• Rendez-moi mon marché de plein air ! A bas les hypers !

    La fermeture des marchés alimentaires de plein-air est une mesure inappropriée.

    Le week-end du 21 mars, certains marchés parisiens étaient déjà désertés, beaucoup de commerçants portaient des masques, certains des gants, et des policiers municipaux en assuraient la surveillance. La plupart des clients semblaient aussi faire attention à respecter les consignes de protection. Au contraire, dans les supermarchés alimentaires, qu’il serait criminel de fermer en affamant la population, les frôlements semblent inévitables en raison de l’étroitesse des allées, des croisements impromptus à leur détour, des clients distraits etc., malgré les longues queues à l’entrée de certains de ces magasins, où la distanciation sociale n’est d’ailleurs pas supérieure à celle observée sur les marchés alimentaires de plein air.

    Cette fermeture des marchés a aussi des conséquences néfastes, qui pourraient être évitées dès lors que ces activités fournissent des biens de première nécessité. D’une part, les ménages à faibles revenus sont très pénalisés car les prix y sont plus modiques que dans les supermarchés. Le confinement a un coût social. D’autre part, les entreprises qui occupent les marchés alimentaires de plein air sont fragiles et leur disparition pourrait être définitive malgré les mesures de soutien mises en place par le gouvernement, dont on ne sait pas si elles ont pu en bénéficier. Les agriculteurs souffrent aussi du manque de débouchés.
    (Agora-vox)

    Ma crêpière préférée ...

    Rendez-moi mon marché de plein air ! A bas les hypers !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :