• L'Egypte ancienne a fasciné l'imagination depuis que nous l'avons sorti du sable le grand sphinx. Depuis deux siècles, il s’agit d’une obsession pour les archéologues et les historiens. C'est une terre dont nous avons passé des années à déchiffrer lentement les mystères.
    Cependant, même après tout ce temps, nous ne savons toujours pas grand chose. Certaines des plus grandes découvertes du monde antique sont encore couvertes des sables d'Egypte, attendant d'être révélées. Plus souvent qu'autrement, de telles révélations ne donnent que plus de mystères et de questions sans réponse.

    Il a peu règné, mais laisse un souvenir impérissable ...

    Le roi Toutankhamon n'avait que 19 ans à sa mort et personne ne sait avec certitude ce qui s'est passé. Sa mort est un mystère complet, mais pas parce qu'il était dans la force de l'âge. La raison pour laquelle la mort de Tut est si mystérieuse, c'est qu'il y a tellement de problèmes de santé qu'il est difficile de dire lequel l'a tué.

    Le roi Tut était en mauvaise santé. Il avait le paludisme, d’une part, et il était né avec tellement de handicaps génétiques que les historiens sont convaincus que ses parents devaient être frère et soeur. Il avait un pied bot et des défauts génétiques qui, selon certains, ont fait de sa mort rien de plus qu'une question de temps.

    Il avait également un crâne fracturé qui, pendant longtemps, a été considéré par les archéologues comme un signe qu'il avait été poignardé à la tête. Aujourd'hui, on pense que sa tête aurait été endommagée alors que son corps était embaumé, mais la possibilité qu'il ait été assassiné n'a pas été exclue.

    Il s'est cassé le genou peu avant sa mort, ce qui a mené à une théorie selon laquelle il aurait été tué dans un accident de char. S'il était, cependant, monter sur ce char en premier lieu était une décision étrange. Tut était tellement déformé qu'il ne pouvait même pas se tenir debout sans que quelqu'un le soutienne.

     

    L'Egypte et ses éternels mystères ...


    votre commentaire
  • Jim Lind est un photographe-retoucheur vivant à New-York.
    Sa série « City of Exile » met en scène de sombres paysages parfois détruits ou encore inhabités. Les personnages qui s’y trouvent, lumineux, tels la personnification de l’espoir, émergent du carcan dans lequel ils se trouvent, s’adaptant ainsi aux nouvelles conditions qui leur sont imposées. Ces clichés nous offrent une belle leçon de vie : Une manière de prouver qu’en toutes situations, y compris les plus inextricables, l’humain, de par sa nature, saura faire preuve de courage et d’adaptabilité.
    http://www.fubiz.net/2018/07/20/welcome-to-the-city-of-exile/

     

    Les chemins de l'exil ...


    votre commentaire
  • Ran Airong Artiste né en 1976 à Jingzhou, Chine. En 1998, vous étés diplômé au collège normal de Ningbo. En 2002, il réunit une étude sur l'Académie des arts de Chine. Travaille actuellement comme peintre professionnel à Ningbo, Zhejiang, où il vit également.
    http://www.kaifineart.com/ranairong

     

    Le monde de Ran Airong ...


    votre commentaire
  • Nos voisins les gaulois vivent un été chaud et croustillant, découvrant les dessous insoupçonnés de leur monarchie présidentielle, grâce aux médias. Après avoir contribué grandement à l’élection du dernier des Bourbons, après l’avoir encensé depuis son sacre, soudainement un 18 juillet de l’an 2018, ils le laissèrent tomber comme une patate chaude. Honi soit qui mal y pense.

    Jadis soigneusement camouflé derrière l’équilibre journalistique, plus connu sous le nom de “pensée unique”, le capital affiche dorénavant sa puissance sans fausse pudeur, un peu comme le font les politiques qui utilisent la porte tambour entre la fonction publique et le monde des affaires, au vu de tous, le modèle étant encore et toujours celui des Etats-Unis.

    En effet, le 29 février 2016, Leslie Moonves, président directeur général du géant des médias américain, CBS, déclara devant un parterre de la “Morgan Stanley Technology, Media and Telecom Conference” à San Francisco, au sujet de la candidature aux présidentielles de l’outsider Donald Trump :”Cette campagne présidentielle est un cirque dont l’ampleur dépasse l’entendement. La candidature de Donald Trump a beau être une catastrophe pour l’Amérique, mais pour CBS c’est du pain béni.”
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-quatrieme-pouvoir-206764

     

    La puissance de nuisance du CAPITAL ...


    votre commentaire
  • L’animalisme est un humanisme

     

    Les connaissances biologiques, éthologiques, paléontologiques et génétiques ont fait prendre conscience aux hommes d’une unité du vivant que niaient les vieilles idéologies et les jeunes intérêts. La nature n’était qu’un environnement et les animaux des marchandises ou des souffre-douleurs pour ces doctrines obscurantistes et pour ces appétits insatiables de spéculations et de profits conquis au mépris du caractère évidemment sensible de l’animal. Les législations commencent à peine à refléter, de manière bien insuffisante, cette prise de conscience qui revêt divers aspects et degrés de radicalité.

     Pourvus de moyens financiers illimités, les lobbies de l’élevage, de la chasse, des armes à feu, de l’agrochimie suscitent des campagnes de désinformation et rémunèrent des "philosophes" appointés pour retarder l’inéluctable évolution des mœurs et des manières envers le vivant dans sa merveilleuse diversité. Ce qui embarrasse le plus les contempteurs de la pensée animaliste tient à ce que l’écologie (concept pris dans son acception la plus large) est la seule pensée à ne pas avoir du sang plein les mains et les bottes. Religions ésotériques ou séculaires, c’est-à-dire politiques, charrient des monceaux de cadavres après elles. L’écologisme ne tue pas et cette virginité du sang versé ne tient pas qu’à la jeunesse de cette pensée, mais plus essentiellement au fait que l’écologie est l’amour de la vie.
    L’animalisme n’oppose pas l’espèce humaine aux autres espèces mais invite au respect de tout être sensible.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article38743

     

    Respect à tout le VIVANT ...

     

     


    votre commentaire
  • Il a plu hier soir et certainement cette nuit ...
    Il parait que ça va faire du bien au raisin ...
    Bonne journée !
    Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités
    et j'en suis heureuse.

    John Green

    Le ciel est gris, mais le jardin rutile ...


    votre commentaire
  • Mais les fleurs sont toujours là
    J'ai même un tournesol un peu tardif pour imiter le soleil ...
    Bonne soirée !
    Il y a des heures si noires
    qu’il ne reste plus d’autre espoir que ce cri qu’on voudrait pousser.
    Simone de Beauvoir

    Soirée grise ...


    votre commentaire
  • Faire silence ...

    Tableau de Francine Van Hove

    Faire silence,
    c'est voir du dedans son monde intérieur,
    entendre les silences de son coeur,
    les silences entre les mots,
    ce qui ne se dit jamais
    ou que l'on ne prend pas le temps d'entendre.
    C'est faire le vide des émotions invalidantes
    pour laisser la place à une écoute de plus en plus fine et subtile,
    l'écoute de sa musique intérieure.
    C'est écouter son âme,
    la musique de l'âme.
    Catherine Bensaid


    votre commentaire
  • Le vent ...

    Tableau de Hopper


        Ce vent tourmenté
        Qui se dit par rafales
        Ce vent cinglant
        Qui s’exprime en turbulences
        Je suis à sa portée
        Son souffle me guide

        Ces vents célestes
        Ces vents de terre
        Effaçant nos parcours
        Me donnent leur force
        Leur liberté

        Je navigue…
        Andrée Chedid


    votre commentaire
  • A mi-chemin ...


        les choses que tu ignores
        encombrent pourtant tes rêves
        et quelquefois débordent
        au grand jour indécis

        tu ne peux jamais être
        absolument toi-même
        ni comme tu l'espères
        absolument un autre

        tu es à mi-chemin
        entre l'âme et la chair
        la torture et la paix
        tu ne sais à qui tendre
        la main, frère ou mendiant
        Jean-Claude Pirotte


    votre commentaire