• Tag etiez

    Résultats pour la recherche du tag etiez :
  • ...l’islam ... Chère Aurore Bergé, vous avez été élue au Parlement de la France par des gens persuadés que vous étiez au courant de la situation réelle de leur pays. Pays qui se trouve par là être aussi le vôtre. Vous me corrigez si je m’égare. Vous découvrez subitement cette...

    Lire la suite...

  •   Je vous reconnaissais. Vous étiez celle qui dort tout au fond du printemps, sous les feuillages jamais éteints du rêve. Je vous devinais depuis longtemps déjà, dans la fraîcheur d'une promenade, dans le bon air des grands livres ou dans la faiblesse d'un silence. Vous étiez...

    Lire la suite...

  • Je vous reconnaissais. Vous étiez celle qui dort tout au fond du printemps, sous les feuillages jamais éteints du rêve. Je vous devinais depuis longtemps déjà, dans la fraîcheur d'une promenade, dans le bon air des grands livres ou dans la faiblesse d'un silence. Vous...

    Lire la suite...

  • Vous pourriez avoir entendu cette rumeur quand vous étiez enfant : Si vous avalez la gomme elle va rester obstinément dans votre estomac pendant sept longues années. Oui ... oui ... la première fois que ça m'est arrivé, j'attendais qu'il se passe quelque chose de terrible ... Mais qu'est-ce...

    Lire la suite...

  • Si vous étiez une ville, j'ai dit, je voudrais connaître vos quartiers pauvres, vos coins secrets, Lire vos graffitis. Boire l'eau de vos sources. Sentir votre brouillard et l'odeur de vos sueurs, Entendre l'orchestre de vos sirènes et des coups de feu. Je saurais dans laquelle de vos rues...

    Lire la suite...

  • ...frais qu'une famille devait payer au coiffeur pour le premier rasage de leur enfant : un boeuf et une vache si vous étiez brahmane, une paire de chevaux si vous étiez un Kshatriya ou deux moutons si vous étiez Vaishya. Avant le rasage, la famille se réunissait autour du garçon avec le barbier...

    Lire la suite...

  • ...votre hanche cognait un peu contre la mienne à la fin de chaque ligne. Quand je vous ai lue, vous étiez face au miroir du dressing et vous me regardiez, je vous regardais après chaque strophe. Quand je vous ai lue, vous déposiez votre bouche sur moi jusqu'à ce que je disparaisse dans...

    Lire la suite...

  • Je vous reconnaissais. Vous étiez celle qui dort tout au fond du printemps, sous les feuillages jamais éteints du rêve. Je vous devinais depuis longtemps déjà, dans la fraîcheur d'une promenade, dans le bon air des grands livres ou dans la faiblesse d'un silence. Vous étiez...

    Lire la suite...

  • ...à travers vos rues. Je ne pouvais pas penser trouver que des cathédrales, ou des cimetières. Si vous étiez une ville, avez-vous dit, Je ne voudrais savoir vos banlieues. Si vous étiez une ville, j'ai dit, je voudrais connaître vos quartiers pauvres, vos coins secrets. Lire vos graffitis....

    Lire la suite...

  • Et si vous dormiez Et si Dans votre sommeil vous en rêviez Et si Dans votre rêve Vous étiez allé au ciel Et aviez cueilli une fleur étrange et belle Et si Lorsque vous vous êtes réveillé Vous aviez eu cette fleur dans votre main Ah, mais qu'est-ce donc? Samuel Taylor Coleridge

    Lire la suite...