura jamais rien fait de sa vie que penser ?
    Remettons au goût du jour le BON SENS teinté d'un peu d'intelligence.

    Edito de Joie ...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires