• Sa déclaration ...


    Je voulais lui dire que je l'aimais,
    mais je n'y suis pas parvenu.
    J'y pense encore à ces mots,
    et à la pudeur qui m'a retenu dans l'inachèvement sentimental.
    Une pudeur ridicule en de telles circonstances.
    Une pudeur impardonnable et irrémédiable.
    J'ai si souvent été en retard sur les mots que j'aurais voulu dire.
    Je ne pourrai jamais faire marche arrière vers cette tendresse.
    Sauf peut-être avec l'écrit, maintenant.
    Je peux lui dire, là.
    David Foenkinos


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique