• Découverte de cette série « Bodyscape » par l’artiste Allan Teger mettant en scène des miniatures et des corps de femmes. Une série photo datant de 1976 composé de clichés non retouchés en noir et blanc. Une réflexion sur les formes et les courbes du corps pour représenter des montagnes ou des vallées.

    allan_teger_06-640x384.jpg


    votre commentaire
  • Inutile de fayoter, en pensant avoir le vent en poupe, avec mauvais esprit, en prétextant que je parle de flatulences ici, vous vous prendriez un vent, et je ne vous répliquerais surtout pas quel bon vent t'amène !
    Vous vous doutez bien que cette expression vient de la marine à voile.  Ceux qui restent à quai ne peuvent que souhaiter un bon vent à ceux qui partent naviguer en mer pour que leur voyage soit facile et agréable ; en découle donc, ce "au revoir" attentionné et plaisant.
    Mais, étonnamment, c'est une allocution, qui selon l'intonation donnée peut prendre une autre signification, négative cette fois-ci ; l'interlocuteur a intérêt à chercher rapidement le vent favorable à son départ immédiat.
    Mieux vaut éviter d'utiliser cette interjection, sans précaution de langage ou d'écrit, car elle risquerait d'être mal interprétée selon le contexte !
    Bon vent !


    votre commentaire
  • Philippe Loubat est né à Montpellier en 1962. Il vit et travaille en Languedoc-Roussillon. Il a choisi la peinture dans les années 1980. 10 années de recherches et d'expérimentations autodidactes lui ouvrent les portes des galeries.
    Avec suffisamment de modestie pour créer des oeuvres originales et s'adapter à des impératifs techniques mais avec trop de talent et de personnalité pour y perdre son âme, Loubat a offert des images pleines de talent et de couleur.
    Ludique ou romantique, sa peinture est un vecteur d'émotions. Une explosion de couleurs et de petites joies et de grands bonheurs. Chaque tableau est un morceau d'âme.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le  témari est un art ancestrale chinois. vieux de plus de mille ans, importé au Japon il y a environ cinq cent ans, il fait encore aujourd'hui les beaux jours de certaines brodeuses!
    Ce sont en
    réalité des boules, faites de matériaux de récupération. Vieux bas, vieilles chaussettes, sacs plastiques. On obtient une boule ronde, pour autant qu'on soit douée! Après vient tout un travail avec d'abord de la laine, qu'on met en boule, bien régulièrement. Un fil plus fin,
    ensuite, pour terminer par un fil de couture!

    temari.jpg

     

     


    votre commentaire
  • gwin.jpg

    Gwin Zegal est un mouillage très rare, fait de simples arbres enracinés dans le sable, amarré aux Côtes-d'Armor. Il n'a pas bougé depuis le Ve siècle et inspire l'œuvre d'Anne-Marie Ollivier-Henry, artiste et enfant du pays.

    port-de-gwin-zegal-plouha.jpg


    votre commentaire
  •  

    Par Napakatbra

    C’est un jugement qui fait froid dans le dos... des banques. La Cour d’appel de Paris a donné raison à une commune qui refuse de payer les intérêts d’un emprunt qu’elle estime "toxique".

      C’est la commune de Saint-Etienne qui est en train de révolutionner le petit monde du prêt aux collectivités. Contestant la validité du contrat moisi (dont les taux sont montés jusqu’à 16,5%) qui lui a été refourgué par Royal Bank of Scotland (RBS), la collectivité estime ne pas avoir à rembourser ses échéances. Ni une ni deux, la banque l’a assignée en référé pour récupérer son flouze.
    Résultat : le 24 novembre 2011, un premier juge a envoyé valser la banque, qualifiant le contrat de produit spéculatif à haut risque, ce qui est interdit pour les collectivités et qui remet donc en cause la légalité de la chose. Appel. Et la valse tourne au pogo : le 4 juillet 2012, la cour d’appel de Paris a confirmé le premier jugement. Le juge a en outre estimé que, le contrat étant clairement illégal, il n’avait pas à être exécuté ! Au passage, le juge a violemment écrasé le pied de la banque, affirmant que celle-ci avait détourné la procédure pour ne pas avoir à reconnaître les doutes sérieux qui pèsent sur le contrat. Et vlan. RBS ne danse plus que sur un pied...
    Cette décision relève d’une procédure de référé, la question de fond n’est donc pas encore tranchée. Mais cette série de jugements, à laquelle on pourrait ajouter une pichenette de la chambre régionale des comptes d’Auvergne-Rhône-Alpes (voir Sassenage VS Dexia), pourrait encourager les autres collectivités à entrer dans la danse.

    Au total, plus de 18 milliards d’euros de prêts toxiques ont été contractés par près de 2 000 collectivités, hôpitaux ou autres offices HLM. Ça va swinguer...

    lesmotsontunsens.com
    Altermonde-sans-frontières


    votre commentaire
  • "Vous ne serez jamais en mesure d'échapper à votre cœur.
    Donc, il vaut mieux écouter ce qu'il a à dire. "

    Paulo Coelho

    coeur et lavande (Small)


    votre commentaire
  • emoi.jpg

    "Quand je te vois, le monde s'arrête.
    Il s'arrête et tout ce qui existe pour moi, c'est Toi et mes yeux qui te regardent.
    Il n'y a rien d'autre.
    Pas de bruit, personne d'autre, pas de pensées ou de soucis, pas d'hier, pas de demain.
    Le Monde s'arrête juste, et c'est un bel endroit, et il n'y a que Toi. "
    - James Frey,

     

     


    votre commentaire
  • craintive--Small-.jpg

    "J'espère qu'un jour,
         Vous ne serez plus
         Craintive, comme un lapin.
         Qu'alors vous saurez
        Que je ne suis pas votre chasseur
         Je suis votre amant. "

         - Nizar Qabbani T.


    votre commentaire
  • Voici une idée étrange, un peu folle d'un très éminent biologiste, Bernd Heinrich. Il a pensé que les papillons diurnes et nocturnes, qui changent radicalement de forme à mesure qu'ils grandissent, de la  chenille aux beautés en suspension dans l'air. Pourquoi, se demande-t-il,  ces animaux volants ne commencent-ils pas  leur vie comme aptères, mais doivent ramper d'abord ? Les bébés canards ont des ailes. Les bébés chauve-souris ont des ailes. Pourquoi ne pas les bébés papillons ?
    Sa réponse :
    Le changement radical qui se produit implique bel et bien sans doute
    la mort
    suivie de la réincarnation. Les formes adultes de ces insectes sont en fait des nouveaux organismes.

     


    votre commentaire