• Respect, éducation parentale et scolaire, exemple venu d'en haut ...

    Violence : les médias en rajoutent-ils ?

    Par Jean-Claude Guillebaud

     

    S’il y a une solution démocratique et médiatique à la violence, elle est dans la reprise infatigable, inlassable, de la négociation entre la liberté de chacun et la cohésion du groupe.

     

     À peine sommes-nous rentrés de vacances que l’actualité - de mille façons - nous place devant une sempiternelle obsession : l’insécurité, la violence. Obsession ? L’expression n’est pas abusive. Notre société, comme bien d’autres avant elle, semble plus que jamais travaillée dans ses profondeurs par la nécessité de conjurer la violence qui l’habite. Après l’ébriété joyeuse de la fin des années 1960-1970, et dans la foulée de plusieurs décennies de paix en Europe, nous avons eu tendance à oublier cette évidence anthropologique que constitue la violence. Et sa permanence sociétale. Paradoxe : hormis la question du terrorisme, il n’est pas sûr que notre société soit plus violente que les sociétés d’autrefois. C’est même plutôt le contraire. En revanche, le discours médiatique est devenu infiniment sensible à cette même violence. Il a moins de capacité à l’endurer… Pourquoi cela ? Sans doute à cause du sentiment de fragilité qui habite confusément la modernité. Les grands systèmes d’intégration sociale (Églises, familles, syndicats…) sont en crise et ne jouent plus leur rôle sécurisant ; chacun de nous se retrouve plus orphelin et désemparé qu’hier. D’où cette inquiétude latente, cette fragilité nouvelle pour ne pas dire cette angoisse…
    http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article36986

     

    Respect, éducation parentale et scolaire, exemple venu d'en haut ...


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :