• "Ils peuvent couper toutes les fleurs mais ils ne peuvent pas arrêter l'arrivée du printemps"
    Pablo Neruda.

    Traversons cette tempête ...

     



    Cette image a été prise au printemps dernier au Japon. Le printemps est de retour, mais nous sommes maintenant au milieu d'une tempête. Pour paraphraser Haruki Murakami, cette tempête n'est pas quelque chose qui a éclaté de loin, quelque chose qui n'a rien à voir avec nous. Cette tempête a été créée par nous. Tout ce que nous pouvons faire, c'est de le parcourir pas à pas. Soyez optimiste, restez curieux et restez à la maison.
    Citant Murakami: "Lorsque vous sortirez de la tempête, vous ne serez pas la même personne que celle qui y est entrée. C'est de cela qu'il s'agit pour cette tempête."
    Plus d'efforts nous ferons, plus nous resterons chez nous, plus nous verrons la fin de la tempête.

     


    votre commentaire
  • Un silence stupéfiant dans le centre-ville à l’heure du confinement ...

    Nantes, sixième ville de France, comme vous ne l’avez jamais vue. Comme partout dans le pays, le confinement est de rigueur depuis ce mardi midi pile dans la Cité des ducs. Difficile toutefois d’imaginer quelle allait être véritablement l’ambiance en cœur de ville. Combien d’habitants et travailleurs allaient-ils s’aventurer dans les rues dans ce contexte ?

    Premier constat : à l’heure de l’habituelle pause déjeuner, le silence s'est imposé dans la cité. Pratiquement aucun mouvement sur les grandes places (Graslin, Commerce, Royale, Saint-Pierre…). Personne dans les rues commerçantes (rue de la Marne, rue d’Orléans, rue du Calvaire…). Hormis les livreurs à scooters, les rares passants sont regroupés à proximité des boulangeries ou épiceries, souvent sans discuter.

    Des patrouilles de police bien visibles
    Second constat : en s’éloignant un peu des grandes artères, on croise toute de même assez facilement des personnes promenant leur chien, circulant à vélo, s’adonnant à la course à pied. Le trafic automobile est très réduit, mais ininterrompu. Un quatuor d’adolescents a descendu la rue Jean-Jacques-Rousseau en… chantant. « On garde le moral », fanfaronnent-ils sourire aux lèvres.
    https://www.20minutes.fr/nantes/2742043-20200317-coronavirus-silence-stupefiant-centre-ville-nantes-heure-confinement

    Coronavirus à Nantes ...


    votre commentaire
  • La France n’était pas prête à une crise sanitaire : nos gouvernants le savaient et n’ont rien fait ...

    Après la plainte déposée par un collectif de médecins et soignants contre le Premier ministre et pour « mensonge d’État », c’est bientôt qui pourrait être incriminé. Le journal L’Opinion nous apprend que le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, qui établit tous les soirs le bilan de l’épidémie, avait déjà averti le candidat à la présidence que la France n’était pas prête pour faire face à une catastrophe, notamment à une épidémie. Si cette information est avérée, elle tendrait à confirmer les erreurs commises au plus haut sommet de l’État.

    Parmi les Macron Leaks, obtenus par le piratage de la messagerie de plusieurs dirigeants d’En Marche !, on trouve des messages de Jérôme Salomon, alors membre de l’équipe d’experts de Macron (et prétendant au poste de ministre de la Santé, en cas de victoire). Parmi ces messages, une note confidentielle pour alerter le futur Président de l’impréparation de la France devant les « risques majeurs de catastrophe, d’acte terroriste avec tuerie de masse, d’afflux de victimes et/ou d’usage d’armes NRBC [nucléaires, radiologiques, biologiques, chimiques] ». Elle insistait sur la nécessité d’une « anticipation stratégique » et concluait : « Un dysfonctionnement grave aurait des conséquences délétères considérables. »

    https://www.bvoltaire.fr/la-france-netait-pas-prete-a-une-crise-sanitaire-nos-gouvernants-le-savaient-et-nont-rien-fait/

     

    La clique des menteurs ...


    votre commentaire
  • La mondialisation ne survivra pas à la pandémie de coronavirus ...

    Après le coronavirus le monde ne sera plus le même, et ce n'est pas de l'alarmisme. Ce n'est pas tant la pandémie que la réaction de l'humanité à cette dernière qui montre que le monde très mondialisé ne sera plus le même après sa sortie de cette crise. Quels changements attendent les relations internationales et quelles tendances prendront de l'ampleur ?

     

    Il est clair dès à présent que la mondialisation, dont la crise est pointée depuis longtemps non seulement pas ses opposants, mais également par une partie des partisans, ne parvient pas à gérer les menaces réelles pour l'humanité et ne fait que les aggraver. Et il ne s'agit pas seulement de la vitesse de propagation du coronavirus à travers le monde par les passagers des avions, mais également de l'absence d'un plan planétaire pour combattre le virus. Or le principal avantage de la mondialisation, selon ses adeptes, est précisément qu'elle permet d'unir les forces de toute l'humanité dans le combat contre les risques et les défis – la famine, les maladies, les guerres.

    Nous n'assistons à rien de tout cela ces derniers mois. Même l'auteur de la mondialisation, l'Occident atlantiste, n'a pas seulement éclaté (les Etats-Unis se sont fermés à l'Europe), mais a également remis en question sa propre intégration : l'UE a disparu en cédant la place aux actions des gouvernements nationaux.
    Article de Patrice Bravo
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-mondialisation-ne-survivra-pas-222418

    Les réponses sont là :
    https://lan01.org/

     

    Enfin une bonne nouvelle ...

     


    votre commentaire
  • Le plus grand sacrifice demandé aux Français est de soutenir un gouvernement défaillant ...

    Et, bien sûr, les forces de l’ordre ne disposent pas systématiquement de masques. Pire : la préfecture de police de Paris aurait demandé à tous les effectifs employés sur le terrain de retirer leurs masques. Le gouvernement a longtemps caché la pénurie de ce moyen de protection, avant que les événements ne le contraignent à reconnaître, peu à peu, la vérité. Selon le ministre de la Santé, en 2011, on aurait décidé de ne plus avoir de stocks, puisqu’on pouvait facilement s’en procurer en Chine. La seule chose qu’on n’avait pas prévue, c’est que le coronavirus paralyserait ce pays.

    Le gouvernement a beau dire qu’il n’est pas responsable de la situation, il n’en reste pas moins que, depuis que l’on connaît les dangers de cette épidémie, rien d’efficace n’a été décidé pour faire de l’acquisition de masques une priorité. Les autorités politiques pèchent par leur absence d’anticipation. Quand on pense que les personnels soignants, dans les hôpitaux, sans compter les infirmiers libéraux, les kinésithérapeutes, les dentistes… manquent de masques, on reste coi devant l’inaction du gouvernement.

    Et que dire des employés de supermarchés, des caissières, des ouvriers du BTP – que Muriel Pénicaud ose accuser de « défaitisme » – et de bien d’autres encore ?
    https://www.bvoltaire.fr/le-plus-grand-sacrifice-demande-aux-francais-est-de-soutenir-un-gouvernement-defaillant/

     

    Un gouvernement de pieds nicklés ...


    votre commentaire
  • Nous en avons profité pour faire le tour du pâté de maison
    avec attestation de moi-même.
    Nos dirigeants nous génocident à tour de bras par leur incompétence
    Belle soirée.
    Les maîtres du Titanic
    Nous sommes tous à bord du même bateau, certes.
    Mais les habitants du sud se trouvent dans les cales, et eux se noient déjà,.....
    Nous y sommes nous encore à l'abri dans nos cabines,......
    Pendant que l'élite sur le pont, danse au son de l'orchestre, sourd à nos cris.

    François Ruffin

    Il a fait beau ...


    votre commentaire
  • Faire chanteur, être Brel rien qu’une heure durant, j’en ai rêvé gamin (alors que politicien jamais…). Mais ma prof de musique m’a toujours mis 0 en chant (ensuite, mes parents sont allés la voir, l’ont assurée que je ne chantais pas aussi mal pour me moquer d’elle, et elle m’a mis 1 pour ma « bonne volonté »). Ma carrière lyrique partait de traviole.
    Aussi, la Marseillaise même en reggae ça ne m’a jamais fait dégueuler. En revanche, y a des phrases qu’on prononce, que mes enfants apprennent, « l’étendard sanglant est levé », et qu’on ne pige plus bien. Ca m’amusait de lui donner un coup de frais.
    François Ruffin
    https://francoisruffin.fr/ma-marseillaise/

     

    Levons-nous, chassons-les ou nous mourrons ...


    votre commentaire
  • Bas les masques ...

    Hier, sur le journal, on nous montrait une photo d'une rue chinoise, tout le monde était masqué et on se demandait pourquoi chez nous personne ne l'était ... ce n'est pas vraiment parce qu'il n'y en a pas, mais qu'ils ont été distribués dans les entreprises inutiles, aujourd'hui,  pour que la production continue. Le profit passera toujours avant l'humain avec ces dirigeants robotisés par le capital.

    Ca ne sert à rien, mais eux à quoi servent-ils ?

    « Ça ne sert à rien ! » C’est devenu un refrain. Dans tous les médias. Les mots sont les mêmes, le ton aussi : pédagogique et légèrement supérieur. Ils sont les sachants, vous autres les ignorants. Mais s’ils savaient, et que vous ignoriez, pourquoi n’ont-ils rien anticipé et mettent-ils leur terrible retard à l’allumage sur le compte de l’inconséquence des Français ?

     

    Les frontières, ça ne sert à rien, très chère. D’ailleurs, c’est impossible à rétablir. C’est même pour cela que tous les pays ont fini par les fermer – avec une efficacité proportionnelle à la rapidité de la mise en œuvre. Si le confinement à l’échelle d’une maison est efficace, pourquoi celui à l’échelle d’un pays ne le serait-il pas ?

    Le test pour tous, ça ne sert à rien, voyons. C’est même pour cela que l’OMS l’a préconisé et que tant de pays l’ont généralisé. Pour ça, aussi, que l’intersyndicale des internes en médecine (INSI) a lancé, ce jeudi, un appel au président de la République pour… « un massif de la population » !
    https://www.bvoltaire.fr/les-frontieres-les-masques-les-tests-ca-ne-sert-a-rien-et-nos-gouvernants-a-quoi-servent-ils/

     

    Bas les masques ...


    votre commentaire
  • Le propre des crises comme celle que nous tentons de traverser est de révéler des vérités qu’on aimerait bien tenir cachées.

    Révélations, donc, et ce que l’on découvre en arrivant ici est loin d’être glorieux. C’est, hélas, la confirmation que la France des « quartiers » est devenue incontrôlable. La preuve que les discours misérabilistes qui, depuis des décennies, nient puis justifient la constitution des ghettos mafieux récoltent aujourd’hui leurs fruits pourris.

    Nous sommes en situation d’urgence, c’est-à-dire dans un moment où doivent prévaloir le civisme et la cohésion sociale. Or, que voit-on ? Après 24 heures, seulement, de confinement, des échauffourées, des bagarres, des pillages dans les commerces d’alimentation… On découvre un monde habitué à vivre hors la loi commune, à vivre souvent aussi de la prédation et qui ne voit pas au nom de quoi il devrait y renoncer. Des vidéos de bagarres circulent, prises sur le vif par des passants effarés. On brûle des voitures en Seine-Saint-Denis pour mieux attirer les pompiers dans des guet-apens ; de même à Lyon, dans le quartier de La Duchère, où « une cinquantaine de jeunes y ont mis le feu à des poubelles et des voitures avant de s’en prendre aux pompiers et aux policiers venus escorter ces derniers », renouvelant l’opération le lendemain, comme le rapporte L’Opinion.

    Ici même, à Toulon où j’habite, j’ai pu constater que c’était business as usual, à savoir que les dealers étaient à leur poste habituel en centre-ville. Comme le dit un policier du syndicat Synergie, « il est illusoire de penser que certains individus des quartiers sensibles se plient au civisme en l’état de la législation actuelle ». Sauf à être d’une naïveté complice, on ne voit pas, en effet, qui pourrait croire les ramener dans un chemin où, pour certains, ils n’ont même jamais mis les pieds !
    https://www.bvoltaire.fr/quel-confinement-dans-les-quartiers/

     

    Confinement et quartiers de non droit ...


    votre commentaire
  • La magie de l'eau ! Sa fluidité, ses transparences, ses mystères, les symboles qu'elle représente : la vie, la pureté, la fraîcheur...

    L'eau peut être fontaine, source, rivière, fleuve, torrent, lac, mer, océan, pluie, rosée du matin...

    Que de mots sont associés à l'eau ! Des mots anciens car l'eau est à l'origine de la vie et elle a toujours accompagné l'homme...

    On admire depuis toujours sa fluidité : venu du latin "fluo" et plus anciennement du grec φλύω, le mot restitue bien avec sa fricative initiale cette caractéristique de l'eau, un radical que l'on retrouve dans le nom "le fleuve".

    On est parfois surpris par une "ondée" : une pluie soudaine, souvent bienvenue et bienveillante... Là encore, le mot remonte au latin "unda", et plus anciennement au grec "ὕδωρ"... L'ondée rafraîchissante embellit les jardins, magnifie les fleurs, régénère les arbres...

    Et l'eau ruisselle, se répand, devient petits ruisseaux ondulants... des mots anciens, venus du latin populaire rivuscellus, diminutif de rivus "petit cours d’eau", "rivière".

    L'eau est encore si bienveillante quand elle fait naître des "oasis" dans un désert hostile... l'oasis, lieu de verdure aux palmes alanguies nous fait rêver... le mot nous promet une halte reposante, emplie de fraîcheur, de luxuriance...

    Ce mot venu du grec"ὄασις" a, aussi, des origines égyptiennes : issu de langues anciennes, il revêt un caractère mystérieux, étrange, d'autant que ce nom est resté intact au fil des siècles.
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/au-fil-de-l-eau-une-ressource-qui-222307

     

    Au fil de l'eau ...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique