• Et je ne suis ni gai, ni triste.
    C'est le destin des vers.
    Je les ai écrits et je dois les montrer à tous.
    parce que je ne peux pas faire autrement.
    Comme la fleur ne peut pas cacher sa couleur,
    Ni la rivière ne peut cacher qu'elle coule,
    Ni l'arbre ne peut cacher qu'il va donner des fruits.

    Alberto Caeiro

    ecrivain-plume-3-img.jpg


    votre commentaire
  • Modèles de clés "de Geôliers", datés du XVIIème siècle. Elles sont remplies de poudre pour créer une arme simple et primitive. Les enregistrements de plusieurs types d'arme clé existent, avec plusieurs niveaux de complexité. Ce que j'aimerais savoir c'est si c'était pour forcer la serrrure ou qu'une fois la porte ouverte, ça pouvais servir d'arme pour blesser ou tuer l'occupant !

    cle.jpg


    votre commentaire
  • fruit.jpg

    Vers le divan profond où le désir me cloue,
    Penche ton frais visage et l'or de tes cheveux ;
    Penche ta lèvre en fleur, que de tendres aveux
    Parent en cet instant d'une adorable moue ;

    Comme le mien déjà, que ton index se joue
    A ce bouton de rosé où tendent tous nos vœux ;
    Allons-y bien d'accord, mignonne, car je veux
    Que le divin plaisir ensemble nous secoue.

    Mais que fais-tu, chérie ? Ah ! quel heureux dessein !
    Lèche... ah, oui !... lèche encor la fraise de mon sein...
    Lèche!... Comme ta langue est lascive et savante)

    Suce-la... c'est si doux !... comme on suce un bonbon...
    Mais quoi ? Tu meurs déjà ? Tu me laisses vivante ?
    Attends-moi ! Là ! Je fonds... je meurs! Ah! que c'est bon !
    Louis Perceau


    votre commentaire
  • imagination.jpg

    Nerveusement nue
    Sous ta robe qui remonte,
    Ton corps a habillé
    Mes désirs


    votre commentaire
  • rouille-2.jpg

    Les périodes charnières de l'existence ne rouillent jamais.
    Ni sous la pluie, ni sous les pleurs.

    Les pensées banales sont de vieux couteaux rouillés
    que l'expression peut polir et la concision aiguiser.

    La rouille ronge le fer ; et les chagrins le coeur.

    L'épée des femmes c'est leur langue
    Elles n'y laissent pas venir la rouille.


    votre commentaire
  • « Je suis une carpe ; je crois qu’il y a pénurie. Etant donné cette croyance, je m’attends à ne jamais avoir ou faire assez […] Je suis un requin et je crois qu’il y a pénurie. C’est pourquoi j’ai l’intention d’obtenir le maximum, quoi qu’il arrive […] Je suis un dauphin et je crois en la possibilité d’une pénurie comme en la possibilité d’une abondance… »

    Dudley Linch et Paul L. Kordis proposent une classification des comportements humains dans leur ouvrage "La stratégie du dauphin : les idées gagnantes du 21ème siècle" ( Les éditions de l’homme, 2006)

    Si nous sommes des carpes, des requins ou des dauphins, comment réagissons-nous aux arguments des candidats à la présidentielle... Et surtout de quelles stratégies usent-ils pour tenter de capter nos voix ? 

    La carpe est au moins une métaphore de la victime. Elle attend, passive, l'hameçon du pêcheur qui est son tortionnaire. Elle a renoncé au combat, certaine que de toutes manières, tout est foutu. Elle a baissé les bras ou les ... nageoires pectorales.carpe
    En politique, elle pense que les candidats sont tous pourris, que personne ne changera rien et d'ailleurs qu'il n'y a rien à changer, qu'on ne peut rien faire, qu'ils ne pensent qu'à eux et pas à elle, la carpe. Parfois même, elle espère le sacrifice comme prix ou condition d'une avancée ; il faut toujours payer pour avancer, amis de la PNL, bonjour. Elle fait des compromis qui se terminent en compromissions car en espérant toujours gagner ainsi, elle perd toujours.
    Nos amis les candidats exploitent souvent ces victimes en leur proposant justement des sacrifices. Supplémentaires. Seules solutions à la CRIIIIISE. Vous avez voulu "en profitez", vous allez le payer cher et c'est pas fini. C'est ce qu'on entend en écoutant Sarkozy et Bayrou qui n'ont pas du tout pourtant le même profil animalier, Bayrou étant du domaine de la carpe.
    Toutefois, les carpes sont autant attirées par les autres carpes que par les requins car elles espèrent bien qu'ils en boufferont d'autres avant elles.

    Plus qu'une métaphore, le requin est une vraie catachrèse, le terme étant utilisé pour caricaturer les agressifs aux dents longues et sans scrupules.requin blanc
    Le requin, le tortionnaire, c'est la loi de la jungle et ça le fait jouir ! Il a de la gueule, le requin et elle est grande ouverte ! Il n'a pas peur de montrer ses longues dents qui déchiquettent si bien. La compétition, la bataille, la guerre économique, c'est inévitable ! OK, ça fait des victimes, et alors ? C'est la vie, c'est comme ça ! Marche ou crève ! Si tu marches, je crève, donc ce sera l'inverse. De plus, moi, le requin, qu'est-ce que ça m'amuse, cette lutte à mort ... Le pied géant !
    En politique, le requin n'aime que l'action, le combat, la lutte. Il veut laisser son empreinte dentaire sur tout ce qui bouge. Agissant en bande, il élimine tout ce qui gêne sa progression et se constitue un troupeau conséquent de carpes-victimes. Il creuse le fossé social, crée népotiquement une caste dominante de dirigeants, prêt à utiliser tous les moyens et arguments pour séduire si c'est nécessaire, même si ce n'est pas son tempérament profond qui n'est que mépris des carpes.
    Nos amis les candidats savent très bien capter les voix des requins. Généralement, il suffit de se montrer comme eux. Sarkozy et Le Pen savent très bien faire les requins mais un peu plus bas dans les sondages, Poutou et Arthaud aussi. Les quatre ont pourtant des styles très différents mais ils sont tous "contre" quelqu'un ou quelque chose qu'ils le disent clairement ou non.

    Il reste donc le dauphin. Très différent des deux autres, le dauphin croit autant à la pénurie qu'à l'abondance, les deux allant de pair. Il croit, il SAIT qu'il y a toujours un choix et qu'avec de la flexibilité, on peut agir en permanence. dauphinL'adaptabilité est à l'origine de la pérennité. Le dauphin ne connaît pas la pensée unique, il réfléchit et peut changer d'avis en fonction des évolutions. C'est un stratège. Le dauphin joue avec la houle, sachant que si une vague est porteuse, elle finit pas mourir et qu'il vaut mieux passer à une autre avant ça.
    En politique, le dauphin écoute et observe tout le monde. Et aussi le monde entier. Il se fait des opinions et leur intègre une réflexion affective. C'est aussi un créatif qui ne manque pas de style. C'est un enthousiaste qui sait aussi bien encourager que freiner, punir que récompenser.
    Nos amis les candidats ne sont bizarrement pas très forts comme dauphins. Peut-être d'ailleurs est-ce pour cette raison que les Français estiment la campagne actuelle si peu passionnante.
    Toutefois, il y a quand même un dauphin notable : Mélenchon. Si on écoute ses discours qui ne laissent personne indifférent, on aime ou on déteste mais on écoute, on entend généralement des phrases exprimant des idées de nature différente de celles des autres. Rien que dans son clip de campagne, on entend : "nous avons déjà réussi, nous pouvons le refaire", "pas de fatalité" et à la fin dudit clip : "de l'argent, il y en a ; ce qu'il faut, c'est le mettre au service de tous".
    Rien à voir avec un discours de carpe (muette, en plus) ou de requin. Les infos sont claires, elles tendent à faire participer tout le monde pour entraîner une adhésion. L'affectif est présent, c'est une valeur précieuse et bien traitée, comprise comme excellent vecteur informatif, alors que la plupart des autres la négligent ou la méprisent.

    Dans la réalité quotidienne, je crois qu'on a tous les trois métaphores en nous. Même si nous avons une dominante marquée, les trois ont leur place.
    Qui l'emportera au moment de glisser le bulletin (ou pas !) dans l'urne ? Quels sentiments nous envahiront ? Peur, colère, tristesse, joie ? La carpe deviendra-t-elle requin le temps d'un moment ? Le requin deviendra-t-il dauphin en remplissant le grand bleu de sa petite enveloppe ? Le dauphin hésitera-t-il devant le choix ?

    Nous le saurons le 22 avril à 20h00.


    1 commentaire
  • Les jambes aussi d'ailleurs !
    Les chaussures Vibram five fingers


    vibram-five-fingers.jpg


    votre commentaire
  • Étirer son jardin vers dehors, gagner de l’espace de vie, transformer le paysage et la vue extérieure en un horizon plus vert… Autant de motivations pour les urbains d’installer ces jardinières pivotantes sur leurs fenêtres qui ont du vis-à-vis. Une vraie bouffée d’oxygène idéale pour les beaux jours à découvrir en images dans la suite !

    volet-vegetal-barreau-et-charbonnet-5.jpg


    votre commentaire
  • Soutien-Gorge-2-millions-de-dollars.jpg

    Comme chacun sait, les diamants sont le meilleur ami de la femme.
    C'est sans doute pourquoi la sulfureuse boutique Victoria Secret de New-York a récemment présenté ce SG à brillants, il est composé de 3 000 pierres précieuses, saphirs, topazes bleues et de 142 carats de diamants blancs !
    Bien moins cher que celui de Gitana del Tiempo, c'est la crise que voulez vous, mais il faut tout de même, au bas mot, investir 2 millions de dollars pour l'acquérir !
    Admirez le somptueux port d'Adriana Lima (prénom prédestiné ?), mannequin brésilien, cette lingerie bijou l'habille brillamment.
    La seule question que je me pose est : le prix augmente-t-il avec la taille des bonnets ?

     

     



    votre commentaire
  • Ludmila
    est née en Russie en 1958. Elle vit au Portugal depuis 1991. - Elle a étudié le Dessin et la Peinture à l'École d'Art de Florença SACI, la Florence, l'Italie. - Elle a fréquenté des ateliers libresd'Albuquerque, et de Porto.

     

     

     

     

     


    votre commentaire