• Je suis venu mettre à l'arrêt la machine dont vous ne trouviez plus le frein d'urgence

    Remerciez-moi plutôt.
    Sans moi, combien de temps encore aurait-on fait passer pour nécessaires toutes ces choses inquestionnables
    et dont on décrète soudain la suspension ?
    La mondialisation, les concours, le trafic aérien, les limites budgétaires, les élections,
    le spectacle des compétitions sportives, Disneyland, les salles de fitness, la plupart des commerces,
    l’assemblée nationale, l’encasernement scolaire, les rassemblements de masse,
    l’essentiel des emplois de bureau,
    toute cette sociabilité ivre qui n’est que le revers de la solitude angoissée des monades métropolitaines :
    tout cela était donc sans nécessité,
    une fois que se manifeste l’état de nécessité.
    Remerciez-moi de l’épreuve de vérité.
    Blog zone de refuge


    Monologue du virus ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique