• Ses bras, comme des ailes ...

    Ses bras, comme des ailes ...


    Ses bras arrondis appelaient quelqu'un,
    qui s'enfuyait toujours.
    Elle le poursuivait,
    plus légère qu'un papillon,
    comme une Psyché curieuse,
    comme une âme vagabonde,
    et semblait prête à s'envoler.
    Gustave Flaubert


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :