• Toi ...


        En vérité
        c'est de toi cette senteur du jardin
        jusqu'à l'extrême regard incendiaire
        à la poursuite des patiences
        et des pluies venues

        Encore toi
        ce pays sans avenue
        que l'on transporte en soi
        dans la terre fertile du désir

        Toujours toi
        à la cadence des jours
        blottis entre chaque phrase
        sans mesure
        comme une certitude du présent.
        Huguette Bertrand


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique