• l’hydrographie reste encore en partie insaisissable - réseaux sans fin en surimpression des sols extérieurs et intérieurs parfois inextricables dont on ne comprend toujours pas les différents effets et destinées ; irrigation pourtant parfaite de la terre, sa survie ainsi si bien assurée, irrigation qui joue son rôle sans erreur

    pourquoi ici une montée soudaine du ruisselet ?

    quels liens établir entre ces deux rus ?

    et celui-là que l’on avait pas remarqué à cette saison, où agit-il ?

    hydrographie dont on ne connaît que le spectaculaire, le visible éclatant, hydrographie qui ne peut exister que par les effets du relief ; jusque et dans leur infime mouvement de déclinaison, ils animent l’écoulement enchantant du grand ensemble         
    Pierre Cressant

     

    Cette eau qui court et est notre survie ...

     


    votre commentaire
  • Et puis un élève a dit que le bonheur est ce qui se passe lorsque vous vous couchez la nuit la plus chaude de l'été, une nuit si chaude que vous ne pouvez même pas porter de tee-shirt et que vous dormez sur les draps plutôt que sous eux, mais essayer de dormir est probablement plus précis.

    Et puis à un moment donné tard, tard, tard dans la nuit, disons juste un peu avant l'aube, la chaleur se brise enfin et la nuit devient fraîche et lorsque vous vous réveillez brièvement, vous remarquez que vous êtes presque froid, et dans votre demi-conscience, vous tirez le drap autour de vous et juste ce drap fragile vous rend suffisamment chaud et vous vous endormez dans un sommeil profond.

    Et c'est cette atteinte, ce geste, ce réflexe que nous devons tirer ce qui est chaud - que ce soit quelque chose ou quelqu'un - vers nous, ce sentiment que nous obtenons lorsque nous faisons cela, ce sentiment d'être triste dans le monde et prêt à dormir, c'est le bonheur.
    Paul Schmidtberger,

     

    Nos instants de bonheur ...


    votre commentaire
  • Le bandit manchot, Jesse James, Billy the kid, Buffalo Bill, les diligences, l’or… Quasiment 200 ans plus tard, la conquête de l’Ouest continue de faire rêver (et de convaincre des producteurs d’investir de la thune dans des films qui en parlent). Entre 1850 et 1920, il s’en est passé, des choses. Et parfois des choses assez drôles. (Topito)

    7. La légende du seau bleu ...

    C’est l’histoire d’un convoi de voyageurs qui se perd dans l’Oregon. Les passagers sont tenus de descendre et de monter un campement. Les gosses courent un peu partout et se jettent à la rivière la plus proche : étonnamment, celle-ci scintille de plein de petites pépites dorées. Les gosses remplissent un seau entier desdites pépites et leurs parents, trop occupés à préparer la suite du voyage, n’y prêtent pas attention. Le convoi repart, sans le seau. Une semaine plus tard, un type trouve de l’or dans l’Oregon. Les voyageurs se rendent compte qu’ils viennent de passer à côté d’une jolie petite occasion d’être riches à millions. Ils se mettent en quête de l’endroit où ils avaient campé et de ce satané seau bleu. Il n’a jamais été retrouvé.

     

    Revivons la conquête de l'Ouest ...


    votre commentaire
  • Les attitudes envers le mariage interracial ont radicalement changé, au cours de la dernière génération seulement. Aux États-Unis, il y a à peine 43 ans, le mariage interracial était devenu pleinement légal dans les 50 États. Aujourd'hui, dans de nombreux pays, le mariage interracial est monnaie courante et la plupart n'y réfléchissent même pas. Cependant, comme nous le savons tous, il n'en a pas toujours été ainsi dans le passé. Cette liste comprend des individus qui n’ont pas laissé les préjugés de la société prendre leurs décisions dans la vie et ont également ouvert la voie aux couples interraciaux à l’avenir. (listverse)

    Joseph Philippe Laroche et Juliette Lafargue
    Marié en 1908 ...

    Joseph Philippe Lemercier Laroche est né au Cap Haïtien, Haïti, en 1886. À l'âge de 15 ans, il quitte Haïti et se rend à Beauvais, France, pour étudier l'ingénierie au lycée. Lors de sa visite à Villejuif, à proximité, Joseph a rencontré sa future épouse, Juliette. Après que Joseph eut obtenu son diplôme, ils se sont mariés. Leur fille Simonne est née en 1909 et une deuxième fille, Louise est née prématurément en 1910 et a souffert de problèmes de santé. En raison de la discrimination raciale, cela a empêché Joseph d'obtenir un emploi bien rémunéré en France. La famille avait besoin de plus d'argent pour payer les factures médicales de leurs plus jeunes filles, alors Joseph prévoyait de retourner en Haïti en 1913, pour trouver un emploi d'ingénieur mieux rémunéré. Cependant, en mars 1912, Juliette a découvert qu'elle était enceinte, alors la famille a décidé de partir pour Haïti avant que sa grossesse ne devienne trop avancée. Pour un cadeau de bienvenue, la mère de Joseph en Haïti leur a acheté des billets de bateau à vapeur sur le La France, mais la politique stricte de la ligne concernant les enfants les a obligés à transférer leur réservation en deuxième classe du Titanic. Le racisme envers le couple en raison de leur mariage interracial sévissait à bord du navire, en particulier parmi les membres d'équipage. Après que le Titanic a frappé un iceberg, les historiens conviennent que Laroche était calme et héroïque. Alors que le navire coulait, Joseph fourra ses paquets de manteau avec de l'argent et des bijoux et emmena sa femme enceinte et ses enfants sur le pont du bateau et réussit à les faire monter dans le canot de sauvetage. J'ai enroulé le manteau autour de sa femme et ses derniers mots ont été: «Tiens, prends ça, tu vas en avoir besoin. Je vais prendre un autre bateau. Que Dieu soit avec toi. Je te verrai à New York. " Joseph Laroche est mort dans le naufrage et était le seul passager de descendance noire (à part ses filles) sur le Titanic. Son corps n'a jamais été retrouvé.

    Fait intéressant: lorsque Juliette est revenue à Paris avec ses filles, elle a donné naissance à un fils, Joseph Lemercier Laroche. La White Star Line, la société propriétaire du Titanic, a ensuite été contrainte de présenter des excuses publiques pour les déclarations désobligeantes de l'équipage. Lorsque Louise Laroche est décédée le 28 janvier 1998, à l'âge de 87 ans, il ne restait que sept survivants du Titanic.


    En cette époque indigéniste ...

     

     


    votre commentaire
  • Considéré par les Finlandais comme une sorte de lieu sacré, le chalet d’été est associé à de nombreux rituels de vacances dans lesquels s’incarne l’âme collective finlandaise.

    Qu’il se trouve sur une île éloignée de la Finlande continentale en pleine mer de l’Archipel ou au bord d’un lac dans un décor naturel de forêts, le chalet d’été est le lieu où les Finlandais renouent leur lien à la nature en se mettant à l’écoute du silence et en laissant de côté le monde extérieur le temps d’une parenthèse enchantée.
    https://www.visitfinland.com/fr/article/le-mode-d-emploi-des-chalets-d-ete-finlandais/

     

    Le mokki, chalet d'été finlandais ...


    votre commentaire
  • Il y a 5 ans, le studio NEON installait une réinvention de la hutte finlandaise commune (mökki) dans le cadre de l’exposition Barfotastigen à Korppoo, en Finlande. La structure « frissonnent » afin de s’adapter aux changements climatiques.

    Aujourd’hui, une nouvelle édition a été créée pour célébrer l’anniversaire du projet, construite à partir de l’avion finlandais Ply.

    « Alors que le monde s’adapte à la nouvelle réalité de Covid-19, je pense qu’il faut mettre davantage l’accent sur la façon dont l’architecture, l’art et le design peuvent être utilisés pour réduire l’anxiété, nous relier à la nature et rassembler les gens dans les espaces publics », a déclaré Mark Nixon de NEON.
    http://www.fubiz.net/2020/07/02/a-shiver-house-adapting-to-the-forces-of-nature/

     

    L'art de vivre finlandais ...


    votre commentaire
  • Lilia D
    J'adore le processus de création, lorsque l'œuvre d'art prend vie à partir de couleurs, de formes et de formes et, finalement, complète et vit seule. Je suis un artiste qui aime expérimenter et essayer ... 
    https://fineartamerica.com/profiles/lilia-dalamangas

     

    Le monde de Lilia D ...


    votre commentaire
  •  Endoracisme : définition

    Nous appellerons endoracisme le racisme endogène, à savoir le racisme des autochtones d’un pays envers des immigrés reconnaissables à leur couleur de peau distincte de celle des indigènes : en France, il s’agit du racisme des Blancs envers les immigrés à la peau colorée. Ici, ce racisme endogène fait l’objet, depuis près de cinquante ans, d’une stigmatisation impitoyable de ceux qui le manifestent, et les autorités sont promptes à brandir contre eux les lois qui ont été forgées pour interdire le racisme. La campagne incessante menée contre cette forme de racisme a porté ses fruits, puisque les « ratonnades » appartiennent maintenant à un lointain passé.

    L’exoracisme est cette forme exogène réciproque de racisme exercée par les immigrés envers les autochtones reconnus eux aussi et par symétrie à leur couleur de peau. En France, il s’agit d’un racisme exercé par certaines personnes de couleur envers les Français de souche, de race blanche, en recherchant l’impunité sous couvert des luttes permanentes menées contre l’endoracisme depuis bientôt 50 ans. L’exoracisme est né de l’immigration massive qui a suivi l’instauration du regroupement familial, alliée aux discours de repentance, de haine de la souveraineté nationale et d’encouragement au maintien des identités allogènes (« multiculturalisme ») qui ont remplacé la fierté patriotique et la volonté d’assimilation des nouveaux arrivants.
     

    L'exoracisme profite de la stigmatisation des Blancs induite par la condamnation de l’endoracisme pour insinuer que dans toute action d’un homme blanc face à un homme de couleur il y a une causalité raciste : Ce préjugé est foncièrement raciste et mène à des raisonnements biaisés qui exaltent une haine anti-blanc portant en germe une possibilité de guerre civile interraciale. Il est donc urgent désormais de lutter contre l’exoracisme avec toute la rigueur que l’on a appliquée à l’endoracisme depuis les années 80.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-exoracisme-occulte-ou-le-225538

    Je vous souhaite un bel avenir ...



     


    votre commentaire
  • A part dans nos deux premières années de vacances, je ne pense pas être restée en France une seule fois pour nos vacances d'été. Pour nous c'était le sud ... Espagne d'abord, comme tout le monde, Portugal pendant 20 ans, Italie et Grèce une fois. Ce que nous aimions dans ces pays c'était un autre art de vivre que chez nous, le soleil, la mer, les monuments à visiter, les vieux villages ou villes où flaner. Nous y retrouvions une période que nous n'avions pas connu, ce que nous pensions être "l'avant guerre", des "plaisirs démodés", je me souviens, au bord de la route en Grèce, une machine à battre à l'ancienne et tous les paysans apportant leur blé, ou au Maroc, un four où tout le monde apportait ses plats à cuire.  Dans nos visites nous tentions le plus possible de nous rapprocher de la vie des gens et au Portugal, avec nos amis, nous avons vraiment vécu comme des Portugais.

    Aujourd'hui, les gens veulent rêver, mais sur du faux, sur du Disney land tout autour de la terre. Les villes deviennent leurs lieux de déambulation, tout a été refait comme si chaque ville était un bateau de croisière en plastique, mais bon sang, les vieilles rues du sud aux façades décrépies, le linge à sécher, les vieux le soir sur le pas de leurs portes, c'était quand même mieux ...

    Je me souviens d'un camping sauvage en Algarve, chez un paysans, les matins étaient radieux, le berger passait devant nous "Bom dia", un éclairage à vous couper le souffle, pas de 5 étoiles, pas de piscine à vagues, la vie, la vraie vie ...

    Je ne voyage plus, mais c'est sans regret. Le dernier voyage que j'ai fait, c'était dans la région de Tarbes avec mon co-locataire et sa famille et il m'a laissé voir des villages comme j'en croisais autrefois, qui n'ont presque pas changé si on cherche bien et j'avais beaucoup aimé.
    https://www.causeur.fr/tourisme-de-masse-low-cost-economie-changement-178045

     

    Le tourisme ...


    votre commentaire
  • Gris, froid, sinistre ...
    Nous voulions manger en terrasse demain ...
    Ca craint !!!
    Belle journée !
    Quand il voit la tête des écologistes le climat fout le camp, comme tout le monde.
    Cannibal Lee

    Là, on se croirait en novembre ...


    votre commentaire