• Tag vivre

    Résultats pour la recherche du tag vivre :
  • ...m'épuise au contact du monde, le bruit, la foule, les discussions trop longues… Je n'ai pas appris à vivre seule, j'aime vivre seule. Je choisis de vivre seule. C'est différent ! Aussi, parce que je préfère être seule qu'entourée de personnes qui ne vibrent pas sur les mêmes fréquences...

    Lire la suite...

  • ...éphémère et peu respectueux. OK ! Moi je ne vous parle pas de tourisme mais bien de tout plaquer pour aller vivre là-bas jusqu’à ce que mort s’ensuive. (Topito) 2. Parce qu'on peut vivre aussi bien en ville qu'en pleine cambrousse ... Lisbonne, Porto, Guimarães, Aveiro n’ont...

    Lire la suite...

  •   En réfléchissant à ma position, je me dis qu'il faut s'arranger selon ses besoins et son caractère ; c'est duperie que de faire autrement. On n'est bien connu que de soi. Il y a entre les autres et soi une barrière invisible ; l'illusion seule de la jeunesse peut croire...

    Lire la suite...

  • À une époque de distraction, rien ne peut sembler plus luxueux que de faire attention. Et à une époque de mouvement constant, rien n'est plus urgent que de rester assis immobile. Pico Iyer

    Lire la suite...

  • Tu peux vivre sans lui. Tu peux vivre sans elle. Mais peux-tu vivre sans toi ? Ne te délaisse pas dans l'abandon d'autrui. Tu es la seule cause pour laquelle il ne faut pas déclarer forfait. Les Gourmotsdises

    Lire la suite...

  • ...leur personne, ils ont construit une grande maison, réuni quantité d’esclaves et de richesses, ils vont vivre agréablement. Mais vivre agréablement, gaiement, ça ne vient pas du dehors ! C’est le contraire ! L’homme confère à ce qui l’entoure l’agrément et le charme jaillit,...

    Lire la suite...

  • temps du canale, temps du rio, temps du calle, temps du campo, temps tous différents qu'il faut apprendre à vivre pour vivre la ville entière ; et dans la résonance de tous ces temps l'ouverture merveilleuse sur la ville Pierre Cressant

    Lire la suite...

  • Vivre, c’est un peu comme quand on danse : on a plaisir à commencer- un piston, une clarinette- on a plaisir à s’arrêter- le trombone est essoufflé- on a regret d’avoir fini, la tête tourne et il fait nuit. Charles-Ferdinand Ramuz

    Lire la suite...

  • ...régénératrice . Plus le cancer et l’asphyxie citadine gagnent du terrain, plus on nous parle de joie de vivre, de santé, d’éternelle jeunesse et de beauté corporelle. C’est que le bonheur, ce gigantesque attrape-cons, est de toute évidence la plus formidable industrie à gros profits...

    Lire la suite...

  • L'esprit progresse nonchalamment. Il n'y a que nous, aiguillonnés par l'idée de la mort, qui nous hâtons, pour tout faire tenir, pour tout entasser dans une vie minuscule. Constantin Tsatsos

    Lire la suite...