• J'aime les quincailleries. Comme une petite fille, j'accompagnais mon père faire ses courses,  je me perdais dans les allées et j'imaginais toutes les choses que je pourrais faire à partir des objets.
    Depuis ce temps
    , les quincailleries ont été l'inspiration pour un grand nombre des sculptures techniques mixtes que je crée.
    Je vois la beauté dans les objets communs et j'espére que les autres feront de même. J'utilise des objets du quotidien comme les noix en acier, rondelles, tubes de plomberie de vinyle, des colliers et des canettes de coke et je les transforme en quelque chose d'entièrement différent. Grâce à cette métamorphose, je cherche à attirer le spectateur pour regarder de plus près les matériaux et les objets qui, d'ordinaire passent inaperçus et les voir sous un jour nouveau.
    Je suis attirée par les disciplines d'oeuvres d'art contemporaines de fibre métallique, et perlage. Le mélange de techniques traditionnelles avec des matériaux non traditionnels est un contraste qui je l'espère provoque un examen plus approfondi des matériaux et du sujet.
    Ingrid Goldbloom Bloch

    ingrid.PNG


    votre commentaire
  • Nos charmantes gallinacées lorsqu'elle pondent, ce qui nous permet de cuisiner de délicieux omelettes, gâteaux, etc., se mettent à partager leur joie en caquetant à tout va, ce qui parfois peut être soûlant il faut l'avouer.
    Pour faire taire une poule qui caquette en babillage sans fin, il suffit de lui rabattre le caquet !  Mais l'histoire ne dit pas s'il faut d'abord l'attraper en lui salant la queue...
    La maîtresse d'un homme était appelé poule, pas très flatteur, c'est désormais devenu un mot d'affection familier gentiment moqueur.
    Ça roule ma poule ? Sauf si poule mouillée tu es et que tu ne te couches pas avec les poules !  Dans ce cas, il ne faudra pas tuer la poule aux oeufs d'or, même quand les poules auront des dents...


    votre commentaire
  • Par André Bellon

    La décision du Conseil Constitutionnel de reconnaitre qu’une loi organique est suffisante pour inscrire la fameuse règle d’or sur l’équilibre budgétaire dans nos pratiques institutionnelles semble faire la une des commentaires. C’est ainsi qu’une astuce politique permet de valider un coup d’État en prenant position sur une virgule institutionnelle. Car la question n’est pas de savoir si le Parlement peut décider de l’équilibre budgétaire, mais si les parlements nationaux sont dessaisis de leur souveraineté en la matière.

    La décision du Conseil Constitutionnel, présentée comme anodine (on renforce un peu ce qui existe déjà), permet de faire silence sur deux textes (le MES et le TSCG) qui vont au-delà de tout ce qu’on a déjà connu, au niveau européen, en matière d’abandon de souveraineté, de recul démocratique et d’opacité. Le Conseil, théoriquement garant des principes démocratiques et de la souveraineté populaire, ne voit une fois de plus aucun problème face à leur abandon. Il faut dire que sa composition, hautement politique, peut expliquer ses aveuglements.
    Les traités MES et TSCG remettent en cause le Traité fondateur de l’Union européenne qui stipule en son article 136, §6, alinéa 3, qu’une décision prise sous le régime de la procédure simplifiée « ne peut pas accroître les compétences attribuées à l’Union dans les traités. ». En ne se posant que la seule question de savoir quelle est la méthode de ratification et non la légitimité de la ratification, le Conseil évacue ces questions avec commodité. Mine de rien, la décision légitime l’idée que la dette est cause des problèmes économiques et sociaux dont souffre notre pays, comme d’ailleurs la plupart des autres États membres de l’Union européenne et officialise un théorie économique absurde et mortifère qui prend l’effet pour la cause.

    La volonté une fois de plus affirmée de détruire la démocratie doit être combattue avec la plus grande vigueur. Nous appelons les parlementaires à défendre les mandats dont ils ne détiennent la légitimité que par la volonté des citoyens et à rejeter le traité TSCG qui va leur être soumis.

    pouruneconstituante.fr
    Altermonde-sans-frontières


    votre commentaire
  • Je suis reconnaissant pour tout ce qui me fait penser à ce qui est possible dans cette vie.
    Les livres, les films peuvent le faire. La musique peut le faire. L'école peut le faire.
    C'est tellement facile car, si nous ouvrons les yeux,  à chaque fois nous rencontrons quelque chose qui nous montre que tout est possible, que le changement est possible, que quelque chose de nouveau peut être fait, que le rire peut être partagé.
    Jonathan Safran Foer
    coeur et lavande (Small)

    votre commentaire
  • reflet.jpg

    Femme qui gémit toute seule
    chauffée par le soleil
    ouvre-moi les portes de ton moulin
    je te donnerai mon blé
    farine de nuit
    couleurs naissantes
    pour que tu peignes le blanc
    avec du miel secret
    sois mon pain
    de chaque jour
    Luis Mizon


    votre commentaire
  • perles--Small-.jpg

    J'adore le poids de vos perles saupoudrées autour de mon cou nu.
    Je les frotte comme si elles étaient une lanterne magique et je tente de faire un million de souhaits.
    Le plus grand, le plus pressant, est que vous soyez vite près de moi.


    3 commentaires
  • poulpe--Small-.jpg

    La bougie
    La nuit parfois ravive une plante singulière dont la lueur décompose les chambres meublées en massifs d'ombres.
    Sa feuille d'or tient impassible au creux d'une colonnette d'albâtre par un pédoncule très noir.
    Les papillons miteux l'assaillent de préférence à la lune trop haute, qui vaporise les bois. Mais brûlés aussitôt ou vannés dans la bagarre, tous frémissent aux bords d'une frénésie voisine de la stupeur.
    Cependant la bougie, par le vacillement des clartés sur le livre au brusque dégagement des fumées originales encourage le lecteur, — puis s'incline sur son assiette et se noie dans son aliment.
    Francis Ponge.


    votre commentaire
  • batik--Small-.jpg

    Le batik (mot javanais) est une technique d'impression des étoffes pratiquée dans des pays tels que le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Togo, la Chine, la Malaisie, l'Indonésie, l'Inde, Maurice, Madagascar, le Sri Lanka etc. « Le Batik indonésien » a été inscrit en 2009 par l'UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité1.
    Le mot, d'origine javanaise, a la même racine que le mot titik, qui signifie « point ».
    C'est un art de patience et de minutie.
    Le principe du batik consiste :
        à dessiner sur le tissu le motif final à reproduire (cette opération n'est pas indispensable)
        à protéger des zones du tissu contre la coloration par l'application de la cire chaude
        à appliquer des couleurs - par trempage dans des bains de teinture / ou en peignant des teinture directement sur le tissu
        à recommencer les opérations 2 et 3 successivement pour chacune des couleurs en allant des couleurs claires aux plus foncées
        à la fin : à ôter la cire, soit avec un fer à repasser, soit par trempage dans l'eau bouillante.
    Le procédé est aussi appelé « en réserve de cire », ou « coloration par épargne ».
    Batik-coloracio.jpg


    votre commentaire
  • Les lézards et les scarabées gardent leurs pieds au sec pour assurer leur emprise, selon les scientifiques. Des études antérieures ont trouvé «remarquable» le pouvoir collant de poils microscopiques sur leurs pattes.
    Avoir du poil aux pattes, pour ces animaux, est indispensable ...


    votre commentaire
  • Entièrement conçues dans des plaques de carton pré-découpé livré à plat, un petit clin d’oeil pour ces excellents « DIY Eco Cardboard Animals », de petits animaux à assembler qui feront tour à tour office de lampe, de montre, de haut-parleurs ou encore de portes stylos. Imaginés par le designer Eduardo Alessi, découvrez tous les détails en images dans la suite !

    diy-eco-cardboard-animals-12--Small-.jpg


    votre commentaire