• Les Traoré en tête de gondole soutenus par des activistes indigénistes, le tout supporté par une extrême gauche en mal de retrouver un électorat, sont un beau combo qui a presque su nous faire oublier nos trois mois enfermés dans un 4-pièces et les files d’attente sur les parkings de supermarché avec notre autorisation de sortie bien remplie.

    Comme tous les virus, celui-ci s’est propagé de manière fulgurante mais il a la particularité de ne pas faire de chichis avec le « pas d’amalgame » et la fameuse « stigmatisation ». Tous les policiers sont donc violents et racistes et le racisme anti-blanc n’existe pas. La région Grand Est aurait donc, elle aussi, cédé à la dictature de l’émotion ? Une émotion, somme toute, relative puisqu’elle avait refusé notre proposition de baptiser un lycée Arnaud-Beltrame, cet officier de gendarmerie mort en héros.

    Que Castaner lâche ses troupes et que Macron ignore le principe démocratique de séparation des pouvoirs pour déconstruire la France en participant à la réécriture de l’Histoire et en inversant les valeurs n’est pas étonnant, mais quid des LR, de cette droite de plus en plus molle et sans colonne vertébrale ? L’acceptation par la majorité régionale LR-UDI-MoDem de changer le nom du lycée en pleine campagne de revendications des activistes décoloniaux qui veulent déboulonner nos statues est une lâcheté de leur part.
    https://www.bvoltaire.fr/jean-rottner-lr-ne-voulait-pas-dun-lycee-beltrame-il-debaptise-le-lycee-colbert-pour-lappeler-rosa-parks/

    Rosa Parks était une américaine noire courageuse qui a fait bouger quelques lignes pour les afro-américains, mais Beltrame, quand même, c'est un héros Français ...

     

    Déboulonnons ces haineux de la France ...

     

     


    votre commentaire
  • Zemmour accuse BHL d’avoir « tué la France »

    Les échanges ont atteint leur pic d’intensité quand Christine Kelly a lancé les deux adversaires sur la question du racisme et plus spécifiquement sur le mouvement Black Lives Matter, démarré aux Etats-Unis et relayé en France. Éric Zemmour a d’abord dénoncé « la récupération idéologique du mouvement antiraciste qui est en réalité un mouvement raciste anti-blanc ». Mais l’éditorialiste est allé plus loin, en imputant la responsabilité de cette mouvance à Bernard-Henri Lévy. « Ce mouvement, vous en êtes le père car vous avez été le fondateur de SOS Racisme. Vous avez mis la race dans la bataille politique. On ne s’en remettra jamais. Vous avez réveillé les racistes », a-t-il lancé à son adversaire, avant d’ajouter : « Vous avez tué la France et même la République. Vous avez accouché d’un mouvement multiculturaliste, et pourtant les militants noirs vous détestent aujourd’hui »
    https://www.valeursactuelles.com/societe/video-vous-avez-reveille-les-racistes-zemmour-met-bhl-face-ses-contradictions-121093

     

    Cette gauche bobo qui a tué la France ...


    votre commentaire
  • On ne peut pas avoir entre les deux ?
    C'est dur pour le coeur et le corps ces changements brutaux ...
    Bonne soirée !
    Devenue ville-monde, Paris s'éloigne de la France.
    le cosmopolitisme des Lumières, sans cesse revendiqué,
    répandait les idées françaises dans le monde;
    le cosmopolitisme du bobo traduit le phénomène inverse :
    l'importation des cultures et des valeurs (et des produits, des nourritures, etc.)
    du monde entier pour mieux détruire
    ce qui reste du caractère français de la capitale de la France.

    Eric Zemmour

    Entre hier et aujourd'hui, un monde ...


    votre commentaire
  • De nouveaux records historiques pour Face à l’info

    Les deux hommes débattront des « démocraties sous [l’épidémie de] Covid-19 », des « manifestations antiracistes » et de la « situation en Libye », a précisé la journaliste sur Twitter. Et de rappeler que « l’un prône la France avant tout » quand l’autre met en avant « l’humanité pour tous ». « Arriveront-ils à s’entendre ? », s’interroge encore Christine Kelly dans son message.

    De son côté, Toutelatele.com rappelle que l’émission Face à l’info, qui se tient du lundi au jeudi, et a été renouvelée pour la rentrée prochaine, enchaîne les records d’audience historiques. En début de semaine, elle a attiré 574 000 et 562 000 téléspectateurs, soit 3,5% et 3,6% de parts de marché. La saison prochaine, CNews proposera tous les vendredis un débat d’une heure entre 19 et 20 heures, à l’image de l’exercice auquel se livreront, ce vendredi 26 juin, Eric Zemmour et Bernard-Henri Lévy. La dernière fois qu’Eric Zemmour a échangé avec une personnalité sous ce format, c’était le 29 mai, face à Michel Onfray.
    https://www.valeursactuelles.com/societe/face-face-debat-ce-vendredi-entre-eric-zemmour-et-bhl-121077

     

    Ce soir débat Zemmour/BHL sur Cnews ...


    votre commentaire
  • Après avoir été contrôlé à Créteil avec du cannabis et de la cocaïne, un dealer a été remis en liberté par le parquet, lequel estime que l’interpellation s’est faite sur fond de racisme. La décision ne passe pas auprès des policiers, d’autant que l’un d’eux est Noir.

    Mardi 23 juin, des policiers en civil de la brigade anticriminalité ont interpellé un jeune homme d’origine africaine d’une vingtaine d’années à Créteil. Devant un point de deal connu des forces de l’ordre, ce dernier a éveillé les soupçons lorsque, sur son scooter, il a écrit quelque chose sur son portable puis a allumé son GPS, relate Le Parisien.

    Un élément banal, mais qui a suffi aux policiers pour se décider à le contrôler. «Cela s’appelle du flair. Les types sont payés pour en avoir», a justifié l’un d’eux. Très rapidement, ils ont découvert de l’herbe et de la résine de cannabis, dont l’odeur émanait du suspect. Ils ont également saisi des sachets de cocaïne. L’individu ne s’est pas rebellé. «Le contrôle s’est bien passé, le gars était correct», a précisé un fonctionnaire.

    Arrivés au poste, les policiers ont dû prévenir le parquet de Créteil, précisant notamment la raison de l’interpellation. Il est en effet interdit de contrôler quelqu’un sur la base d’un «flair», élément auquel la magistrate a particulièrement insisté. «En fait vous l'avez contrôlé parce qu'il est Noir», aurait-elle dit, selon les témoignages des agents auprès du quotidien.
    https://fr.sputniknews.com/france/202006261044008527-un-dealer-est-remis-en-liberte-la-justice-estime-quil-a-ete-controle-parce-quil-est-noir/

     

    Sommes-nous devenus fous ?


    votre commentaire
  • La prison, on sait ce que c’est : on passe devant un tribunal plus ou moins sympathique, on est condamné à une peine, on nous emmène dans une cellule qui peut être plus ou moins délabrée selon le pays où l’on se trouve et on passe un très mauvais moment pendant plusieurs mois ou plusieurs années, c’est selon, en priant pour que sa demande de remise en liberté soit acceptée.

    En revanche, les prisons secrètes, on ne sait pas trop ce que c’est, parce que c’est secret. (Topito)

    8. La colonia Dignidad au Chili ...

    Imaginez un ancien brancardier nazi, dégoûté de n’avoir pas eu d’avancement dans la Waffen SS et qui décide, après la guerre, de fuir au Chili pour y devenir prédicateur et fonder une colonie néonazie qui, protégée par le pouvoir pinochetiste, bénéficie du statut de société de bienfaisance. Cet homme s’appelle Paul Schäfer et il a poussé le vice plus loin, en transformant cette colonie en orphelinat, ce qui lui permettait de s’adonner à sa passion première : la pédophilie.

    Tout cela s’organisait avec la complicité tacite de la police chilienne qui se servait des centaines de kilomètres carrés alloués à la Colonia Dignidad (traduisez colonie dignité) pour entreposer des armes de guerre dans le cadre du plan Condor, mais aussi à torturer et tuer des opposants au régime dans le plus grand secret. Car rien ni personne ne pouvait interférer avec la police secrète chilienne dans la colonie : sur ce territoire, Schäfer régnait en maître absolu et accueillait au plaisir des criminels de guerre recherchés, à l’image de Mengele. Dans la colonie : travail forcé et eugénisme.

    A la chute de Pinochet, Schäfer a réussi à maintenir son petit monde jusqu’à finalement se faire rattraper par la justice. Capturé en 2005 en Argentine, il est mort en 2010 en captivité, à près de 90 ans.

     

    Prisons maudites ...


    votre commentaire
  • Multiculturalisme, le mal-vivre ensemble

    Une tribune de Laurence Trochu

    L’actualité française récente a été marquée par deux évènements majeurs : la radicalisation de la mouvance indigéniste et du collectif « La Vérité pour Adama », et les violents affrontements à Dijon entre communautés tchétchène et maghrébine. Ces évènements, en plus d’illustrer la défaillance de l’État dans ses missions régaliennes, finissent de nous convaincre que le modèle multiculturaliste mène à une société violente et qu’il est urgent de revenir à un rapport conservateur et enraciné au monde.


    Lévi-Strauss, lors d’une conférence intitulée Race et Culture et prononcée en 1971 à l’UNESCO, défendit la thèse très conservatrice selon laquelle les sociétés doivent maintenir un certain degré de protection culturelle pour pouvoir subsister. Cette prise de position en choqua plus d’un, surtout chez de nombreux intellectuels de gauche. Elle fut pourtant parfaitement cohérente avec ce qu’il constata tout au long de sa vie : une société, pour exister, doit se caractériser par un ensemble de mœurs relativement homogènes qui la définissent de manière exclusive par rapport aux autres. Tel un prophète, Lévi-Strauss souhaitait-il nous mettre en garde contre la doxa diversitaire et multiculturaliste qu’il sentait arriver ? Si une société harmonieuse implique une certaine uniformité culturelle, alors la “société multiculturelle” devient un oxymore, l’obscure clarté d’une idéologie fondée sur l’inversion du devoir d’intégration. Si le pays d’accueil doit se transformer, en reniant ce qu’il est, il perd son statut et son identité héritée de son histoire, de sa culture et des modes de vie qui en découlent. Le ciment qui fonde l’unité de la Nation se fissure au profit de communautarismes qui se développent côte à côte et risquent, selon l’expression même de Gérard Collomb au moment de sa démission du Ministère de l’Intérieur, de se faire face.
    https://www.causeur.fr/multiculturalisme-le-mal-vivre-ensemble-178343

     

    Multiculturalisme ? l'horreur dans un pays sans gouvernance réelle ...


    votre commentaire
  • Il a fait sacrément chaud.
    Demain on remet ça ..
    Merci ventilation !
    Bonne soirée !
    Le populisme est la réponse légitime à l'élitisme liberticide.
    Christian Castelli

     

    Le temps devient orageux ...


    votre commentaire
  • La prison, on sait ce que c’est : on passe devant un tribunal plus ou moins sympathique, on est condamné à une peine, on nous emmène dans une cellule qui peut être plus ou moins délabrée selon le pays où l’on se trouve et on passe un très mauvais moment pendant plusieurs mois ou plusieurs années, c’est selon, en priant pour que sa demande de remise en liberté soit acceptée.

    En revanche, les prisons secrètes, on ne sait pas trop ce que c’est, parce que c’est secret. (Topito)

    7. Le Camp 1391 de Tsahal ...

    Ce Camp de l’armée israélienne, officiellement fermé en 2006, était surnommé le « Guantanamo israélien » par les médias. Et pour cause : c’est là que les détenus sensibles (et parfois illégaux) étaient interrogés par les forces armées et les services secrets israéliens. On sait très peu de choses sur les conditions de détention au Camp 1391, mais on peut imaginer qu’elles étaient assez dégueulasses puisque la Cour suprême israélienne a refusé d’autoriser une enquête sur les pratiques courantes dans le camp. Plus absurde, c’est un historien israélien qui a découvert par hasard l’existence de la prison en 2003 en remarquant qu’un ancien centre de la police britannique datant de l’époque où la Grande-Bretagne exerçait un protectorat sur la Palestine avait totalement disparu des cartes récentes.

     

    Prisons maudites ...


    votre commentaire
  • Castaner, Ndiaye et le président

    N’est-il pas en effet celui qui se sépare violemment de son chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, et qui, en même temps, se noie en bras de chemise dans le regard d’un jeune antillais torse nu, doigt d’honneur en sus dans une autre photo ? N’est-il pas celui qui rend des hommages vibrants dans la cour des Invalides à des soldats tombés pour la France et qui, en même temps, livre la cour du Palais de l’Élysée à un DJ arborant sur son T-Shirt un message qu’il croyait sans doute en accord avec les lieux : « Fils d’immigrés, noir et pédé » ? N’est-il pas celui qui s’habille en tenue de marin à l’Ile Longue ou d’aviateur à Istres, et qui, en même temps, supprime le défilé militaire du 14 juillet ? N’est-il pas celui qui déclare la guerre au coronavirus jusqu’à s’enivrer du mot dans un entretien fleuve et qui, en même temps, se refuse avec un entêtement aussi insensé qu’idéologique à fermer les frontières du pays ?   

    Gérard Collomb craignait que le côte à côte communautariste ne se transforme en face à face ethnique. Qu’un ministre de l’Intérieur cesse enfin de taire cette crainte, qui depuis des années était celle d’observateurs lucides et courageux, était un avertissement qu’il n’était plus possible de ne pas prendre au sérieux. Mais le Président Macron est un enfant, il ne sait où finit le jeu, où commence le sérieux. Luc Ferry, Emmanuel Todd, d’autres encore, l’ont dit. Le premier a même commenté l’inconséquence du pays en ces termes : « On a mis un gamin à l’Élysée et on va le payer très cher »1 Aussi rien n’est moins sûr qu’Emmanuel Macron ait envie de grandir, et de se grandir en se débarrassant de son ministre de l’Intérieur. Ne lui faudrait-il pas alors se débarrasser également de sa porte-parole ? 

    « Malheur, à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin ! Heureux toi, pays dont le roi est de race illustre, et dont les princes mangent au temps convenable, pour soutenir leurs forces, et non pour se livrer à la boisson ! » Ces lignes tirées de l’Ecclésiaste sont un véritable enseignement politique. Que les Français les méditent ! Le réel a toujours le dernier mot… qui peut être terrible.
    https://www.causeur.fr/christophe-castaner-police-macron-178299

     

    La France-Titanic est gouvernée par un enfant malfaisant ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique