• Un authentique repaire de pirates

    L'histoire raconte qu'au cours du 17e et du 18e siècle, près d'un millier de flibustiers ont élu refuge sur l'île de Sainte-Marie. La présence des épaves de leurs navires dans la baie d'Ambodifotatra confirme la véracité des récits. Subjugués par la beauté et le calme de l'île, de célèbres pirates tels que Christophe Condent, John Avery, Thomas Tew, la Buse et Thomas White s'étaient établis à Sainte-Marie. Pour ces derniers, l'emplacement stratégique de l'île, située sur la route commerciale de l'Océan Indien et de la Mer Rouge, en a aussi fait un repaire de choix. C'est ainsi qu'une vingtaine de vaisseaux de forbans ont choisi l'île comme port d'attache.
    http://www.madagascar-hotels-online.com/guide-activite/92-visite-cimetiere-pirates-sainte-marie.html

    http://saintemarie-autrement.e-monsite.com/pages/tourisme/visiter-sainte-marie/cimetieres-des-pirates-et-l-ile-aux-forbans.html

     

    Les pirates de l'île de Sainte Marie ...


    votre commentaire
  • L’homme a souvent cherché à dompter la nature en construisant des structures très ambitieuses. Des constructions parfois meurtrières. On imagine bien que l’édification des pyramides d’Égypte a dû coûter la vie à de très nombreuses personnes mais à l’époque, ce genre de chose était rarement consigné. En revanche, on sait avec plus ou moins de précision combien d’ouvriers sont morts sur des chantiers plus récents. Voici les plus meurtriers.
    Ringo

    3. Le Canal de Panama ...

    Projet d’ingénierie particulièrement difficile à concrétiser, le Canal de Panama a été construit en plusieurs étapes, impliquant plusieurs pays. On estime le nombre total des victimes à 25 000. Le problème, c’est qu’il s’agit des personnes décédées dans les hôpitaux. Sachant qu’à l’époque la fièvre et le paludisme faisaient des ravages, ce nombre est probablement beaucoup plus important.

     

    Constructions grandioses mais si meurtrières ...


    votre commentaire
  • Derrière leurs yeux bridés et leur chant particulier, se cache une créature fascinante. Les grenouilles et les crapauds sont un genre étrange dans la vie. Ils prennent des taxis de buffles et utilisent des sites de rencontres. Tout au long de l’histoire de l’humanité, les pieds grenouilles ont également laissé des empreintes mémorables, ayant inspiré tout, des romans célèbres aux premiers kits de grossesse.
    Des siècles d’études n’ont pas permis de sonder les limites de ces amphibiens. Ils réussissent toujours à surprendre les scientifiques avec leur capacité à survivre à des blessures et des mutations étranges.

    Roméo a trouvé sa Juliette ...

    En Bolivie, on peut visiter le Musée de l’histoire naturelle d’Alcide d’Orbigny. Roméo y habite. Cette grenouille passe ses journées à pagayer dans un enclos et à se reposer à l'ombre. C'est une grenouille Sehuenca et, par cœur, très solitaire.

    Après 10 ans de croassements aussi romantiques que possible, Roméo y a renoncé en 2017. Ce que craignaient déjà ses gardiens, c'est qu'il était la dernière grenouille de son genre. Alors que les appels de Roméo se taisaient, les scientifiques continuèrent à lui chercher une partenaire.

    Dans un geste créatif, ils ont mis le profil de Romeo sur le site de rencontres en ligne Match.com. Il a été collecté suffisamment de fonds pour envoyer des chercheurs dans la forêt nuageuse bolivienne. Dans le passé, il y avait beaucoup de grenouilles d'eau Sehuencas. Cependant, les suspects habituels les avaient décimés : pollution, destruction de l'habitat et infection mortelle par un champignon chytrid.

    L'expédition de 2019 a trouvé cinq Sehuencas. Deux seulement étaient des femelles, mais une était de l'âge idéal pour Romeo.
    https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/reptiles-et-amphibiens/bolivie-la-grenouille-menacee-romeo-a-trouve-sa-juliette_130836

     

    La grenouille est mon totem ...


    votre commentaire
  • Arnold Heim nait à Zurich en 1882.
    Etudes en Sciences naturelles, Doctorat en géologie.
    En 1924, il est envoyé au Barhein et en Arabie Saoudite pour des études géologiques.
    Il en ramène cet étonnant carnet de photos.
    https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=ru&u=https://humus.livejournal.com/4973303.html&prev=search

     

    L'Arabie Saoudite en 1924 ...


    votre commentaire
  • Maynard Dixon, né le 24 janvier 1875 et mort le 13 novembre 1946, est un artiste peintre américain.
    Né à Fresno, en Californie,  il se spécialise en art Old West (l'Ouest américain).
    Son art montre les cowboys, Amérindiens et autres scènes typiques du Old West américain. Vers les années 1930, il se tourne vers l'art ayant des thèmes sociaux : des travailleurs migrants, les vagabonds et autres.
    http://www.artnet.com/artists/maynard-dixon/

     

    Le monde de Maynard ...


    votre commentaire
  • Ces "abrutis" de Gilets Jaunes posent les bonnes questions
    Dénigrés, insultés, méprisés, les Gilets Jaunes posent pourtant les bonnes questions.

    Par Yves Barraud

     

     En quelques semaines, les Gilets Jaunes en ont fait plus que les partis politiques en plusieurs décennies de débats électoraux présidentiels, législatifs, européens, régionaux, municipaux… Pourtant, depuis l’entame du mouvement, ils sont dénigrés, insultés, méprisés [1] par la caste oligarchique qui domine la France politique, économique, médiatique, artistique, culturelle… ayant tout intérêt à maintenir la situation en l’état, garante de privilèges exorbitants.

     

    Tous les fonds de tiroir du dénigrement ont été retournés. Tour à tour d’ultra droite, d’ultra gauche, racistes, homophobes, antisémites… sous prétexte que quelques-uns (sur des centaines de milliers de personnes mobilisées) ont parfois dépassé les bornes, aussitôt mis en scène par les médias aux ordres. Une altercation verbale un peu vive devient ainsi, dans l’heure, un outrage national, une atteinte grave à la démocratie, un crime contre la république. On nage en plein délire ! Quelques mots déplacés et graffitis stupides taggués en catimini ont l’effet d’une bombe posée au Stade de France un soir de finale de Coupe du Monde. D’un coup de baguette magique, tout ce qu’ont apporté au débat les actions des Gilets Jaunes passe au second plan. C’est la tactique de l’étouffoir émotionnel et culpabilisateur dont usent et abusent nos dominants depuis près de vingt semaines.
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article40513

     

    Je suis abrutie, je suis gilet jaune ...


    votre commentaire
  • Qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent

    Par Théophraste R.

    Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités, de la Santé et du Vaccin tout mou contre la grippe, a déclaré sur LCI : « Le mouvement s’est profondément transformé. Il est en train de dériver. On voit la violence, de semaine en semaine, qui se radicalise, qui est contre les institutions de la République, l’Assemblée nationale, les ministères, les élus, (avec) des propos antisémites régulièrement ».

     Elle a oublié de stigmatiser ceux qui s’obstinent à rouler avec du diesel, ceux qui fument des clopes et ceux qui boivent du rouge (ou du pastis, horreur !). Bref, elle a oublié un morceau du peuple. De ce peuple qu’il faudrait changer, comme le préconisait Bertolt Brecht, puisqu’il vomit le gouvernement. Elle a surtout oublié la radicalisation, condamnée par l’ONU et même l’Union européenne, du trio Macron/Castaner/ Belloubet : plus de 1 700 blessés chez les manifestants, deux dizaines de mutilés (œil crevé, main arrachée, mâchoire en lambeaux), 5 200 arrestations, 1 700 gardes à vue, 292 incarcérations (aucune chez les policiers), des dizaines de mises sur écoute, des drôles de manifestants qui, un marteau casse-vitrine à la main, évoluent avec les CRS, 20 000 suites pénales diverses dans un flot des comparutions immédiates et de jugements jusqu’à cinq ou six heures du matin. Elle a oublié comment Jérôme Rodrigues a été tiré comme un lapin. Elle a oublié que le boxeur qui parle trop bien pour un gitan est en prison, alors que le policier qui a tué une vieille dame chez elle est libre, libre comme Benalla, comme tous les keufs frappeurs et tireurs pour le plaisir, en meute, avec parfois des cris de joie.

    Elle a oublié comment on se radicalise. Ou alors, elle le sait trop bien et le Pouvoir a entendu l’empereur romain Caligula : « Qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent ».

    Théophraste R.
    Fondateur du Groupe de réflexion : « Faut-il les tuer tous pour que Jupiter reconnaisse les siens ? ».

    PS. Si vous avez de la sympathie ou de la compassion pour ce peuple, naguère invisible et taiseux qui s’offre à la répression pour nous tous, cliquez ici.

    legrandsoir.info
    Altermonde-sans-frontières

     

    Ces pourris qui nous exploitent et nous mentent ...


    votre commentaire
  • Miss Météo nous a annoncé du soleil à gogo ...
    C'est moi le gogo de l'histoire, c'est gris doux !
    Bonne journée ...
    Un libéral est une personne pensant avoir une dette envers ses semblables,
    dette qu’il se propose de régler avec votre argent.
    De G. Gordon Liddy

    Je suis déçue ...


    votre commentaire
  • Le beau mimosa devant lequel je passe pour aller chez la coiffeuse ...
    dont j'espérais tant le parfum ...
    Ils l'ont scié ...
    Ils ont laissé un surgeon, fleuri certes, mais trop loin du mur ...
    Ah ! les salauds !
    Bonne soirée !
    Il y a dans cette société (Doux) une majorité de femmes.
    Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées.

    Macron dans le texte !

    Tout le monde ne peut pas avoir une professeure  "particulière"

    Quelle déception ...

     

     


    votre commentaire
  • Ma nostalgie ...


        Ma nostalgie n’est pas mienne.
        Elle est vieille comme les astres.
        Un jour, comme eux,
        née du Néant,
        du vide illimité.

        Le bruissement des arbres,
        le roulement de la vague sur le rivage,
        les hautes montagnes au loin –
        éveillent ma nostalgie.
        Mais non pour une chose d’ici.
        Pour une autre chose infiniment lointaine,
        et d’il y a très, très longtemps –

        Longtemps avant la mer, avant les montagnes, avant les vents
        Pär Lagerkvist


    votre commentaire