• Un peu d'humour pour commencer la journée ...

    Exclusif : le poème incendiaire de la jalouse Brigitte contre Élisabeth Borne

    « Une fois qu’on a passé les bornes, il n’y a plus de limites. »  (Alphonse Allais).

    On se souvient  de l’insecte sautillant, blond décoloré, qu’on appelait « Cloclo ». Ce chanteur  efféminé qui  gesticulait comme un foldingo  devant quatre danseuses appelées « Les Claudettes ».

    Plus tard, Messire Juppé, duc de Bordeaux, éphémère premier sinistre de Jacques Chiraclure, Vidame d’Ussel et d’Upoivre, nomma  par démagogie quelques donzelles comme ministres  de son gouvernement. On les appela « les Jupettes ». Depuis, en Cellezécie, on raconte que Chiraclure avait failli nommer Premier ministre un industriel du nom d’Ambroise Roux. Pour un peu, nous eussions eu « les Roupettes », c’eût été assez cocasse dans un pays majoritairement peuplé de lopes émasculées, celles-là mêmes qui firent élire, plus tard, le marquis de Morveux d’Enarque.

    Nous savions ce dernier porté sur les vieillasses boucanées. Il est vrai que, dès son jeune âge, Dame Brigitte (née Trogneux du Touquet) qui est à la fois sa maîtresse, sa gouvernante et sa mère, lui a appris l’adage populaire qui assure que « c’est dans les vieux pots qu’on fait bon potage ».
    https://ripostelaique.com/exclusif-le-poeme-incendiaire-de-la-jalouse-brigitte-contre-elisabeth-borne.html

     

    Un peu d'humour pour commencer la journée ...

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :